Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Habibi

14/10/2011 21604 visiteurs 8.7/10 (6 notes)

J usqu'à présent la trajectoire de Craig Thompson ressemblait à celle de la majorité des auteurs « alternatifs » américains. Il fait ses premières armes avec un premier album confidentiel, Adieu Chunky Rice, très marqué par l'école new-yorkaise, puis se révèle à un plus large public avec une somme auto-fictionnelle, Blankets. Il revient aujourd'hui sur le devant de la scène avec un surprenant conte des mille et une nuits imbibé de mysticisme religieux et de considérations environnementales. Avec Habibi, Thompson confirme sa place d'auteur avec un grand A.

En plus de six-cent cinquante pages, l'épopée de Dodola et Zam, deux enfants esclaves rassemblés par le hasard, ballotés par un destin tragique, emporte littéralement le lecteur sur les rives d'un désert moyen-oriental intemporel et improbable où Shéhérazade croise les pétrodollars. Le récit, très structuré avec de nombreux retours en arrière et de nombreuses paraboles mystiques, est rythmé par des sourates du Coran que l'auteur met ingénieusement en parallèle avec l'Ancien Testament. Le ton, qui peut paraître un peu excessif tant les deux héros traversent des épreuves humiliantes, porte la marque d'un romantisme exacerbé déjà entrevu dans Blankets. De nombreux thèmes chers à l'auteur se retrouvent dans ce nouvel ouvrage, comme la découverte de l'autre, les souffrances des relations humaines et les conséquences des croyances, aussi bien traditionnelles que religieuses. Œuvre dense et captivante, Habibi, de par sa profondeur psychologique et sa richesse thématique, nécessite une attention soutenue pour totalement s'apprécier.

Graphiquement, Thompson régale son lectorat. Son trait, à mi-chemin entre Blutch et Frédérick Peeters, onctueux et virevoltant, se marie à dessein avec la calligraphie arabe omniprésente sur les planches de cet album. La mise en page est également des plus percutantes et rappelle, sans rougir, les meilleurs travaux du grand Will Eisner. Malgré le constant jeu de ping-pong entre les interludes légendaires et les aventures bien terrestres des deux protagonistes, la narration reste d'une lisibilité exemplaire. Seul bémol, quelques scories culturelles (le barrage, copie un peu trop conforme du Hoover Dam, et les scènes osées toujours marquées d'une pudibonderie toute américaine) se font remarquer ici et là. Au final, c'est principalement le plaisir contagieux du dessinateur maîtrisant son art qui domine.

Impressionnant, aussi bien sur le plan du scénario que sur le plan graphique, Habibi est à lire d'urgence.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
8.7

Informations sur l'album

Habibi

  • Currently 3.88/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (75 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    MasquedCucumber Le 06/12/2021 à 07:43:11

    Un objet un rien prétentieux sur la vie, la mort, l'enfantement, la féminité, la virilité, la religion, le bien, le mal, l'environnement,... C'est dépressif pour pas cher en mélangeant viol et innocence dans une fable mystique qui change de ton au gré des délires graphiques ou scénaristiques de son auteur en plein trip de champignons.
    A part ça, c'est bien dessiné.

    Erik67 Le 01/09/2020 à 16:55:14

    J'attendais depuis longtemps une autre oeuvre de Craig Thompson. Il faut dire que Blankets - Manteau de neige fut l'une de mes toutes premières lectures dans le roman graphique. J'avais beaucoup apprécié son talent de conteur. Après des années d'attente, voici Habibi qui nous libre une histoire totalement différente même si l'amour reste le thème central.

    Habibi est presque une révolution ultime: celle des sens, de la calligraphie qui épouse avec merveille le dessin au rythme d'un royaume imaginaire sorti des mille et une nuits. C'est le Moyen-Orient dans toute sa splendeur et sa décadence. On voit à l'horizon les problèmes de pollution qu'engendre une urbanisation à outrance. Il y a également le problème du traitement des eaux et de sa rareté.

    On pouvait craindre l'enlisement au bout de 600 pages. Ce fut tout le contraire ! C'est un récit qui monte en puissance pour nous délivrer d'un message au-delà des religions. Une œuvre forte et encore une belle réussite qui donne ses lettres de noblesse à la bande dessinée. De belles trouvailles graphiques avec un trait sombre, nerveux et puissant. On atteint presque le chef d'oeuvre annoncé avec un message fort et une conclusion idéale.

    willybouze Le 07/06/2012 à 22:22:19

    Effectivement, un pavé, un monument graphique, érudit et passionnant.

    On est dans l'allégorie et dans le concret. Dans le mystique et le prosaïque. Les religions chrétienne et islamique sont mises en parallèle et renvoyées dos à dos. Avec des bases communes, la structure monothéiste rigide et les univers oniriques qui ont mené à la manipulation des esprits.
    Cet ouvrage présente en effet une société dure et agressive pour les faibles. Mais qui peut affirmer qu'il en est autrement ? Les femmes sont des objets au service des hommes, les noirs au service des plus clairs, les pauvres au service des riches... La société décrite n'est finalement pas très différente de la nôtre. Elle se situe ailleurs, dans un monde inconnue qu'on situe évidemment au proche-orient, terre centrale à l'origine des religions monothéistes et des contes des mille et une nuits.
    Nos deux "héros", faibles parmi les faibles, sont forts par leur esprit et par leur coeur. Le récit, même dur, ne tombe jamais dans la noirceur, grâce à des procédés poétiques magnifiquement mis en images.

