Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Turf 1. Les Crocs de New York

21/05/2012 5344 visiteurs 6.0/10 (1 note)

E mmanuel Proust Éditions se diversifie en publiant Turf, le best-seller de Jonathan Ross et Tommy Lee Edwards, et enrichit sa collection Atmosphères, faisant ainsi preuve d’un éclectisme éclairé qui permet de découvrir des œuvres aussi différentes que Do androïds dream of electric sheep, Vies à contre-jour, Janet Burroughs, Le Baiser de l'orchidée ou bien encore Papeete, 1914. Parue initialement aux USA, entre 2010 et 2011, en cinq opuscules d’une trentaine de pages, la série se présente aujourd’hui, dans sa version française, sous forme d’un diptyque avec une couverture au vernis sélectif brillant sur fond mat du plus bel effet et un grammage de papier tactilement séduisant.

Une fois abordée la forme, qu’en est-il du fond ? Côté synopsis, il convient d’avouer que celui-ci peut surprendre. Une colonie de vampires roumains élit domicile à New-York et décide d’assouvir son addiction à l’hémoglobine en faisant main base sur la ville. S’ensuit une guerre des gangs dont l’issue ne peut-être que dans l’anéantissement des uns ou l’asservissement des autres. Eddie Falco, leader malgré lui de la rébellion des gangs exsangues, trouve une aide providentielle en la personne de Squeed, contrebandier extraterrestre venu se crasher dans Coney Island. De concert, ils pourront bouter les fils spirituels de Dracula hors de Manhattan. Mafieux, extraterrestre et vampires, il fallait oser : Ross et Edwards l’ont fait !

Au-delà d’un scénario complexe où flics pourris, caïd repentant, journaliste amoureuse, vampire humaniste, alien en rupture de ban et deuxièmes couteaux s’aiment ou s’entretuent (cas le plus fréquent), ces deux albums sont l’occasion d’apprécier le talent de Tommy Lee Edwards. Malgré un trait parfois (trop) appuyé, son graphisme s’inscrit totalement dans la culture comics. Cependant un certain statisme des protagonistes peut lui être reproché et ce malgré un découpage qui ne laisse que peu de temps à l’introspection. À noter dans un souci didactique, une densité de phylactères qui frôle parfois la saturation alors que de nombreuses planches se suffisent largement à elles-mêmes. Violent, parfois à la limite du sadisme, ce diptyque joue sur le registre du sordide et du sanguinolent, ce qui ravira les amateurs du genre.

Cette rencontre improbable entre le vieux routier des plateaux télé anglo-saxons et le dessinateur américain fonctionne bien. Une histoire 100% blended & bloody !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Turf
1. Les Crocs de New York

  • Currently 2.63/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.6/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 22/12/2020 à 15:30:46

    Après "Cowboy et envahisseur", voici prohibition et extraterrestres ou Al Capone contre les vampires au choix. Bref, un mélange de genre qui a eu beaucoup de mal à passer en ce qui me concerne. C'est sans compter sur le bavardage un peu inutile sur de petites cases et le tout sur un format lilliputien. Au final, c'est très lourd et indigeste en ralentissant sérieusement le rythme du récit.

    L'héroïne est une journaliste avec un look des années folles et en mal de sensations fortes qui mène une enquête assez morbide sur fond de guerre des clans mafieux. Comme dit, ce mélange original a produit l'effet dégoût intégral. Par ailleurs, le dessin manque sérieusement de précision. On peut dire que c'est la totale. Je serai quand même indulgent dans ma notation car il fallait quand même oser mélanger aliens et vampires dans le New-york sombre et violent de la prohibition. Voilà ce qu'entraîne le manque d'alcool !