Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les faux visages

13/02/2012 5487 visiteurs 7.0/10 (7 notes)

I ls sont d'origines différentes, ne sont pas issus du grand banditisme et pourtant ils vont se regrouper et devenir le cauchemar des forces de l'ordre en réalisant une série de hold-up audacieux qui vont défrayer la chronique dans la France des années 80. Le gang des postiches va sévir de 1981 à 1986 sans violence et avec un succès inégalé. La fin ne sera pas aussi simple et loin d'être sans casse.

La volonté de David B. et Tanquerelle est de présenter de façon objective, sans parti pris, un fait historique de la criminalité parisienne. Souvent présentés, à tort, comme des Robins des Bois des temps modernes, la personnalité des membres du gang des postiches reste inconnue du grand public et l'éclairage apporté par Les faux visages permet de lever le voile sur la partie immergée de l'épopée médiatisée de ces gangsters grimés. La formation du groupe est traitée relativement rapidement pour se focaliser sur la période d'actions qui est à l'origine de la relative popularité des braqueurs. Pour rester factuel et s'exonérer de l'aspect passionnel, Tanquerelle opte pour un style graphique assez froid basé sur une bichromie bleue/blanc rehaussée de noir. Le souci du détail, ponctué de petits clins d'œil, donne une dimension "reportage" à l'ouvrage et crédibilise le discours.

Les hold-up s'enchainent un peu rapidement passant en revue, parfois superficiellement, un certain nombre d'années. La répétition de faits similaires n'aurait pas apporté de plus-value aux propos qui se focalisent plus sur l'enquête, les répercussions et les suites de l'épopée de ces quelques gentlemen cambrioleurs. Le récit est dynamisé par ce passage en revue express, peut-être imposé par le format compact, mais tout de même consistant. Le livre se lit d'une traite avec le sentiment de parcourir des vies passées à cent à l'heure à braver la police dans une course effrénée sans réel optimisme sur leur fin.

Entre documentaire et série télévisée survitaminée, cet album offre une rétrospective minutieuse et passionnante sur un épisode qui reste paré d’un enjolivement médiatique trop prononcé. Un travail d’archives appréciable.

Par T. Pinet
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Les faux visages

  • Currently 3.79/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (38 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.