Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les fabriques de la mort 1. Le Journal de Jonathan Harvester

19/04/2012 3271 visiteurs 5.0/10 (1 note)

D e nos jours, Jonathan Harvester est envoyé au Japon pour écrire un article sur les recherches du professeur Muraki, célèbre pour ses études dans le domaine du sang artificiel. Accueilli par la fille du scientifique, toute recouverte de bandages, et logé dans une réplique parfaite d’un château de Westphalie, le jeune journaliste scientifique londonien va de surprise en surprise. Là-bas, dans l’étrange résidence de son hôte, il est pris d’insomnies et se retrouve en proie à d’angoissants cauchemars. Le jour, au fil de ses recherches à l’université, il découvre l’existence d’un procès mené contre des militaires nippons ayant commis des atrocités en Mandchourie durant la guerre sino-japonaise… un sujet qui l’interpelle, mais qui semble totalement tabou.

Si cette trilogie imaginée par Romain Slocombe et dessinée par Freddy Martin aborde les crimes de guerre japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, tout en multipliant les références à la célèbre œuvre de Bram Stoker (Dracula), les auteurs livrent bel et bien un thriller jouant pleinement la carte du mystère et du suspense. En multipliant les allers-retours entre un présent oppressant, aux frontières de la folie, et un passé qui lève progressivement le voile sur les expériences bactériologiques réalisées par l’Unité 731 sur des cobayes humains, le scénariste distille une intrigue angoissante peuplée d’individus inquiétants.

Alors que le graphisme très photographique de Freddy Martin (Après la guerre) renforce le réalisme de ce récit qui flirte avec le fantastique, offrant ainsi un point d’ancrage au fondement historique du sujet, la colorisation froide et sombre de Vincent Froissard contribue à installer une ambiance envoûtante et menaçante très convaincante.

L’enquête menée par le personnage principal tâtant encore dans l’ombre, il faudra cependant attendre le prochain volet pour comprendre où ces fameuses fabriques de la mort cherchent à emmener le lecteur.

Par Y. Tilleuil
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Les fabriques de la mort
1. Le Journal de Jonathan Harvester

  • Currently 2.30/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.3/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    philjimmy Le 26/01/2013 à 16:08:27

    En fan du travail de Freddy Martin (Après la guerre, Serpenters), je me suis tout de suite jeté sur cet album, et je n'ai pas été déçu. Freddy à un très grand talent.
    Le scénario tient bien la route et on est vite pris par l'histoire, angoissante à souhait. Rapidement, en voyant évoluer ce journaliste Londonien dans une reconstitution de château allemand au beau milieu du Japon d'aujourd'hui, on se sent prisonnier comme lui, d'autant plus que les prénoms des protagonistes, (Jonathan, Mina, Lucy) l'histoire elle même ( un professeur spécialisé dans les recherches sur le sang) nous rappelle furieusement une autre histoire de sang, dans un château des Carpates, sans pour autant vampiriser (Ah ! Ah ! ) le récit.
    L'enquète qui devrait suivre promet d'être haletante.
    Une seule angoisse : Freddy Martin à toujours eu du mal à terminer les projets commencés. Alors s'il te plaît, Freddy, tu nous la termines, cette histoire là.