Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

A près Renaud avec Une BD d'enfer, c'est au tour de Jean-Jacques Goldman de voir quelques unes de ses chansons interprétées par divers auteurs de bandes dessinées.

Et quoi de plus naturel alors que de demander à Zep d'en faire la couverture et une très amusante mise en bouche puisqu'il avait déjà collaboré avec le chanteur pour illustrer son dernier disque, Chansons pour les pieds.

Ensuite, comme dans tout ouvrage collectif, il y a du bon et du moins bon, mais l'ensemble est de bonne facture. On retiendra particulièrement les interprétations de Jean-Claude Götting avec une magnifique mise en image de Sache que je tout en non dit, d'Isabelle Dethan avec Tout était dit ou encore de la famille Jouvray avec Je commence demain. Manu Larcenet, sur Filles faciles, ose une surprenante interprétation, une "simple" suite de portrait de femmes, qui s'avère forte et touchante. Par contre, d'autres déçoivent comme Léturgie qui nous propose une vision de Là-bas particulièrement décevante, vide d'émotion, ou encore Ted Benoît qui, sur Rouge, manque cruellement d'imagination.

En définitive, il s'agit d'un bien bel ouvrage qui ravira les amateurs de Jean-Jacques Goldman. Notons tout de même qu'il serait dommage d'essayer d'apprécier chaque chanson dessinée sans bien la connaître pour la fredonner dans sa tête pendant la lecture.

Par J-M Grimaud
Moyenne des chroniqueurs
5.7

Informations sur l'album

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.