Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D 2. Lady d'Angerès

08/12/2011 6552 visiteurs 6.5/10 (4 notes)

P rès de trois ans séparent les deux tomes de la nouvelles série des compères ayant créé Garulfo, et l'idée de commencer cet album par un court résumé s'avère judicieuse. Le précédent volume n'avait pas brillé par son originalité déconcertante, d'où, peut-être, l'utilité d'un réveil de la mémoire qui aurait très bien pu confondre cette histoire avec une autre.

Catherine Lecombe est au plus mal. Elle pâlit de jour en jour, s'affaiblit et fait d'horribles cauchemars. Son prétendant, Drake, en accuse Lord Faureston, un dandy duquel Catherine s'est entiché. Aidé de Jones, un bureaucrate chasseur de vampires, il s'est mis en tête de retrouver Faureston pour délivrer la belle.

Le récit principal en croise deux autres. D'une part Betty, la cousine de Catherine, s'éprend de Drake et décide de lire ses écrits, directement inspirés de ses missions à travers le monde. Ce baroudeur a traversé des jungles, rencontré des indigènes avec lesquels il a partagé les coutumes, notamment celle de boire du sang frais. D'autre part, Jones fait la lecture à Drake du « Journal d'un mort-vivant » du mystérieux comte D., guerrier valaque, qui fut fait chevalier de l'ordre du dragon après de hauts faits d'armes. Toutes ces informations s'entremêlent au scénario de base, au point que le mimétisme entre les personnages devient troublant. Drake relève la coïncidence du monogramme du guerrier roumain, D., qu'il surnomme Dragon (Drakul en valaque), alors que son propre patronyme est issu de ce terme. De fait, Ayroles brouille les pistes, en jouant avec la place de ses protagonistes, les déplaçant du premier au second plan et vice versa. Alors que Lord Faureston tenait le haut du pavé dans le premier volume, il se retrouve ici relégué à l'arrière par plus fort que lui, Lady d'Angerès, qui n'apparaît qu'à la fin du livre mais semble pourtant avoir tout orchestré depuis longtemps. Le scénario aperçu au début de la série se complique fortement pour être moins facile qu'il n'y paraissait. Un regret pèse encore pourtant, celui de garder continuellement les mêmes clichés (la société victorienne, les dentelles, la réminiscence de Dracula...). Les histoires de vampires peuvent aussi offrir autre chose.

De son coté Maïorana ne convainc pas toujours. Son style graphique presque tremblotant, assez élastique, convenait à l'élan comique d'un Garulfo, mais moins au charme d'une histoire de vampire à moins d'en faire résolument une version amusante. Certains de ses traits sont alors malhabiles, les perspectives peu académiques. La mise en page, résolument tournée vers le détail, empêche parfois une bonne visibilité et, là où les scènes d'actions ou les moments clés du récit exigent force, séduction et panache, il ne leur rend que peu justice.

Alain Ayroles tire le mieux son épingle du jeu dans ce deuxième tome où le scénario s'enrichit, se complète, s'accélère aussi, bref, s'améliore. Quelques répliques restent maladroites, un peu pompeuses, mais le scénariste réussit à susciter la curiosité de ses lecteurs durant tout l'album. Dommage que Maïorana n'arrive pas à dégager les mêmes émotions de son crayon, réalisant seulement une magnifique couverture.

Par M. Lalout-Hédard
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

D
2. Lady d'Angerès

  • Currently 3.96/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (73 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    aldo 1975 Le 09/06/2014 à 18:46:34

    La traque continue dans ce deuxième volume et on se délecte toujours autant de cette magnifique ambiance.
    L'intrigue gagne en épaisseur et quelques rebondissements relance un récit assez classique.
    Ce deuxième tome se termine sur une note ambiguë à propos de son héros. De quoi sucsiter l'intérêt en vue du tome suivant.

    deguezberques Le 03/02/2012 à 18:48:56

    J'avais beaucoup aimé le premier tome.
    A dire vrai, je craignais même que le second tome ne soit pas à la hauteur.
    Tous ces vampires maniérés mis en scène avec force effets spéciaux plus ou moins pertinents. Tous ces vampires destinés à affoler des gamines. Tout ça est lassant au bout d'un moment.
    Ici, on a quelque chose qui s'adresse à notre part d'ombre. Ou à d'autres parts.
    Un bouquin adulte.
    Je dis bouquin parce que là, on a du dialogue. Du vrai. Et ça aussi, ça nous change.
    Je ne croyais pas possible de faire mieux que le premier tome.
    Celui-ci est meilleur!
    Et plein de promesses quant au troisième tome!
    Album magnifique à tous points de vue, en définitive.
    Bravo aux auteurs!
    Vivement la suite!!!!

    Hugui Le 02/01/2012 à 12:27:23

    Une suite à la hauteur du premier tome avec l'apparition d'une nouvelle héroïne mystérieuse promesse de rebondissements futurs. Et notre bon Drake lui-même n'est pas exempt de question. Bref le scénariste sait à merveille relancer son histoire pour qu'à peine une porte fermée, d'autres s'ouvrent aussitôt. Les dessins sont à la hauteur de l'histoire, précis et détaillés sans perdre en lisibilité et comme l'humour est présent, tout est réuni pour une bonne distraction.