Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Il était une fois en France 5. Le petit juge de Melun

12/01/2012 10018 visiteurs 8.0/10 (6 notes)

1946. Melun. Le juge Legentil reçoit Mme Scaffa, mère de Robert, le jeune résistant assassiné comme traître par ses « camarades » Spass, Bourguignon et Belette à la fin de la guerre. Convaincu que Robert Scaffa n’est pas le collabo responsable du carnage de la Brosse-Montceaux, le juge décide de prendre l’affaire en main, et de s’attaquer au fameux Spass, plus connu sous le nom de Joseph Joanovici. C’est à une figure que s’en prend Legentil, quitte à s’y brûler, tant sa proie a gardé d’amis et tant l’époque est troublée. La chasse sera longue et douloureuse…

Retour à la case départ avec ce cinquième tome de Il était une fois en France. Après quatre albums passés à nous tracer le destin ambigu de Joseph Joanovici, ce nouvel opus marque une rupture et surtout un changement de protagoniste. C’est en effet au travers du petit juge de Melun, celui par lequel nous avions fait sa connaissance au tout début du premier volume, que le lecteur va vivre le début de la fin de Joseph. La guerre est finie, un pays est à reconstruire. De plus, si le gouvernement issu de la résistance n’a dans un premier temps pas effectué le grand nettoyage total, c’est bien parce qu’il avait trop besoin de certaines compétences. Même s’il en sait long sur les Français ayant trahi, le moment n’est plus à la vengeance. Une nouvelle ère commence, et tant pis s’il faut accepter certains arrangements quelque peu honteux. Le temps est dorénavant à l’oubli et à la reconstruction. Une triste réalité à laquelle est confronté le juge Legentil.

C'est donc cet état de fait que nous donne à lire Nury dans ce nouveau « cycle ». Sa description de cette France de l'après-guerre est toujours aussi juste et retranscrit bien l’impossibilité d’un jugement sans nuance sur cette période, tant de nombreuses personnes ont dû franchir certaines limites et accepter nombre de compromis pour mener leurs combats. Par ailleurs le changement de point de vue permet au lecteur d’aborder au mieux la complexité de l’époque, beaucoup plus efficacement qu’au travers de Joanovici pour qui les heures sont désormais comptées. Au dessin, Vallée continue son énorme travail de mise en scène pour se mettre au niveau du scénario. Son découpage, en bandes larges et denses, est une nouvelle fois efficace. Son trait est toujours aussi attrayant, et le tout apporte un réel plus à la série.

Le petit juge de Melun marque une étape dans la série, sans que cela n’influence sa qualité, bien au contraire! Pourquoi se priver ? Cette série est définitivement une des réussites de ces dernières années.

Par D. Baran
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Il était une fois en France
5. Le petit juge de Melun

  • Currently 4.56/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (177 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Random- Le 31/01/2019 à 22:00:56

    Place à la justice d'après guerre et retour au juge Legentil dont on va découvrir comment et pourquoi il va devenir l'ennemi juré de Joseph. Début du déclin pour les deux hommes avec une intensité croissante tout au long de l'album. L'ensemble reste très bon.

    Rody Sansei Le 07/12/2015 à 14:09:24

    Par rapport aux 4 précédents tomes, je trouve qu'on perd un peu en fluidité dans la narration (trop d'ellipses notamment). À part ça, c'est toujours très très bon, que ce soit le dessin ou le scénario.

    Meuillot Le 27/03/2013 à 14:28:40

    Avant dernier Tome de cette remarquable série.

    Comme pressenti à la fin du 1er tome, J. Legentil, "le petit Juge de Melun" confirme qu'il sera un élément annonciateur du déclin de Joanovici.

    Personnage principal de cette nouvelle histoire, Legentil (qui reste une pure invention de Nury mais qui n'en est pas moins dénuée d’intérêt puisqu'elle sert d'appui sur des faits réels ou qui auraient très bien pu se dérouler) se voit prier par la mère du jeune Scaffa (voir Tome 4) de rendre justice à ce dernier & ainsi prouver son innocence.

    Manifestement touché par cette requête, Legentil va tout faire pour remonter jusqu’à Joanovici & consorts et les inculper en conséquence. (A noter que le meurtre de Scaffa est revendiqué par les résistants sous prétexte que Scaffa était une taupe).

