Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Foutoir

28/07/2011 4621 visiteurs 6.0/10 (1 note)

« Le prolétariat s’est laissé pervertir par le dogme du travail. Rude et terrible a été son châtiment ». Cette sentence, extraite du livre Le droit à la paresse (1883) de Paul Lafargue, est mise à l’honneur en quatrième de couverture de l’album. Visionnaire, Lafargue ? Qu’importe, un petit troquet albigeois résiste, ou tout du moins la part de ses fidèles clients toujours prompte à réclamer la tournée au patron - voilà un joyeux pléonasme. La France qui se lève tard veille, comme en témoigne la couverture, celle mise en valeur, ou non, sur les étals des librairies, qui donne une vision onirique du lendemain de cuite : un container à verre entouré de moult bouteilles vides et cassées. D’un côté la philosophie, de l’autre l’ivresse, et en fédérateur, le comptoir du bar « Jour de fête ».

Depuis 1999, et Opération disco, les amis Marco et Gégé, rejoints par Pierrot et le désopilant Jipé, luttent. Dit comme ça, ça manque un peu de sens, mais, quoi qu’il en soit, ils montent au créneau, notamment contre l’augmentation du prix du demi et pour la tournée du patron (bah oui). Cependant, leur champ d’action ne se limite pas à ça. Ainsi, ils font œuvre de pédagogie pour vanter les bienfaits de l’alcool, qui, miracle de la vie, enlève toute inhibition et garantit ainsi son lot de branlées, que ce soit au café des sports pour les rencontres amicales avec les habitués, ou lors de tentatives de « chopage de meufs » accompagnées. Arf, s’ils s’étaient unis avec Plageman et sa bande, nul doute que l’ordre du monde s’en fût trouvé renversé.

Plus sérieusement (ça ne sera pas long), le contenu de Foutoir interpellera le lecteur sur son vieillissement, sur son degré d’embourgeoisement, voire sur celui des auteurs (par ailleurs tenanciers d’une régulière correspondance pour la revue Jade dans laquelle ils évoquent l’évolution de leur rapport à la bande dessinée). La soupe servie à l’air d’aussi bonne facture que les précédentes, tous les poncifs du genre qui réjouissaient le jeune adulte encore ému de ses faits d’armes adolescents semblent présents, néanmoins, ça fait moins rire. Ça reste bon, mais l’enthousiasme n'est peut-être plus le même que jadis.

À la manière des grands du microcosme, Les requins marteaux proposent à la fin de l’album un supplément avec un numéro de Ferraille science consacré à l’art contemporain. Enfin un sujet sérieux, avec son lot de vernissage où il fait bon se mettre minable. Les auteurs, Marco et Gégé, ont pris de la bouteille (avec cravate et tout et tout) et ça passe très bien. Comme quoi ! Patron, la même !

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Foutoir

  • Currently 3.71/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.