Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L a dépouille du camarade Iossif Vissarionovitch Djougachvili alias Joseph Staline n’est pas encore embaumée que les membres du Politburo se répartissent les postes ministériels et la gouvernance du pays. Passé maître dans l’art de la manipulation et du chantage, Lavrenti Pavlovitch Beria réussit à faire main basse sur le Kremlin et par là même sur l’Union soviétique tout entière.

Comme dans Il était une fois en France, Fabien Nury sait parfaitement utiliser l’Histoire pour raconter ses histoires. Avec La mort de Staline, il passe à l’Est pour montrer l’absurdité d’un système qui ne tient que par la corruption de dirigeants pour qui la finalité des choses n’est pas la grandeur d’une idéologie (ici le marxisme), mais plus prosaïquement leur survie (politique). Toutefois, Funérailles sait extraire de ce microcosme kafkaïen, empêtré dans la logique d’État et la… vodka, quelques instants entre parenthèses qui, l’espace d’une nuit ou d’un concert, rappelleraient presque l’Ouest. Toutefois, cet album est une fiction et l’amalgame avec des faits historiques serait facile mais parfaitement inutile.

La réussite de Fabien Nury est de savoir structurer son scénario en jouant avec l’organisation des planches et des séquences pour en dynamiser la lecture mais également de les imprégner d’émotions. Situations ubuesques, pathétisme ou fragilité des personnages, le graphisme de Thierry Robin fait merveille avec son trait fin et léger, ses encrages et ses jeux d’ombres qui accentuent le côté sinistre de dirigeants qui, tels des marionnettistes, manipulent, à dessein, une population désorientée vers un destin sans réel lendemain.

Funérailles clôture sans concession et avec un certain brio ce dytique où paranoïa et trahison feraient presque figures de banales vilénies.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

La mort de Staline - Une histoire vraie... soviétique
2. Funérailles

  • Currently 4.21/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (62 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    pierren25 Le 07/02/2019 à 22:09:37

    Très bel album historique. Les différents personnages historiques sont très bien croqués, tandis que l'atmosphère est très bien rendue (notamment les couleurs penchant symboliquement vers le rouge ou vers le noir, mais dans les deux cas assez sombres).

    johnstuart Le 03/04/2013 à 17:51:18

    Je découvre avec ce diptyque le duo Nury/Robin. Je ne suis pas à la base un fan de fictions ou de documentaires historiques en BD. Mais j'ai fait une exception parce que c'était un diptyque (donc pas une série fleuve) et parce que cette série a bonne réputation. Mes goûts ecclectiques ont fait le reste.

    Très bon dessin de Robin: je suis agréablement surpris. je découvre un nouveau talent et de nouvelles possibilités d'élargir ma BDthèque. En temps normal, je n'aurais peut-être pas été client du dessinateur, mais là il sert magnifiquement le scénario. Les couleurs sombres, rouges (Ah ce rouge ! couleur du sang et du communisme soviétique !!), les effets de clairs obscurs sont magnifiques. Il faut souligner le soin de la mise en scène à la hauteur des grandes manisfestations soviétiques. Les couvertures sont superbes: la couleur du coffret détone vraiment dans les étagères: j'adore (mais le communisme attention !!)

    Le scénario est vraiment très bon. On sent que Nury se laisse porter par les évènements autour de la mort de Staline. Il semble je crois qu'il a comblé un certain nombre de lacunes des documents autour de cette histoire. C'était nécessaire pour restituer une version romancée en BD, mais sans spécialement d'exagération à mon avis. Le talent du scénariste s'est focalisée sur la restitution de l'ambiance pourrie et paranoïaque régnant à cette époque, grâce au jeu des personnages, aux éléments de scénarios qui permettent de décrire leur état d'esprit ou leur personnalité: surtout celles de Staline et Béria, les personnages principaux et les artisans du système totalitaire soviétique, qui s'est "un peu détendu" par la suite. Les luttes de pouvoir apparaissent bien. Le caractère grotesque de Staline et de sa mort tranchent bien avec ce qu'ont été ses oeuvres. magnifiques !!!

    pour ceux qui ont des goûts ecclectiques, jetez-vous sur cette BD de haute volée!!