Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Jour J 9. Apocalypse sur le Texas

02/07/2012 4969 visiteurs 6.0/10 (1 note)

L a crise de Cuba a conduit les USA et l’URSS à la destruction totale et, dans ce qui fut naguère le Texas, le Mexique rêve de venger Fort Alamo. Dès lors, ce qui reste des États-Unis d’Amérique ne peut que se résoudre à faire appel à la France et l’Angleterre, les deux seules puissances atomiques ayant survécu à la destruction massive qui découla de ce conflit.

Le trio qui préside à la destinée de Jour J s’offre une nouvelle uchronie mâtinée de géopolitique. Cette fois-ci le fameux point uchronique se focalise sur l’affaire des missiles de Cuba qui vit Kennedy et Kroutchev s’affronter en octobre 1962. Mais, comme l’Histoire ne repasse pas les plats, cette fois Duval, Pécau et Blanchard imaginent que ce bras de fer a bien donné lieu au cataclysme nucléaire que tous redoutaient. Des fous de Dieu faisant main basse sur un silo de fusées Titan au cynisme des intérêts géo-énergétiques, jusqu’à l’expédition militaire française rejouant Camerone, tout semble vraisemblable sauf, peut-être, le fait que l’Europe ait été miraculeusement épargnée par les retombées radioactives et l’hiver nucléaire ! Jouant sur cette digression historique, les auteurs montent un album très post-apocalyptique où le bon sens français et le flegme anglais permettent au Vieux Continent de régler ses comptes avec le Nouveau Monde. Reprenant des personnages et des faits réels, tout en les recomposant, le neuvième opus de Jour J revisite cette période d’une manière un peu trop didactique. Pour qui ne connait pas De Gaulle, Pompidou, la crise de Cuba ou bien encore un certain Charlton Heston, le livre risque de perdre beaucoup de son intérêt. Cependant, il reste le graphisme de Bojan Kovacevic qui apporte tout le réalisme qui sied à ce type de création.

Apocalypse sur le Texas ne dépareille pas la série, mais est à réserver aux férus d’histoires alternatives.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Jour J
9. Apocalypse sur le Texas

  • Currently 3.58/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (43 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    6350frederic Le 03/10/2018 à 13:13:42

    Que les dessins sont hideux : la tête de DE GAULE !!!!!!!
    par exemple , enfin le scenario est sympa avec plein de comparaisons avec l'histoire mais c'est pas le meilleur de la série et de loin

    BIBI37 Le 16/06/2012 à 23:47:15

    Des dessins un peu baclés par moment.
    Une histoire de missiles nucléaires protégés par les forces franco-britanniques. Et des puits de pétrole objets de convoitise des alliés.
    Si les auteurs revisitent la crise des missiles cubains la fin du tome n'apporte aucun changement sur le présent ou si peu. Et c'est bien dommage.
    D'où ma note.
    6/10.