Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les Échos invisibles 1. Les Échos invisibles Partie 1/2

11/11/2011 4473 visiteurs 6.0/10 (1 note)

M onica n'est plus, elle ne sera plus jamais là. Pour Baltus, cette perte est insupportable. De son chagrin naît un étrange pouvoir, il se met à voir des choses, ou plutôt à voir au-delà de la réalité. Apeuré par ces visions, il quitte la Hollande pour s'isoler sur une petite île italienne. Vingt ans se passent dans le calme et la méditation. Malgré une âme qu'il pensait enfin en paix, les questions d'une journaliste vont bouleverser cet équilibre plus fragile que prévu.

Dans ce premier volume des Échos Invisibles, Tony Sandoval (Doomboy, Gris) sème les pièces d'une histoire à la fois intime et fantastique. Baltus, un jeune photographe, vient de perdre sa bien-aimée. Dans sa douleur, il se remémore leur rencontre et les quelques mois passés ensemble. Cette description est racontée avec beaucoup de pudeur et ce qu'il faut de colère. L'apparition de son « don » s'intègre parfaitement avec la situation de détresse endurée par le héros. Pour peu, cette nouvelle diposition passerait comme de simples hallucinations nées de son état psychologique. Malgré le hiatus des vingt-ans d'exil du protagoniste principal, la narration reste parfaitement maîtrisée. Le scénariste gère très bien son cheminement dramatique et construit, petit à petit, un suspens là où le lecteur ne l'attend peut-être pas. Il manque néanmoins un peu de substance à ce scénario. Excepté pour son désarroi, Baltus est un total inconnu, sans passé, ni ressources apparentes (de quoi vit-il pendant son éloignement ?). À force de suggérer et de jouer sur la sensibilité à tout prix, le récit de Sandoval s'avère un peu trop éthéré.

Le trait tout en légèreté de Grazia La Padula (précipitez-vous sur Le jardin d'hiver !) semble avoir été fait pour cette chronique décalée. Sous le couvert d'une mise en scène faussement simple, la dessinatrice propose une construction graphique subtile faite de changements de cadrage infimes mais suffisants pour faire ressortir l'émotion au moment voulu. Les personnages, aux têtes disproportionnées et aux traits taillés à la hache, respirent une humanité certaine.

Encore un peu vague sur ses intentions, il reste aux Échos invisibles un deuxième tome pour totalement convaincre. Un duo d'auteurs à découvrir.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les Échos invisibles
1. Les Échos invisibles Partie 1/2

  • Currently 3.31/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (13 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    la_bouquinerie_imaginaire Le 27/08/2017 à 13:16:00

    J’ai découvert les Echos invisibles en feuilletant les pages au magasin. Et je suis tombée sous les charmes des dessins. Je les trouve tous simplement magnifiques ! En lisant j’ai été submergé par l’univers sombre de Baltus et par sa psychologie complexe. Le travail du scénariste et de l’illustratrice a créé une histoire complexe qui questionne. Néanmoins j’ai trouvé qu’en nous noyant dans une telle sensibilité le récit se révèle assez platonique.

    Ma chronique de blog : https://labouquinerieimaginaire.wordpress.com/2017/08/07/les-echos-invisibles-tomes-12