Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

L e prince Florizel de Bohème est un excentrique, du moins aime-t-il les bizarreries. Accompagné du colonel Géraldine, il passe son temps à fréquenter les clubs les plus farfelus, toujours en quête de nouvelles surprises. La farce tourne toutefois au cauchemar lorsqu’il fait son entrée au macabre club du suicide, lieu de rendez-vous de toutes les âmes égarées de la Cité.

La collection Noctambule s’enrichit d’une nouvelle adaptation littéraire. C’est Stevenson qui est cette fois mis à l’honneur, Clément Baloup ayant décidé d’y transposer un recueil de nouvelles de cet auteur. Si le récit, notamment au niveau de son rythme qui pourra paraître décousu, a quelque peu vieilli, il n’en est pas moins riche de personnages au caractère bien trempé. Qui plus est, les textes, raffinés, conservent tout leur charme et font de chaque dialogue un ravissement. C’est donc avec plaisir que se découvre une intrigue bien menée, relevée d’une touche de désuétude que l’amateur de littérature classique de qualité ne pourra que goûter, d’autant plus que le traitement graphique est admirable. Dans un style très léger, Eddy Vaccaro compose des décors d’une grande beauté, tandis que les actions sont également rendues avec talent. Sans parler des couleurs aux tons pastel, qui relèvent d’une parfaite maîtrise.

Davantage qu’une histoire haletante, c’est une atmosphère sublime et une tonalité propre que les auteurs proposent avec leur vision de ce Club du suicide. Le genre d’album sur lequel on aime s’attarder pour savourer une ambiance, se délecter d’un bon mot, et qui, une fois la dernière page tournée, laisse une impression durable, impose son charme naturel. Une réussite.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Le club du Suicide

  • Currently 3.14/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.1/5 (14 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    minot Le 27/05/2021 à 15:44:05

    Malgré un dessin plaisant tout en légèreté et en subtilité, agrémenté de couleurs pastels qui créent une ambiance propice au mystère, je me suis profondément ennuyé à la lecture de cet album. Si la première partie de l'intrigue est prenante (avec la découverte de ce diabolique Club du Suicide), le seconde est passablement confuse (où trop de personnages aux identités multiples compliquent la compréhension du scénario, à tel point qu'on ne sait plus qui est qui et dans quel camp se situent les personnages).
    Lecture décevante au final.

    Erik67 Le 06/12/2020 à 13:50:53

    Le club du suicide est une nouvelle méconnue de Robert Louis Stevenson l’auteur qui est célèbre pour son roman L’île au trésor. J’avoue ne pas avoir apprécié cette bd dans sa construction scénaristique.

    La première partie nous plonge dans les aventures d’un prince un peu bohémien en mal de sensations fortes à l’époque victorienne. Il se retrouve au cœur d’un club étrange où l’assassinat se substitue à la volonté suicidaire du désespéré. Ce prince au bon cœur n’aura de cesse de punir le président du club au nom de la justice et d’une certaine morale.

    La seconde partie devient véritablement d’un ennui mortel. C’est en effet trop sinueux pour moi et pas assez lisible. Je pense qu’il aurait fallu faire une adaptation inspirée plus cohérente et percutante pour le monde de la bd. C’est encore une fois toute la difficulté des adaptations littéraires sur le format bd. Cela passe ou pas…