Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Carmen Mc Callum 12. L'eau du Golan

09/07/2012 7622 visiteurs 7.5/10 (4 notes)

J érusalem 2054. Un détachement des Nations Unies a pour mission de nettoyer la Ville Sainte des drones qui l’ont infestée. Dès le premier accrochage, il se heurte à un nid non répertorié. C’est l’hécatombe. Réfugiés dans un fast-food, seuls survivent le chef d'escadron et une jeune recrue : Carmen.

Ce qui impressionne dans le futur créé par Fred Duval, c’est sa cohérence. Entamée il y a presque vingt ans, et forte d’environ autant d’albums, la saga de Carmen Mc Callum décrit une société aux mains des multinationales où la préservation des ressources naturelles est une lutte de chaque instant. Sa crédibilité repose sur le tableau politique, économique et social à peine noirci et un avenir qui se profile chaque jour un peu plus, à grand coup de beaux discours et de candides projets de lois détricotés sans vergogne par les lobbies des grands acteurs économiques. Fred Duval réussit à réenchanter son univers grâce à ses visions prospectives en matière de technologie, de conquête spatiale, de nanotechnologie, ou encore de cybernétique, d’intelligence artificielle, de manipulation génétique et de mondes virtuels. Tous les avatars de l’anticipation, loin d'être relégués au simple rôle de toile de fond exotiques ou accessoires, sont au service de l’intrigue et parfaitement intégrés à la diégétique du récit. Et si résultat reste un peu effrayant, au-delà du frisson, il ravira à coup sûr l’amateur de science-fiction.

L’univers proposé est tellement touffu qu'il a vite été étayé par de nombreuses séries connexes. Deux ans après sa création, la mercenaire du futur s’est vue rejointe par Travis, vieux routard des étoiles dont les aventures, si elles se déroulent quelques années avant celles de Carmen, n’ont rien à envier à la “série mère”. notamment en y invitant des méchants bien plus charismatiques. La société dans laquelle évoluent les deux héros étant identique, il était inévitable qu’ils se rencontrent. Ce fut le cas à l’occasion d’un recueil d’histoires courtes, Carmen + Travis, qui revenaient aussi sur des personnages secondaires. Même le cyber-pirate Pacman a eu son propre album. Comme si cela ne suffisait pas, Fred Duval s'est offert en 2006 avec Code Mc Callum, le luxe d’une préquelle, revenant sur l'adolescence de Carmen et la douloureuse mutation de la jeune activiste de l’IRA qu’elle était en tueuse froide au service du plus offrant. Il saisit aussi cette opportunité pour d'approfondir la personnalité de l'héroïne, décrire les liens affectifs qu’elle entretient avec divers personnages et mettre en place la guerre commerciales que se livrent les différentes multinationales qui, plus tard, s’offriront ses services ou subiront ses assauts.

Dans cette vaste entreprise, le scénariste a été soutenu par de nombreux dessinateurs. Sur la série principale, deux auteurs se sont succédés. Au début du premier tome, Gess flirte volontiers avec le style d’Olivier Vatine, avant de s’en affranchir et de trouver ses propres marques. Mais le graphisme sera en constante évolution, jusqu’à L'appel de Baïkonour où il servira avec un encrage très sombre, presque torturé, sans doute l’un des meilleurs épisodes de la série. Lorsque Gess se lance dans l’aventure de La Brigade Chimérique et passe le flambeau à Emem, celui-ci se coule dans le moule sans faire de vagues, proposant un dessin très aseptisé. Puis, peu à peu, il va lui aussi s’approprier la série allant, par exemple, jusqu'à bannir définitivement les onomatopées, réalisant des scènes d’actions se déroulant dans un silence assourdissant. Dans L'eau du Golan, Emem surprend en expérimentant un encrage des aplats en hachures, s’éloignant ainsi de l’ambiance un peu proprette des précédents opus. Côté couleurs, il en va de même : exit les chatoyants lagons néo-calédoniens. Pour dépeindre une Jérusalem en ruine, Vincent Froissard opte pour des teintes froides où prédominent des verts, des bleus et des marrons très ternes, achevant l’atmosphère oppressante de l’ensemble.

