Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

2021 1. Les enfants perdus

01/06/2012 5817 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

2021, la ville de Détroit a fait sécession. Elle constitue maintenant un territoire autonome dirigé par le mystérieux Ike Mercy. Un convoi de blindés tente de s’introduire dans la cité mais est anéanti par les insurgés. Toutefois, la mission n’est pas un échec, elle constituait en réalité une diversion pour permettre à quatre enfants de s’infiltrer en territoire ennemi afin de trouver et d’éliminer Ike Mercy en s’aidant de leurs capacités surnaturelles. Le problème est que ces dernières ont leur limite : chaque utilisation de ces dons les fait vieillir prématurément.

Stéphane Betbeder propose un récit original qui s’affranchit rapidement des clichés. Ici, il ne s’agit pas d’une simple traque à coup de pouvoirs psy d’un « sale » révolutionnaire ou d’un « Spartacus » luttant contre sa condition et l’injustice des élites en place. Dans cet exercice difficile du tome introductif, le scénariste réussit à combiner l’installation du contexte sans pour autant négliger le rythme. Le lecteur suit bien entendu le parcours de ces quatre gosses, rendu poignant par le drame lié à leur vieillissement accéléré. En outre, l’intrigue s’étoffe rapidement en découvrant la personnalité ambigüe du leader des insurgés, mais également Father, responsable de l’opération d’infiltration, qui dirige ses enfants soldats et entretient avec eux un lien privilégié. La découverte de ces différents protagonistes engendre ainsi de nombreux questionnements qui laissent entrevoir une complexité bienvenue.

Le dessin de Stéphane Bervas confère une véritable identité visuelle à cet album. Influencé par les comics, son trait sait se faire précis sans pour autant rechercher le détail, privilégiant plutôt l’ambiance au travers, notamment, des jeux d’ombre et de lumière. Le travail sur les angles de vues, le cadrage et le découpage est particulièrement abouti et offre un dynamisme et une fluidité des plus agréables. Il s’agit du premier album de Stéphane Bervas, ce qui rend ce résultat d’autant plus impressionnant.

Un récit d’anticipation très bien construit et porté par un graphisme puissant : un démarrage réussi qui laisse présager d'une série prometteuse.

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

2021
1. Les enfants perdus

  • Currently 3.52/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (27 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Cellophane Le 16/12/2018 à 20:43:50

    J’adore.

    J’adore ce dessin d’une précision presque photographique pour les décors, ultra réaliste pour les personnages…

    J’adore les couleurs froide, chaude, futuristes, prenantes de cet album, les couleurs qui s’accordent à l’endroit, au lieu, au personnage qu’on suit.

    Si je n’ai pas encore bien saisi les tenants et aboutissants de l’ensemble à la fin du premier tome (on garde des surprises pour le suivant…), les idées développées sont toutes excellentes.

    De ces enfants qui vieillissent selon leur pouvoir à la voix qui légumise, on est dans de l’anticipation sombre et efficace.

    On suit avec plaisir les combats, les fuites, les tentatives…
    De bons mouvements, plusieurs très chouettes plans larges, du mouvement… On est presque dans un film.

    J’ai marché à fond.