Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Fairy Quest 1. Les Hors-la-loi

18/06/2012 7345 visiteurs 5.0/10 (1 note)

L e Petit Chaperon Rouge habite dans le Bois-des-Contes, tout comme sa mère-grand, le Loup et une foule d’autres figures éminentes. Sous le contrôle de Monsieur Grimm, ils rejouent chaque jour leur conte et ne doivent surtout pas en dévier, sous peine d’être punis. Cependant, à force de répéter toujours les mêmes scènes, certains se sont lassés ou ont développés des liens inattendus. Ainsi en est-il du Chaperon rouge devenue très amie avec le Loup. Un soir, en assistant à une réunion secrète d’habitants mécontents de leur sort, la fillette apprend qu’il existerait un endroit échappant à l’emprise de Grimm : le Vrai-Monde. Hélas, le lendemain, la police de l’opinion vient arrêter les participants pour les soumettre à un lavage de cerveau. Le Chaperon Rouge n’en réchappe qu’avec l’aide de Lou(p). Poursuivis par les sbires de leur tortionnaire, tous deux espèrent bien trouver un moyen d’atteindre cet univers où ils pourraient être tranquilles. Mais la forêt recèle maints dangers…

Des contes adaptés en bande dessinée, au cinéma ou à la télé, ce n’est pas ce qui manque et les variations sur un même thème originel fleurissent. Paul Jenkins s’inscrit donc dans cette vague avec Fairy Quest, une série qui met en scène presque tous les personnages de ces histoires débutant le plus souvent par « Il était une fois ». Il leur invente un monde, parallèle au nôtre, dans lequel ils évoluent sous la coupe d’un tyran et imagine des relations qui s’éloignent de ce qu’on connait. Si ça n’est guère innovant – Bill Willingham et Fables sont passés avant et avec brio -, le propos garantit au lecteur une bonne dose d’aventure et de rebondissements.

S’adressant à un large public, le récit plonge immédiatement dans l’ambiance, tandis que les nombreuses scènes d’action alternent avec quelques moments plus calmes. À la narration relativement fluide s’ajoute une différenciation visuelle, plutôt bien trouvée, des dialogues : les paroles et phylactères des principaux intervenants sont en effet associés à une couleur spécifique. Par ailleurs, en tout début et en milieu d’album, deux pleines pages montrent une mère lisant un livre à son fils. Cela constitue une pause bienvenue pour passer d’une partie à l’autre du récit, mais accentue aussi le caractère raconté de l’histoire, tout en laissant entrevoir, peut-être, le côté tangible du Vrai-Monde où le Chaperon rouge et le Loup veulent se rendre.

Le travail graphique d’Humberto Ramos donne vie à ce conte plutôt trépidant à travers un trait assez dynamique et purement dans le style des comics. Le découpage précis et soigné assure une lecture aisée. En revanche, quelques cadrages moins heureux, certaines perspectives douteuses et le rendu un rien trop exagéré des expressions faciales laissent à désirer. La colorisation assurée par Leonardo Olea rend plutôt bien dans l’ensemble et crée quelques belles atmosphères.

Assurément divertissant, ce premier tome de Fairy Quest se laisse bien lire, sans pour autant réellement enthousiasmer. À réserver à un lectorat jeunesse, car les adultes n'y trouveront probablement pas vraiment leur compte.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Fairy Quest
1. Les Hors-la-loi

  • Currently 3.58/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (26 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 26/10/2020 à 10:31:25

    Des mêmes auteurs, j'avais grandement apprécié le thriller ésotérique Révélations, l'un des tout premier comics que j'ai été amenés à lire. Depuis, beaucoup d'eau ont coulé sous les ponts. C'est donc avec un certain plaisir de voir les auteurs pour un récit d'un genre totalement différent.

    J'ai apprécié cette aventure basé sur les contes détournés mais j'avoue qu'après avoir lu Fables, je trouve celle-ci un peu fade même si cela ne manque pas d'intérêts. Le dessinateur possède son propre style qui rend les visages parfois très ou trop mignons. Au niveau du scénario, il y a un traitement assez intéressant des différents personnages où les méchants ne sont pas forcément ceux que l'on croit.

    Shaddam4 Le 10/07/2018 à 10:03:23

    Avec Humberto Ramos il y a un truc en plus. A l'époque de son grand comic Crimson je me souviens qu'un pote me l'avait montré, en pâmoison... Moi le côté "sauce tomate" m'avait paru un peu ridicule. Par la suite j'ai regardé de loin ses productions avec une grande attirance pour son design, pourtant assez simpliste et très cartoon. Le bonhomme a une relation un peu particulière avec l'industrie en ce qu'il a commencé chez Wildstorme, un label d'auteur indépendants fâchés avec le système des majors de la BD américaine que sont Marvel et DC et qui ont donné des trucs très novateurs dans les années 90 comme Witchblade, DV8 ou Battle Chasers. Tous ces auteurs sont depuis rentrés dans le rang mais ils gardent un caractère particulier, et surtout j'ai vraiment commencé les comics avec ces séries... Il y a quelques années Ramos a commencé à bosser en Europe, sur la série mystique Revelations puis un spin off de Kookaburra chez Soleil et enfin, Fairy Quest chez Glénat, que je vais vous présenter aujourd'hui. La série doit comporter quatre tomes, dont deux sont sortis en 2012 et 2015.

