Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

C et album propose deux récits exposant les dangers de certains objets exotiques, dont un antiquaire malicieux déconseille vivement la possession : une statuette Kokombo, puis un bouclier africain. C'est l'occasion pour Sergio Toppi d'épingler les sociétés occidentales et tribales, sur fond d'humour et de fantastique.

Dans le Dossier Kokombo*, l'antiquaire met en garde l'acheteur du fétiche Kokombo "aussi mortel qu'une morsure de cobra". L'explorateur Von Prideaux-Guettauer, cette "odieuse nullité" raciste et borné, l'acquiert à la fin du XIXè siècle et devient subitement grâce à lui une gloire de la Société géographique du Luxembourg, accumulant les expéditions victorieuses. Mais le Kokombo attendait son heure pour provoquer la chute du hobereau, les Dayaks coupeurs de tête auront le dernier mot...Toppi adopte ici un ton enjoué et caustique qui est une charge contre la brutalité de l'expansion coloniale, heureusement compensée par le cannibalisme indigène et les puissantes mâchoires de la faune locale. De brèves apparitions du peintre Klimt et du Titanic viennent pimenter l'action.

La démesure des péripéties est rendue par de grandes images pleine page, débordant du cadre, un dense découpage chromatique à l'aide d'à-plats noirs et d'espaces blancs alternés, et une distribution quasi-cartographique des cases à la géométrie variable. La patte de l'ethnologue Toppi va jusqu'à créer une réjouissante onomatopée: le cri "horriblement ligneux" du Kokombo !

Avec Bwuma mon fils, nouvelle inédite réalisée pour Mosquito en 2011, un oiseau marabout s'adresse au lecteur pour conter sa pitoyable histoire. Il a adopté et élevé un petit enfant, lequel grandit jusqu'à devenir un guerrier colossal équipé d'une lance acérée et d'un bouclier trop fragile, fait avec des ailes de papillon. Le marabout tente désespérément de se procurer des matériaux plus solides. Hélas, tous les animaux refusent, il n'aura ni le cuir de l'éléphant ni la peau du chacal. Grâce à un sorcier radié, il parviendra à ses fins et Bwuma écumera la savane, troussera les jeunes natives, jusqu'à sa rencontre fatale avec un peloton de tirailleurs. Son bouclier troué de balles atterrira dans la remise de l'Antiquaire, qui tirera la leçon de cette aventure où la modernité fait le ménage à sa façon.

Il y a du moraliste chez Toppi, créateur classique dont le trait précis rend crédible un animisme troublant le jeu des occidentaux conquérants. Ses récits de maléfices et de sortilèges sont autant de paraboles sur la vanité de l'agitation humaine, aux antipodes d'un Kipling, et en accord avec la paraphrase de Jean Caillon : "Tu seras un gnome, mon fils".


* Précédemment édité chez Mosquito en 1997 en petit format.

Par J-F. Douvry
Moyenne des chroniqueurs
9.0

Informations sur l'album

Le dossier Kokombo

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.