Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Esteban 4. Prisonniers du bout du monde

09/07/2012 10351 visiteurs 7.8/10 (6 notes)

H iver 1901, bagne d’Ushuaia. C’est ici que l’équipage du Léviathan a échoué. Accusé non seulement d’avoir saboté le baleinier armé par le gouverneur de la région, il l’est aussi et surtout de trois autres actes de piraterie ayant causé la mort de marins ! Autant dire que le procès qui s’annonce est déjà truqué et que nos chasseurs de baleine risquent d’attendre longtemps pour revoir la mer. Heureusement, Esteban, qui a échappé à l’emprisonnement grâce à son oncle Tonto, ne peut faire autrement que de venir sauver ses amis. Attendrissant la femme du général en charge des lieux, il arrive à se faire enrôler dans le corps gardant la prison. Momentanément. Dans huit jours, il partira effecteur ses classes de soldat à La Plata. Huit jours pour déjouer la surveillance du sergent La Paz, son formateur. Huit jours pour aider ses amis à s’évader…

C’est encore un tome sans faute pour Esteban qui s’annonce vraiment comme un futur grand classique de la bande dessinée franco-belge. Découverte dans les pages du regretté périodique Capsule Cosmique, elle est prépubliée désormais depuis le troisième album dans le Journal de Spirou. Tout naturellement pourrait-on dire, tant elle semble coller à l’idéal historique de l'hebdomadaire.

Le talent graphique de Matthieu Bonhomme n’est plus à vanter, celui-ci ayant su au fil des années et des collaborations s’installer comme un des piliers d’une nouvelle génération de dessinateurs. La qualité et l’intelligence du propos sont eux toujours à souligner. Après trois albums profitant des grands espaces marins, passer sans coup férir à un environnement carcéral, clos par définition, aurait pu faire craindre une baisse de régime. Loin s’en faut, et il faut avouer que l’auteur, confronté au classique récit d’évasion, s’en sort haut la main et distille toujours avec autant de réussite ce parfum d’aventure et d’amitiés humaines qui portent l’œuvre.

Esteban est de retour, fidèle à lui-même. Une série qui s’impose comme une évidence tant elle est pétrie de qualités !

Par D. Baran
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

Esteban
4. Prisonniers du bout du monde

  • Currently 4.32/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (57 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    minot Le 10/02/2017 à 00:48:29

    Ses compagnons d'équipage retenus prisonniers au bagne d'Ushuaïa, Esteban commet la folie de s'engager dans l'armée pour pouvoir intégrer les rangs des gardiens du pénitencier, et ainsi tenter de faire évader ses amis.

    L'ambiance de la série change à partir de ce quatrième tome puisque les aventures maritimes sont abandonnées, au profit d'une action centrée sur un pénitencier. Si le suspense n'est pas tant au rendez-vous (on se doute bien qu'Esteban va finir par trouver une idée pour faire évader ses amis), le scénario est en revanche bien mené. L'histoire se lit avec beaucoup de plaisir, plaisir renforcé par les dessins de Bonhomme toujours aussi délicats.