Ce douzième album réussit le tour de force de mettre un terme (provisoire, espérons-le) à trois séries en même temps : Le cycle de l’eau de Travis, Le cycle de Dommy de Carmen (et inversement) et clôt un vieux chapitre laissé en suspens dans Code Mc Callum. Et le tout passe comme une lettre à la Poste ! L’auteur se permet même un clin d’œil appuyé à Météors, une autre de ses créations se déroulant dans un lointain futur, l’intégrant de facto à la saga.

Rigoureux, visionnaire, Fred Duval endosse toujours un peu plus les habits de maître du genre au service d’une bande dessinée qui sait à la fois être grand public, militante et de qualité. Dénoncer les possibles dérives de notre société en perpétuel devenir tout en étant distrayant, voilà l'apanage des grands auteurs de science-fiction.

Par S. Farinaud
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Carmen Mc Callum
12. L'eau du Golan

  • Currently 3.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (46 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BIBI37 Le 23/02/2014 à 16:24:23

    Personnellement je trouve les dessins plus mauvais que dans le précédent opus et pourtant le dessinateur est resté le même.
    Coté scénario rien à redire même si on atteint pas les sommets du tome 11.
    A lire sans modération.
    7/10.

    ranma Le 30/10/2013 à 20:51:51

    Les couleurs, mon dieu quel horreur... Ca m'a gaché la lecture de l'album. J'avais beaucoup apprécié le début du cycle, je suis un peu moins fan de la conclusion.

    warnerguy Le 15/09/2013 à 14:53:08

    Au secours les couleurs et le dessin ... Sur le T11, ca passait encore mais là, c'est triste et compliqué à lire. On a du mal à distinguer les personnages dans toute cette pénombre et ce trait grossier. Bon l'histoire est un peu tirée par les cheveux sans être mauvaise mais il va être temps d'arrêter la série à mon avis !

    cachou Le 07/10/2012 à 13:01:18

    Toujours la suite des aventures de Carmen avec l'IA Dommy implanté dans son cerveau.
    Petit changement de coloriste, et à a grande surprise, j'ai vraiment apprécié, certe cela fait un peu bizzarre au débu mais au fil de l'histoire je trouve que l'enssemble colle parfaitement au scénarios que je trouve toujours au top.

    cil64 Le 09/08/2012 à 17:58:21

    Ils ont changé de coloriste et ça se voit....
    Je viens de vérifier, C'est Pierre Schelle qui colorisait depuis la reprise du dessin par Emem, et ca se passait bien. Mais là, que dire, ca rend l'ensemble insipide.
    Est-ce cela, mais même le scénario ne me semble pas à la hauteur.

    pipam Le 18/06/2012 à 17:53:52

    Fan de la série, je l'ai acheté sans même l'ouvrir.

    Quand je l'ai ouvert, je suis retourné chez mon libraire, car je pensais qu'il avait un défaut d'impression tellement les couleurs me semblaient passées, ternes, sombres et vieillottes .
    Mais non.
    Pas de défaut, il est colorisé comme ça, ce tome 12. On se croirait revenu il y a 20 ans, voire plus...
    Super déçu du coup, car les mises en couleurs étaient bien plus claquantes et semblaient plus travaillées sur les précédents tomes. Du coup le trait d'Emem est moins mis en valeur. Que s'est-il passé ? Pourquoi ce changement de direction artistique si soudain, en plein cycle ?
    C'aurait été compréhensible sur un nouveau cycle mais là.... Et encore, pourquoi la revoir, après tout ?
    Du coup je ne sais pas si c'est les couleurs ou le scenario, mais ce tome m'a paru long, trop raconté, trop stratégie/politique, avec très peu d'action, finalement. Ce qui fait toutle charme et la force de la série m'a semblé inexistant dans nouvel opus.... J'ai même eu du mal à refaire le lien avec Nouméa Tchamba pour le coup....

    The Maze Echo Le 02/06/2012 à 15:36:40

    J'ai été déçu par cet album, principalement à cause des couleurs, très blêmes et sans le relief des précédents tomes. Le dessin aussi m'a paru moins abouti qu'avant, très rapide.