Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

O riginaire du Kosovo, journaliste parmi d’autres activités, il n’est pas surprenant que l’auteur, Gani Jakupi, ait été sollicité pour effectuer un reportage sur ce pays où les stigmates de la guerre sont encore à vif. À travers cette errance, c’est sur la profession de reporter qu’il va poser son regard ; une vision sans angélisme.

Arrivé sur place, confronté au drame des siens, il s’interroge sur le pourquoi de sa présence en ces lieux et, d’une manière plus large, sur le travail des journalistes présents. Sans apporter de réponse et sans remettre en cause la nécessité de ces passeurs de témoignages, voire même de ces témoins, il donne à son lecteur l’occasion de réfléchir sur l'information qui lui parvient, tant dans les journaux que d’une manière plus générale. Il dit : « cette guerre m’a permis de percevoir la complexité de la chaine de transmission de l’info, depuis celui qui témoigne jusqu’au consommateur ». Pour accompagner ses pensées, retranscrites sous la forme d’un long texte dilué tout au long de l’album au moyen d’une voix-off, Gani Jakupi montre ce qu’il voit : une réalité brulante qui se lit tant sur les visages que dans les paysages, cela sans jamais céder à la tentation de montrer l’indicible, lequel transparait sans mal à travers le dessin.

Alors que la bande dessinée de reportage prend une réelle expansion, La dernière image se concentre sur le travail des correspondants de guerre. Ce qui passe en second plan chez Joe Sacco, et de manière assez bien sentie par ailleurs, est ici le cœur du sujet. Si Gani Jakupi se montre critique, il pose notamment, parmi d’autres, la question de la pertinence du reportage à charge et, par là-même, pointe du doigt les limites du choix de la neutralité. Il rend aussi hommage à quelques pointures de la profession auxquelles il donne la parole sous forme d’entretiens à la fin de son ouvrage.

Une bande dessinée brillante, à mettre en perspective avec les difficultés que rencontrent les médias à rendre compte de ce qui se passe actuellement en Syrie, mais aussi, pour appréhender au mieux les articles et les images qui nous parviennent de cette guerre civile.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
7.7

Informations sur l'album

La dernière image

  • Currently 3.78/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.