Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D imanche 28 Août 2005, le comté de La Nouvelle-Orléans retient son souffle, dans l’attente du pire ouragan que la région ait connu depuis des décennies. Des centaines de milliers de citadins ont fui la ville devant l’approche de Katrina, mais d’autres, généralement les plus pauvres, guettent anxieusement les signes de la tempête imminente. Le cyclone frappe la côte dans la nuit, des vents de 280 km/h ravagent la province, des vagues de onze mètres balayent le littoral. Maisons soufflées, toitures envolées, fenêtres brisées, murs effondrés, les dégâts sont colossaux. Mais le pire reste à venir. À peine passé ce déchainement climatique, alors que la population se croit saine et sauve, se répand la nouvelle : les digues ont cédé. Le lac Pontchartrain se déverse par de multiples brèches dans la ville basse, piégeant ses habitants. Au total, on dénombrera quelques 1836 victimes et, dommage collatéral, un sentiment d’abandon jamais éprouvé à ce point envers l’État.

Car il faut dire que plus que la violence des éléments, ce qui a frappé les sinistrés, ce sont l’incurie gouvernementale, l’absence totale de préparation des autorités, la gestion calamiteuse du drame par les instances en charge de la prévention et la sécurité civile. Non seulement les administrations étaient restées sourdes face aux alertes sur l’état des digues, mais l’organisation des secours s’est révélée indigne de celle qui se proclame première puissance du globe. Les ONG et les bonnes volontés individuelles ayant dû pallier les manquements des institutions, c’est en tant que volontaire de la Croix-Rouge que l’auteur, Josh Neufeld, débarque sur les lieux du drame, un mois après les évènements. L’ampleur des destructions et le désarroi de la population le frappent si fort qu’il entreprend bientôt de raconter ce qu’il voit et commence à recueillir des témoignages de survivants. Quatre années durant, via un blog, il élabore ce qui est devenu ce livre, cette poignante restitution de la catastrophe.

Cinq récits se croisent ainsi, cinq témoins privilégiés entremêlent leurs souvenirs, déroulant parallèlement le fil de leur histoire, dressant un panorama complet du cataclysme et de ses conséquences. Il y a là Denise, forte femme combative, restée pour s’occuper de sa famille, Abbas, l’épicier iranien qui campe dans sa supérette avec son compagnon de pêche pour la protéger des pillages, Kwame, l’étudiant noir fils de pasteur qui fuit la ville en famille, le docteur Brobson, riche praticien du quartier français resté là « parce que le quartier n’a jamais subi de dommages », et Leo, jeune travailleur social, fan de comics, réfugié au nord de la ville avec sa compagne Michelle.

La simple restitution chronologique du désastre suffit à créer une intensité dramatique saisissante : les premières pages montrant l’avancée de l’ouragan instillent un sentiment d’angoisse qui ira croissant, jusqu’au passage paroxysmique du cyclone. Puis, la description de l’inexorable montée des eaux porte vers un nouveau sommet cette impression d’impuissance absolue qu’ont pu ressentir les protagonistes. Enfin, le témoignage privilégié de Denise sur les milliers de réfugiés laissés sans assistance dans un Super-Dome cerné par les eaux, des jours durant, par une chaleur suffocante, est dantesque au possible, et hautement révélateur du mépris envers la population qui a présidé à l’abandon de celle-ci à son misérable sort. L’album se conclut par une sobre transcription du retour au bercail des héros ordinaires de ces évènements, retour parfois fugace pour ceux qui ont tout perdu, et propose un bref aperçu de la situation de chacun, trois ans après les faits.

Parfois entrecoupé de larges vignettes en double pages, rythmant efficacement la démarche narrative, le récit se compose de courts chapitres relatant la progression de la catastrophe, jour après jour, chacun d'eux ayant un traitement - monochromatique - différent. L’encrage est particulièrement soigné, malgré le souci du détail qui prévaut dans la plupart des scènes, et le dessin allie expressivité et lisibilité avec une égale maitrise.

Une réussite de plus à mettre au crédit de cette riche école du reportage dessiné qui fait florès actuellement, A.D. La Nouvelle-Orléans après le déluge s’avère aussi rigoureux dans la démarche journalistique que réussi d’un point de vue technique et poignant humainement parlant. Une œuvre à lire absolument pour appréhender le comportement de citoyens ordinaires face à des situations extraordinaires.

Par O. Boussin
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

A.D. La Nouvelle-Orléans après le déluge

  • Currently 3.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.