Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le fils de l'officier 1. La tête abîmée

08/09/2011 3908 visiteurs 7.0/10 (1 note)

F ils d’un officier français stationné en Cochinchine et orphelin de mère, Sidoine a été élevé en Bretagne par le père Divères, un facteur alcoolique. Brillant élève, il réussit sans peine son certificat d’études, mais voit ses rêves scolaires s’évaporer faute de moyens et devient donc commis dans une métairie. Un jour, alors qu’une lettre de son géniteur est arrivée, Sidoine a une discussion houleuse avec son tuteur auquel il reproche de s’être mal occupé de lui. Le lendemain, il retrouve le pauvre homme pendu. Sur les conseils du curé, Sidoine s’accuse du meurtre de son père adoptif afin qu’il reçoive une sépulture chrétienne. Envoyé dans la colonie pénitentiaire d’Aniane, il va connaître les châtiments corporels et l’iniquité d’un directeur sadique qui ne feront qu’augmenter sa haine de l’ordre établi. Libéré deux ans plus tard, son trajet de retour vers la Bretagne commence par une rencontre et une mort troubles...

Après Ambulance 13, L’œil des dobermans et le troisième volet de Traffic , Le fils de l’officier marque une nouvelle collaboration scénaristique entre Patrick Cothias (Les sept vies de l’épervier, Le Lièvre de Mars, Masquerouge, etc.) et Patrice Ordas. Ce premier tome donne d’emblée le ton, sombre, d’un récit qui laisse peu de place à l’espoir et est entièrement tourné vers le parcours douloureux et semé de déboires comme de désillusions du jeune Sidoine Loll. Véritable écorché vif, ce dernier peine à trouver sa place et à construire son identité, mais aussi à accepter les mesquineries et hypocrisies d’une société qui, quoi qu’il fasse, le stigmatise comme orphelin, coupable idéal d’un meurtre qu’il n’a pas commis, puis ancien pensionnaire d’une maison de correction.

Bien pensé et rythmé, quoiqu’assez linéaire, le scénario nourrit la curiosité du lecteur tout au long de l’album. Les événements s’enchaînent en effet sans discontinuer et dessinent progressivement la psychologie tourmentée du personnage principal ainsi que celle des autres protagonistes, tout en évoquant l’importance des inégalités et des failles sociales du tout début du XXe siècle. Le récit s’appuie en outre sur une narration en voix off qui résonne de façon très particulière, comme celle d’un plaidoyer a posteriori. Par ailleurs, ce procédé narratif joint à certains éléments maintient le doute quant à l’innocence, ou la culpabilité, de Sidoine dans les tragédies qui parsèment sa route.

L’histoire est portée par le dessin de Christelle Galland, dont c’est le premier album. Agréable et de belle facture, son graphisme s’accompagne d’un découpage clair et très lisible. Il est aussi marqué par une grande expressivité des visages, transmettant au mieux les émotions. Malgré un travail appréciable sur les décors et quelques cadrages réussis, certaines perspectives s'avèrent cependant moins convaincantes ou légèrement disproportionnées. Enfin, la mise en couleurs de Sébastien Bouet s’accorde bien à l’ensemble, renforçant et donnant corps aux ambiances créées par la dessinatrice ainsi qu’à l’atmosphère pesante du récit.

Doté d’un scénario intéressant et d’une mise en images de bonne facture, La tête abîmée ouvre une trilogie qui s’annonce déjà prometteuse.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le fils de l'officier
1. La tête abîmée

  • Currently 3.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Hugui Le 19/06/2011 à 19:59:24

    Noir c'est noir, et Cothias nous pond encore une intrigue bien plombée qui fait penser au Bout d'homme de Kraen. Mais c'est solide et captivant et pour un premier album Christelle Galland se débrouille pas mal au dessin.
    A suivre donc, les dernières pages laissant espérer un peu d'espoir.