Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La mémoire de l'eau 1. Première partie

02/04/2012 13970 visiteurs 7.8/10 (4 notes)

C aroline et Marion emménagent dans une maison située au bord d’une falaise parfois battue par le vent les soirs de tempête mais, pour l’heure, le temps est idéal. Pour la première, c’est un retour dans la demeure familiale et une occasion de tourner la page. La seconde, sa fille, se voit offrir l’occasion d’en apprendre un peu plus sur ses racines et surtout une belle opportunité de partir à l’exploration d’un espace aussi inconnu qu’attirant. Les étranges inscriptions gravées sur les monolithes et autres parois aperçus alentours en sont une parfaite illustration…

La mémoire de l’eau est une franche réussite parce qu’il compose une histoire judicieusement équilibrée, destinée à un large public. La progression des évènements est tout aussi bien dosée. L’entrée dans la maison qui marque un retour pour l’une des deux protagonistes, et la matérialisation d’un lien avec l’empreinte d’ascendants qu’elle n’a pas connus pour l’autre, en sont les parfaites illustrations.

Les informations sont révélées au fil de l’eau, et le lecteur comme la petite fille, chacun avec leur niveau de curiosité, en apprennent un peu plus sur la situation de cette maman un peu déboussolée et sur ce qui l’amène ici. D’un côté, le portrait d’une femme au visage de grande adolescente qui se retrouve seule pour élever son enfant, situation devenue ordinaire au point de pouvoir se dispenser des lourdeurs souvent associées aux chroniques sociales. De l’autre, la curiosité d’une fillette qui s’exprime sans fracas. En observateur, le lecteur auquel une question vient à l’esprit : quel enfant n’a pas cherché à savoir quels étaient la nature et les actes de leurs parents et grands-parents avant son arrivée ? De quoi, à tout âge, se trouver une connivence avec les personnages mis en situation par Matthieu Reynès.

Même sens du juste dosage et de l’implication en ce qui concerne le volet « aventure ». Dès l’ouverture, l’immersion dans ce bord de mer balayé par les embruns, dans la bourgade proche et tranquille peuplée d’aînés bienveillants (l’absence de jeunes de son âge ne semble pas perturber Marion), est immédiate et confortable. Chacun se sentira à l’aise dans le décor de vacances proposé par Valérie Vernay. Comme la fillette, qui n’a pas eu envie d’installer son quotidien dans un environnement un peu sauvage et aussi propice aux découvertes ? Au point d’oublier le danger lorsque la curiosité se fait irrésistible et que le mystère appelle une explication ? Il y a dans cette première partie de quoi frissonner pour son plus grand plaisir en s’imaginant, minot, au côté d’une Marion qui, aussi peu familière de l’endroit que nous, en oublie la prudence la plus élémentaire. Comme elle, qui n’est pas resté muet(te) et penaud(e) après une aussi grosse bêtise que celle commise en fin d’album ?

Ce sentiment, parfaitement illustré par l’avant-dernière planche, parce qu’il est ressenti, symbolise l’identification avec les personnages. Il réussit à éclipser le cliffhanger commun, et surtout moins humain, proposé en clôture de cette première partie. La mémoire de l’eau est une jolie histoire, avalée par les plus jeunes (pré-ados) et savourée par leurs parents revigorés par le souffle qui s’en dégage.

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

La mémoire de l'eau
1. Première partie

  • Currently 3.73/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (52 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Ruya Le 26/05/2012 à 21:47:12

    L'histoire ne manque pas d'intérêt, mais les petits détails de la vie quotidienne prennent trop de place à mon avis. L'album au complet ressemble à une longue introduction, il n'y a aucun véritable élément déclencheur qui nous fasse penser "wow, là ça devient intéressant!". Si ça avait été un film, cet album constituerait les 15 premières minutes du film. Il reste les 75 minutes restantes... espérons que la deuxième partie sera à la hauteur!

    docteur fil Le 27/04/2012 à 15:38:51

    J'ai adoré ce petit album qui mine de rien est une vraie réussite. J'attends déjà avec impatience les développements ultérieurs et la conclusion. Bravo !