Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Doomboy

11/11/2011 4461 visiteurs 6.0/10 (1 note)

U ne petite ville de bord de mer - mexicaine ? - sert de théâtre à la nouvelle fiction de Tony Sandoval, qui publie également ce mois-ci, mais seulement en tant que scénariste cette fois, "Les échos invisibles". Une poignée d'adolescents, amateurs de musique metal, partage son temps entre les concerts, les répétitions et le disquaire du coin, et, qu'elles soient heureuses ou malheureuses, les amourettes, aussi fragiles qu'intenses. Parmi eux, Spaghetti, garçon sensible au physique de catcheur, Sep, le fidèle compagnon, et D, guitariste au talent encore incertain. La tragique perte de sa petite amie, Anny, va mener ce dernier entre désespoir et désarroi, rage et accablement, douleur qu'il sublimera et exorcisera à l'aide de sa guitare. Avec son acolyte Sep à la technique, D improvise chaque vendredi soir, lors de sessions sur la côte, de sublimes compositions qu'ils diffusent sur les ondes locales, devenant bien vite, à son insu, une légende parmi la jeunesse, sous le nom de "Doomboy".

Après "Le cadavre et le sofa" et "Nocturno", Tony Sandoval poursuit son exploration des territoires troubles de l'adolescence, mettant en scène les rivalités musicales et amoureuses de ces jeunes métalleux, leurs passions créatrices, l'homosexualité difficilement acceptée d'un des protagonistes, les jalousies... En somme, ce maelström de sentiments, amitiés éternelles et trahisons brutales, qui caractérisent cet âge. Si le folklore lié aux mouvances hard-rock est plutôt un peu moins présent que dans "Nocturno", les éléments oniriques ou surnaturels sous-tendent également une large partie du récit de ce nouvel opus, témoin ce trou dans la poitrine du héros qui représente physiquement sa peine, ou cette mystérieuse marchande d'étoiles, réelle ou fantasmée ?

Fidèle à son habitude, Sandoval alterne deux techniques pour illustrer cet ouvrage : l'une faite de crayonnés subtilement mis en couleurs - directes - et puissamment évocatrice, l'autre à base d'un encrage très fin et de couleurs sobrement placées, principalement en aplat. Les crayonnés étant ici réservés aux passages rêvés ou imaginaires, c'est la deuxième technique qui prédomine très largement. Ce qui, au vu du format à l'italienne qui met bien en valeur le travail de l'auteur, est un peu frustrant, tant la patte de Tony est magnifiée lorsqu'il emploie ses pinceaux sur un dessin non encré. Il est permis de supposer que c'est la différence de vitesse d'exécution qui précipite l'abandon progressif de sa manière la plus travaillée - et la plus expressive.

Malgré cela, le découpage reste très dynamique, le trait si typique de Sandoval fait encore merveille, traquant l'émotion au détour de chaque vignette, soulignant les sentiments de ses héros, aux yeux et aux nez minuscules perdus dans des visages immenses, triturant à loisir les bouches où se concentrent toute les passions animant les personnages.

Après les peu convaincantes "Bêtises de Xinophixerox", l'auteur mexicain renoue donc avec ses thèmes de prédilection, pour offrir au lecteur une jolie histoire légèrement teintée de fantastique, mêlant affres sentimentales et créatives. De quoi plaire à coup sûr aux aficionados de cet auteur singulier.

Par O. Boussin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Doomboy

  • Currently 3.91/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (11 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.