Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le souffle court

03/11/2011 4313 visiteurs 7.0/10 (1 note)

U ne ville dessinée dans un noir et blanc déprimé, des habitants qui s’y promènent emmitouflés - il ne fait manifestement pas chaud -, et parmi eux, Maëlle, qui vient tenir le comptoir dans un troquet tout ce qu’il y a de plus lambda. Elle est trentenaire, vit seule, et son existence commence déjà à avoir des relents de train-train. Encore plus engagé dans la spirale de la monotonie, il y a Olivier, même tranche d’âge, un rien taciturne, qui, régulièrement, passe en soirée boire un demi (ou plus) dans ce lieu où chacun semble voué à s’abandonner à ses pensées en solitaire. Un soir, alors que le client et la tenancière sont pour ainsi dire seuls dans le bistro, elle engage la conversation. Quelques jours après, un soupçon de flirt débute, mais comme rien n’est jamais simple…

Le dessin d’Alexis Horellou (Lys et ses cadavres exquis) est sombre, pas si éloigné que cela de celui de Pascal Rabaté sur Un temps de Toussaint ou encore Ibicus, avec des noirs appuyés et un trait plus présent. Si l’histoire est loin d’être emplie de gaité, elle n’en est pas moins portée par l’espoir, celui de la jeune femme qui semble s’accrocher à cette possibilité d’une relation un peu plus profonde, un peu plus vraie, mais aussi un peu plus difficile que celles vantées par toute personne libérée digne de ce nom. Le chemin n’est donc pas des plus simples et ne garantit en rien une fin plus heureuse que celle qui met un terme à une passade, d’autant plus que les enjeux sont, de fait, plus importants. C’est tout du moins le cas pour Maëlle, qui se cramponne, alors qu’Olivier semble s’engager plus ou moins à reculons, voire même devient fuyant dès que la pression - toute relative - de la gente demoiselle se fait trop ressentir. Compliqué tout ça, d’autant que…

Si cet album est composé pour l'essentiel de séquences silencieuses et contemplatives, les auteurs auraient peut-être pu davantage user encore de ce procédé, afin de laisser le lecteur véritablement sans ligne guide dans cette lecture. Delphine Le Lay, la scénariste, a bâti son récit comme elle aurait pu écrire un polar, en deux parties qui convergent vers la fin pour en délivrer la chute ; le choix de celle qui tire les ficelles. Dans un premier temps, elle suit Maëlle dans la foi qui anime ses espérances, puis, alors que tout semble s’embrouiller, elle opère un retour à la case départ et se place alors dans les errances mentales d’Olivier. Ainsi, à travers ce croisement des vues, les micro-événements autour desquels les deux jeunes gens construisent et déconstruisent leur relation prennent sens dans toute leur complexité ; sans pour autant jamais livrer autre chose que des incertitudes quant à son issue.

Une histoire mélancolique, portée par un graphisme qui ne l’est pas moins, entre deux êtres dont le parcours n’a sans doute pas été follement joyeux jusqu’alors. Que leur réserve l’avenir ? Comme dans la vraie vie, rien n'est jamais certain.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le souffle court

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.