    L'abnégation & l’énergie déployée par Legentil face à la richesse & la puissance politique de Joanovici ne seront pas suffisants...

    La famille du Juge en subira les conséquences. Rempli de haine, Legentil se venge mais ne contrôle pas tous les aboutissants. La tragédie était inéluctable...

    & celle-ci, Joanovici la prend en plein figure lui que l'on pensait presque intouchable.

    Le dénouement est proche, assurément.

    sulli Le 12/03/2012 à 12:13:30

    Inspirée de faits réels, cette BD déroule l’audacieux parcours de Joseph Joanovici, juif roumain qui débarque en France pendant l’entre-deux-guerres, sans un sou, armé de sa seule volonté de s’en sortir et de mettre à l’abri sa famille.

    Très vite, ce ferrailleur illettré devient un influent affairiste, un des plus riches de Paris. Car en temps de guerre, il mène ses affaires sans scrupule. Qu’il s’agisse de collabos, de résistants ou même de nazis, tous les bons clients sont fréquentables pour “Monsieur Joseph”.

    lire la suite ici
    http://bdsulli.wordpress.com/2012/03/09/il-etait-une-fois-en-france/

    Hugui Le 19/11/2011 à 17:19:19

    L'après guerre,Joseph et les résistants de la police ont retrouvés toute leur superbe et ne veulent plus entendre parler des zones d'ombre de leur passé, quitte pour cela à user de méthodes qui ne devrait plus avoir court dans une démocratie en paix.
    Et c'est tout le mérite de cette bd, de nous plonger dans l'ambiance et l’ambiguïté de cette époque qui aimerait bien ne garder que la partie avouable du passé, mais certaines victimes ne veulent pas se laisser faire. Mais rien n'est manichéen dans cette histoire où il est difficile de trancher facilement entre les bons et les méchants, à l'image de toute société.
    Superbe reconstitution, histoire rondement menée, on en redemande.

    macluvboat Le 16/11/2011 à 19:13:48

    Ne serait-ce pas le meilleur de la série ?
    A vrai dire, je viens de me replonger dedans et ce tome est vraiment excellent. On revoit la saga Joanovici mais vu sous l'oeil de ce 'petit juge de Meulin' confronté à vouloir rétablir l'ordre façon 'Eliott Ness'...
    Génialissime, encore et toujours, vraiment une série incontournable...

    excessif Le 14/11/2011 à 10:55:47

    L'après-guerre et le processus d'épuration / retour à la "normale" offre l'occasion à Nury et Vallée de nourrir la saga de Joanovici de nouveaux éléments historiques passionnants et de dilemmes éthiques différents (qui doit on absoudre quand tout le monde a collaboré plus ou moins ?). En adoptant le point de vue du "chasseur" - ce "Petit Juge de Melun" - plutôt que celui de Joanovici, ils offrent une mise en perspective salutaire des agissements de Monsieur Jo, qu'on a naturellement moins tendance à dédouaner. De plus, le véritable coup de maître de ce 5ème tome, c'est de nous faire assister à la déchéance morale progressive de ce juge a priori intègre, une déchéance qui, même si elle est annoncée par une phrase de Nietsche placée en introduction, ne laisse pas de nous plonger dans un désespoir encore plus noir que les précédents tomes de la saga. Avec une narration plus classique qu'à l'habitude - ce qui n'est pas plus mal - et l'efficacité reconnue du dessin (loin d'être génial, il est vrai) de Sylvain Vallée, "le Petit Juge de Melun" est le meilleur volume à date de "Il était une fois en France", chronique d'une France gangrenée par la lâcheté et l'argent, dont on a toujours tenté de nous dissimuler l'histoire, et dans laquelle il n'est pas interdit de reconnaître les ferments de la politique actuelle.

    yopla Le 10/11/2011 à 12:57:03

    Une très très bonne BD qui est dans la lignée des tomes précédents ce qui est déja une gageure en soit.
    Et puis une fin d'album comme j'aime avec des dessins (aucun texte auquel se raccrocher), des expressions sur les visages qui marquent le lecteur quand il ferme l'album, bref pour moi que du bon.