    A Bois-des-contes règne le pouvoir implacable de Grimm: les personnages de contes Variants qui ne suivent pas le script de leur histoire sont pourchassés et condamnés au vide-tête! Mais le Chaperon rouge et son ami le Loup ne comptent pas se laisser faire et s'échappent avec pour objectif de rejoindre Vrai-monde...

    Ramos n'est donc pas le meilleur dessinateur de comics qui soit. Son dessin aux gros pieds et trognes mignonnes n'est pas très technique... mais a diablement du style, de la consistance, une personnalité! Sur le récent Extraordinary X-men il apportait déjà un je ne sais quoi de spécial à une histoire relativement banale. Ici son trait et les couleurs de son comparse Leonardo Olea (magnifiques) donnent une texture entre le manga et le graphisme de jeux vidéo à cet univers des contes. Il parvient notamment à donner un vrai caractère au couple Rouge/Lou' qui entraîne le lecteur sur leurs traces avec une vraie tendresse. Le méchant Grimm est également très réussi. Mais ce sont finalement les planches en plan serré qui sont les plus réussies, l'artiste mexicain délaissant (comme souvent dans les comics) ses arrières-plans.

    Je ne connaissais le travail de Paul Jenkins que sur son diptyque avec Humberto Ramos Revelations, enquête policière occulte dans les églises du Vatican, dont l'ambiance et la construction m'avaient marqué à l'époque. Ici il montre également son talent: il n'est jamais facile de tenter une variation sur l'univers des contes. Beaucoup s'y sont essayé, souvent de façon compliquée (comme sur City Hall). Dans Fairy Quest, si l'intrigue est très linéaire (une course-poursuite), le traitement des personnages connus est très intéressante. D'abord par-ce qu'il ne commet pas l'erreur d'en faire le point central de son histoire. Les deux héros sont Rouge et Loup, les autres personnages ne sont qu'une coloration donnant de la texture à l'univers et l'on ne peut qu'apprécier leur caractère original lors de leur apparition rapide. L'idée de la dictature et du libre-arbitre est également intéressante et permet d'aborder la psychologie des monstres et de prendre les lecteurs à contre-pied (en mode "psychanalyse des monstres de contes de fée...").

    On prend plaisir à trouver des lieux connus et des personnages à contre-emploi et l'affrontement parallèle entre Grimm et Andersen (là aussi l'on retrouve l'idée forte de City Hall) crée un background qui donne envie de connaître la suite et le hors-champ (pourquoi on en est arrivé là?). Les dialogues entre Rouge l'éternelle optimiste et le grognon Loup qui voit des problèmes partout sont très drôles et assurent la "prise" avec le lecteur. Cette série à la parution lente est une vraie bonne surprise que je n'avais pas vue sortir il y a cinq ans et j'espère vraiment que les auteurs assureront sa clôture en quatre tomes comme prévu car le deuxième volume nous laisse en suspens avec une grosse envie de retourner en compagnie du gros poilu et de la petite fille encapuchonnée!

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/07/06/fairy-quest

    Zelmiro Le 13/05/2015 à 21:41:20

    Bon album,
    j'ai beaucoup aimé
    et ma fille a adoré !
    pour les petits et les grands enfants
    le dessin de Ramos est splendide...

    DeN76 Le 26/06/2013 à 12:29:05

    Bonjour, moi j'ai trouvé cette bd trés bonne, et j'ai du mal a comprendre les critiques dessus. Le scenario monté comme un comte, à défaut d'etre vraiment original, est efficace car tout s'emballe trés vite. Quant au style graphique , c'est une question de gout, personnelement je suis fan des dessins d'humberto ramos et je trouve que son style tout en rondeurs correspond trés bien a cette histoire. Les dessins du loup sont incroyables..

    La bise

    Edzard Le 31/05/2013 à 18:07:27

    Vous aimez les contes, vous avez peut-être déjà lu Fables, regardé Once upon a time et vous avez aimé cette façon détourné d'utiliser les contes... Alors Fairy Quest pourrai vous intéresser.

    Et bien, fan de contes et de leurs variantes, j'ai été déçu par celle-ci.

    Autant j'avais accroché sur le dessin de type comics utilisé pour Fables, je n'ai du tout aimé ce style sur Fairy Quest. Je trouve que celui-ci ne rend pas aussi bien, car la bande dessinée (scénario, collection, idée) s'adresse aux plus jeunes et le dessin semble réalisé pour les plus vieux.


    De plus l'histoire me semble « trop », comme surexploité. Dur à expliquer ce terme pour une bande dessinée. Mais on a une histoire à rebondissements multiples qui me fait plus penser à une histoire de Supers Héros : une fuite avec course-poursuite, plusieurs le Héros manque de se faire coincer par le méchant et ses sbires, et enfin après une nouvelle fuite in-extrémiste, le héros et son acolyte rencontre un(e) allié(e)...

    Le scénario est trop pré-écrit comme prévu pour être modèle d'autre chose, trop à suivre les lignes et ne sort pas assez des archétypes.

    Donc on a une bonne idée, mais avec une mauvaise mise en place, un dessin qui ne correspond pas selon moi.

    Pour conclusion, je dirai juste que cette bande dessinée est à confier à des lecteurs de type adolescent, mais est-ce que ceux-ci pourront apprécier le côté « conte » qui pour la plupart d'entre eux sont pour les tous-petits?

    Ed'