Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Mattt Konture l’éthique du souterrain est un titre inspiré pour évoquer celui qui fait corps avec son œuvre. Derrière « souterrain », sans doute plus qu’un quelconque rapprochement avec ce que peut véhiculer le terme « underground », il faut saisir un état, celui d’un homme qui sans relâche explore les profondeurs de son existence, en perçoit intimement l’environnement et, comme s’il s’agissait pour lui d’un besoin viscéral, le retranscrit sur papier ou à travers la musique. Derrière « éthique », c’est une notion plus implicite qui apparaît, toujours liée à l’état, quelque chose qui fait appel au ressenti.

Ce documentaire de Francis Vadillo s’articule autour de deux roues dentées qui se mettent en mouvement l’une avec l’autre et déclenchent par la même tout un mécanisme de pignons propices à explorer l’univers du Konteur. D’une part, il y a Mattt Konture, lequel semble définitivement plus à l’aise pour s’exprimer crayons, pinceaux et guitare à la main que face à la caméra et, d’autre part, il y a ceux qui sont susceptibles d’apporter un éclairage singulier sur le personnage. Celui du parrain, Jean-Christophe Menu, qui, par ce qu’il dégage, cela sans parler de son investissement dans la maison d’édition L’Association 20 années durant, a certainement joué un rôle non négligeable auprès du jeune punk provincial échoué à Paris. Celui du compère, Killofer, qui apporte un regard tout en décontraction sur la relation entière qu’entretient Mattt Konture avec son art. L’écouter évoquer avec malice l’aspect « dentelle » des planches gratouillées et tipexées de son ami, tout en en dessinant un portait, est sans aucun doute l’un des moments les plus magiques de ce film. Enfin, celui de l’enfant, Pacôme Thiellement, qui, fasciné, venait dans la tanière du punk - une chambre minimaliste dans des combles parisiens - et qui, quelques années plus tard, allait écrire un essai sur ce dernier (Mattt Konture chez L’Association). Il est à noter que l’écrivain touche à tout allait écrire quelques années plus tard un livre consacré au cinéaste David Lynch (La main gauche de David Lynch), ce qui est intéressant en soi, tant les deux hommes ont en commun cette faculté à faire ressentir l’indicible à travers leur art tels des passeurs.

Francis Vadillo est aussi allé promener sa caméra à la suite de son sujet. À Sierre, en 2010, pour le festival Sismics qui accueillait les 20 ans de L’Association, où Mattt Konture croisera Julie Doucet, celle qui, Outre-Atlantique, suivait des chemins graphiques proches des siens dans ce qu’ils ont de dense. Dans le laboratoire de l'éditeur marseillais Le dernier cri où il travaille sur une pochette de vinyle dépliante qui doit contenir le texte des chansons en bande dessinée. En concert, que ce soit pour écouter Courge, son groupe (Killofer évoque l’aspect tactile du toucher de corde de son comparse), où pour en voir d’autres pendant lesquels il dessine selon ce que la musique lui inspire. Là, ça devient impressionnant tant il est pleinement dans son truc, entre absorption du son et ce qu’il produit sur papier.

En tout ce qu’il fait, Matt Konture ne triche pas. Cette nécessité de faire parler le crayon pour exprimer ce qu’il éprouve - quand l’anodin prend une autre dimension entre ses mains -, elle se retrouve dans Comixture jointe, l’album de bande dessinée qui accompagne le DVD, lui confère de la profondeur, de la perspective et en est donc, de fait, le complément indispensable. Tout d’abord dans la couverture de la jaquette, étonnement apaisée, mais ô combien révélatrice de cette impression qui émane de l’auteur vu de l’extérieur, tant il parait ailleurs, comme détaché, quand il n’est pas en train de créer. Puis dans ce qu’il cache en son intérieur, la face cachée de l’homme, éloquente sur ce qui semble se bousculer dans sa tête : un embrouillamini d’éléments qui s’enchevêtrent les uns dans les autres dans un complet désordre et, pourtant, soigneusement ordonné par le chef d’orchestre. Le film, à plusieurs reprises, pointe du doigt le caractère exigeant que Mattt Konture entretient avec sa pratique de l’art et c’est peut-être dans cette intégrité que se trouve l’éthique du souterrain.

Objet Konturien par excellence en ce qu’il mélange les disciplines, Mattt Konture l’éthique du souterrain + Comixture jointe apporte un regard extérieur sur cet auteur qui pratique l’autobiographie comme un sacerdoce. Une nouvelle pierre vient de s'ajouter à l'édifice.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Mattt Konture l'éthique du souterrain + Comixture jointe

  • Currently 3.29/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.