Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Boule à zéro 1. Petit cœur chômeur

20/02/2012 5262 visiteurs 7.3/10 (3 notes)

B oule à zéro, c’est le surnom de Zita. Elle séjourne à l’hôpital depuis si longtemps qu’elle en connaît chaque détail (chambres, équipement) et qu’elle a eu le loisir d’affubler chaque pensionnaire d’un pseudo en fonction de ses caractéristiques (maladie, tenue, trait de caractère). Tout le monde, personnel soignant comme personnel soigné comme elle dit, apprécie la petite ado qui fête prochainement ses treize ans. A l’hôpital, évidemment, mais, au moins, il y aura du monde. En attendant, s’ajoutant au mal qui la retient ici, de curieux troubles cardiaques qui lui font perdre connaissance surviennent de plus en plus fréquemment…

Méfions-nous des a priori. Non, ce n'est pas la morale qui conclut premier tome de Boule à zéro (quoique...) mais il est nécessaire d'avoir en tête ce précepte car celui-ci vaut bien mieux que ce que son sous-titre laisse craindre : le terme chômeur associé au thème des enfants souffrant d’une longue maladie, souvent fatale, et il y a de quoi redouter d’attraper le bourdon sur fond de récit sordide et larmoyant sous des dehors pastels. Là où, par exemple, au cinéma, La guerre est déclarée avait abordé le sujet avec une fraîcheur et une inventivité bienvenues, allait-on rechuter dans la sinistrose avec, un comble, une BD signée par les « rigolos » Zidrou (Les Crannibales et Tamara chez Dupuis, L’élève Ducobu au Lombard) et Ernst (les succulents Clins d’œil publiés au Lombard, Les zappeurs chez Dupuis) ?

Bien sûr que non, car, dans son genre, Boule à zéro est une réussite. Paradoxalement, c’est grâce à une lettre adressée à la grande faucheuse que le ton est donné et que l’on est rassuré, amusé et ferré en tant qu’adulte par ce récit avant tout destiné à un public Jeunesse. « Chère Madame la mort… ». Après ces trois pages avec la voix de Zita en off pour s’introduire dans les lieux et faire sa connaissance, la suite coulera toute seule. Ponctuées de sourires réguliers plutôt que de gags pétaradants à chaque bas de page, les planches défilent égrainant les anecdotes, multipliant les rencontres entre patients, jeunes et vieux, visiteurs, infirmières et médecins. L’humour est parfois un rien acide et son emploi finit par convaincre que le rire est un bon exutoire dans le cas de certaines situations désespérées, y compris lorsqu’il n’épargne personne, à commencer par les experts en autodérision. Pour autant, tout n’est pas cruel ou « vache » dans cet album, même si le racisme et les différences sont aussi évoqués. Mais il y est également question d’amour (maternel, filial, et même façon bluette). C’est un peu moins vache et cruel ; quoique, parfois…

Comme le fait Ernst en ouverture, à la fin de la lecture de Boule à zéro, une petite pensée nous vient pour toutes les Zita ; cet album, c'est du patho(logique) sans pathos, en quelque sorte, qu’on peut confier à nos têtes blondes. Qu’on est rassuré de voir avec des cheveux et à portée de bisoux.

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Boule à zéro
1. Petit cœur chômeur

  • Currently 3.64/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (14 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BIBI37 Le 28/04/2012 à 16:08:54

    Somptueux.
    Ca commence comme "Oscar et la dame en rose" puisque Zita écrit non pas à Dieu mais à la mort.
    L'humour est omniprésent dans cette BD malgré l'ambiance assez pesante puisque tout se passe dans un quelconque service d'oncologie pédiatrique. Mais l'humour n'est jamais déplacé et toujours plein de justesse. Un peu comme dans "intouchable".
    Vraiment rafraichissant et si proche de la réalité des enfants malades.
    Coup d'essai, coup de maître.
    J'ai adoré.
    10/10.