    Si la sensualité décrite en 4ème de couverture n'est pas ce que je retiendrais de ce bouquin, il n'en demeure pas moins une oeuvre admirable de poésie, de beauté esthétique et de culture religieuse.
    Pour ceux qui ont les tripes et qui savent s'échapper de leur quotidien pour plus de spiritualité et de beauté intérieure, il ne faut pas rater Habibi.

    herve26 Le 07/06/2012 à 19:04:15

    Ce pavé, car il n'y a pas d'autre mot pour nommer ce livre, m'attendait dans ma bibliothèque depuis plus de 6 mois. Il faut, un , du courage pour s'y attaquer, et deux, du temps , beaucoup de temps pour venir à bout de ses 670 pages !
    Alors je me suis lancé et puis je n'ai pas laché ce livre, hop ! une lecture presque d'une traite.
    Pff! tout d'abord il faut souligner le travail d'orfèvre de Graig Thompson. Le dessin est magnifique, les calligraphies superbes; cela ne m'étonne pas qu'il ait mis 6 ans je crois, à batir cette oeuvre, pour ne pas dire ce chef d'oeuvre.
    Enfin, le scénario est habile, fin et surtout très bien construit, très bien huilé derrière un désordre apparent.
    En mélant le Coran, l'Ancien testament, et les époques (sommes nous à l'époque des milles et une nuit ou alors à l'ére industrielle?), Graigh Thompson nous fait voyager dans le temps, dans l'espace mais essentiellement nous fait voyager tout court avec le destin de ces 2 enfants,Dodola et Zam.
    Certes, le récit est dur (les sévices imposés à Dodola), parfois drôle (le changement d'eau en or) mais surtout prenant.
    A lire d'urgence.

    dalloway Le 28/04/2012 à 10:15:13

    Cet impressionnant pavé de 700 pages se dévore d’une traite. Le graphisme est superbement recherché : l’art de la calligraphie se mêle au dessin noir et blanc. Les vignettes s’enchaînent aux arabesques. On voyage dans ce récit à un rythme effréné. Comme dans les Mille et une nuits, l’histoire est construite en parallèle avec LES histoires (les mythes communs à l’islam, au judaïsme et au catholicisme). Ces deux mondes se font écho et s’opposent, entre rêve poétique et dure réalité, au milieu desquels Dodola et Zam essaieront de cheminer pour s’aimer.

    vincezd Le 29/01/2012 à 17:55:09

    "La sainte soufie Rabia AL-Adawiyya* a été vue portant une torche et une cruche d'eau. Une torche pour brûler le paradis, une cruche d'eau pour noyer l'enfer, pour que les deux voiles disparaissent et que les croyants rendent gloire à Dieu. Non dans l'espoir d'une récompense, ni dans la crainte d'un châtiment, mais par Amour".
    Cette citation pourrait apparaître n'importe où dans le livre, étant donné qu'il s'agit d'un récit entrecoupé d'extraits bibliques mis en images et assimilant les deux personnages clefs à des saints, mais il s'agit de la moral finale. Il est donc dit explicitement qu'il s'agit là d'une œuvre d'évangélisation. Par conséquent, je soutiens qu'elle déprimera les croyants et qu'elle exaspérera les autres.
    L'œuvre repose sur les conceptions chrétiennes, et en dehors de ça le récit qui se veut une fable est lourd et contradictoire dans la forme.
    Pour autant, cela m'étonne car l'auteur avait montré des doutes quant à sa foi dans Blankets.

    «L'Eglise dit : le corps est une faute. La science dit : le corps est une machine. La publicité dit : le corps est un commerce. Le corps dit : Je suis une fête.» [Eduado Galeano. Paroles vagabondes.]
    Le plus gros problème de l'auteur est bien sa relation au corps. Les corps sont vendus, prostitués, violés, mutilés. Le corps de l'héroïne est chanté et admiré, mais sans cesse assailli par des démons. Toutes les relations charnelles sont empreintes d'interdit et d'impossibilité, même quand la relation est emprunte de vrai amour (ainsi les deux personnages sont comme mère et enfant/frère et sœurs, pourtant ils s'aiment mais quand ils veulent s'aimer physiquement c'est physiquement impossible), et les corps sont traités d'"impurs". Comme dans Blankets, l'amour est impossible. Pourtant ils se lient : comme des saints ? Constamment, les métaphores bibliques assimilent nos deux héros à des saints.
    Les corps tombent malades, s'infectent et puent. L'homme est voué à la pourriture (c'est dit et montré en substance).

    Il n'y a qu'un seul homme "bon" dans le livre, notre héros, mais au final ce n'est pas un vrai homme (c'est un saint ?). On le rencontre bébé. En grandissant, il bande en voyant notre héroïne, et se déteste pour ça. Plus grand, il devient eunuque.
    Tous les autres hommes sont bêtes, cruels et pervers (ils abusent des petites filles). Donc là c'est un point où le ton de fable ne passe pas.

    Avec des personnages "tertiaires", on apprend que l'apocalypse arrive (il faut faire des stocks de nourriture), que si on pense avoir tout fait, il reste une chose à faire : prier; on voit que si une femme enlève son voile des cheveux, alors tous les hommes se montrent obscènes;

    Le livre raconte donc l'histoire de deux saints dans une humanité pourrie. Aucune lumière (si ce n'est prier ?), il faut endurer, travailler et se taire.

    Dernière chose, pourquoi le récit se passe-t-il dans un pays arabe ? Pour soi-disant justifier la vente d'esclaves ? (dans un monde modernisé) Pour justifier la vente de petites filles à marier ? Pour mieux porter son travail d'évangélisation ?

    Bref, lecture non recommandée.


    * de temps en temps apparaît un nom arabe dans les allégories bibliques, mais sinon il s'agit de Noé, Moïse, Salomon, Gabriel, etc. On début on a Allah, donc on croit qu'on aura un mélange des deux religions, mais pas du tout.