Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La peau de l'ours 1. La peau de l'ours

27/07/2012 6623 visiteurs 7.7/10 (3 notes)

T ous les matins, face à la mer, Don Palermo patiente. Quotidiennement, Amadeo gravit la côte qui le mène à la villa Rose de Saron pour lire son horoscope au vieillard, et comme à l'habitude, les augures de papier n'apportent pas la nouvelle tant espérée. Alors, pour tromper l'ennui, en attendant une hypothétique visite, les confidences se font jour et l'adolescent découvre que le vieil homme a connu une vie des plus singulières. L'été, à Lipari, le soleil semble attendre quelqu'un avant de grimper tout en haut du ciel, peut-être est-ce Mietta ?

Benoît Drousie, alias Zidrou, est un narrateur hors pair. Avec Lydie, il avait démontré toute l'étendue de sa sensibilité dans un album à la fois simple et émouvant. Dans un registre totalement différent, il nous offre ici un récit dur, cruel, mais paradoxalement plein de lucidité et d'émotions. La peau de l'ours est une histoire atypique. La violence et la brutalité des situations comme la trivialité et la précision des dialogues marquent un scénario tout en puissance et en subtilité. Pas de jugement, pas de remords ni de regrets face à la lâcheté pour survivre. D'aucuns perdirent la vie, Teofilio perdit son ours et la vue, puis passa le reste de ses jours à espérer. Compromission, trahison, passion, Zidrou se penche avec discernement et cynisme sur l'existence d'un homme qui n'a jamais été maître de ses choix, si ce n'est celui d'attendre. Une telle force dans le propos se devait de trouver son équivalent dans le graphisme, ne serait-ce que pour équilibrer l'ensemble. Paradoxalement très réaliste, car singulièrement expressif, le dessin d'Oriol Hernández est sobre, voire simple, mais très affirmé, tout en longueur et en angles. Au fil des soixante-deux planches, grâce à un trait qui sait allier douceur et mordant, les personnages prennent progressivement une humanité tout simplement stupéfiante.

Benoit Drousie et Oriol Hernández réalisent avec La peau de l'ours un superbe album à la profondeur hors normes.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.7

Informations sur l'album

La peau de l'ours
1. La peau de l'ours

  • Currently 4.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (66 votes)

  • Oriol
  • Oriol
  • 06/2012 (Parution le 06/07/2012)
  • Dargaud
  • Long Courrier
  • 978-2-505-01137-8
  • 62

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    thieuthieu79 Le 07/02/2020 à 17:34:10

    Une histoire qui se balade entre mafia italienne et poésie. Elle ne révolutionne pas le genre mais arrive à nous divertir efficacement notamment par sa narration. Alternant entre scènes de violence et scènes intimes le lecteur est sans cesse surpris.
    Le dessin très géométrique aux couleurs pastels et chaudes sont une invitation au voyage et au dépaysement.
    De tout ça, il en ressort un album à la fois simple par son histoire mais complexe dans toute sa structure.

    Cellophane Le 04/07/2018 à 13:14:34

    Mouais…
    L’histoire est assez bien narrée, pas de réel temps mort, ça avance, pour présenter la situation, les personnages, les liens qui se tissent, le dénouement…
    Mais il reste un côté très classique dans l’ensemble, sans rien de novateur…
    On est dans un monde de brigands, de maffieux, et aucune surprise.
    Les personnages sont caricaturaux au possible et malgré une ou deux idées sympas (de la lecture au bain au costume blanc taché), l’ensemble est assez linéaire et plutôt plat…
    Comme je n’ai en outre pas super accroché aux dessins, j’ai eu du mal.
    Pas qu’ils soient mauvais, ces dessins, et ils rendent bien l’ambiance d’une petite bourgade italienne d’il y a quelques années… Mais ces têtes aux nez excessif, cette impression de crayonné… Je ne suis pas entré dedans.
    Pas mal mais sans plus.

    Yovo Le 16/06/2018 à 15:22:31

    L’histoire est simplissime et le cadre familier : les confessions d’un vieux mafieux repenti. Les horreurs qu'il a commises, ses lâchetés, ses trahisons… puis au milieu de ce chaos, une rencontre incongrue et l’amour, fatidique, qui a fait inévitablement tout basculer.

    Je crois que c’est le 1er scenario de Zidrou que j’ai lu et l’un de ceux qui m’a le plus frappé. Une relecture m’a confirmé que l’écriture de cet album était extrêmement subtile. Bien servie par un découpage pertinent, la narration en flash-backs est un modèle d’efficacité et le dessin d’Oriol, qui depuis a confirmé avec "Natures mortes", retranscrit parfaitement derrière ses couleurs bariolées la tension, la peur et l’ambiguïté. A lire absolument.

    biggyjay Le 24/01/2017 à 23:52:06

    Un album original. On retrouve dans le scénario quelques points clés de Zidrou comme le passé, l'amour, la nostalgie mais cette histoire m'a moins touché.
    Contrairement aux autres lecteurs ayant laissé un commentaire, je ne m'attendais pas à cette fin. Je pense, en fait, que la fin est plus subtile qu'elle n'y paraît. Ça reste une belle histoire.
    Je ne suis pas sensible au dessin. En revanche, les couleurs expriment beaucoup de choses et c'est appréciable.
    Ce n'est certainement pas le meilleur Zidrou, j'ai préféré de loin ceux réalisés avec Jordi Lafebre, mais si vous aimez ce genre de romans graphiques qui traitent des histoires passées, lisez-le. Il vous apportera ce que vous cherchez.

    DamBDfan Le 27/07/2013 à 00:01:27

    Une bien belle surprise que voici. J’ai été très vite embarqué dans cette histoire dès la lecture des premières planches tant les dialogues sont fluides, percutants et accrocheurs. Difficile d’expliquer mais cette BD à vraiment quelque chose de particulier que je ne peux décrire. Elle est à la fois mystérieuse et très charismatique. Peut-être est-ce du aux dessins anguleux, très étranges et personnels de Oriol (les défauts physiques sur les visages sont vraiment étonnants : longs nez, figures étirées, corps maigres,…) sans oublier les couleurs très vives, chaudes (on sent par moment la chaleur méditerranée à travers certaines planches). Seule la fin m’a un peu laissé de marbre, je m’attendais à quelque chose de plus frappant et moins artificiel mais ça reste tout de même dans l’ensemble très bon. A découvrir.

    Hugui Le 24/01/2013 à 20:50:36

    Le dessin est très particulier et colle bien à l'histoire. Celle-ci est très prenante et une fois parti on ne peut pas s'arrêter. Pourtant la fin m'a déçu. Ça traîne un peu et surtout e n'est pas crédible et artificiel.
    Du très bon donc qui perd un peu de sa saveur sur la longueur.