Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ostfront Stalingrad

06/07/2011 6309 visiteurs 6.0/10 (1 note)

L e 28 juin 1942, l’Allemagne lance l’offensive Fall Blau visant à prendre Stalingrad, point géostratégique. Le 31 janvier 1943, la bataille prend fin avec la capture du maréchal Paulus. Entre temps, des milliers de soldats allemands ont combattu et sont tombés pour prendre la ville. Parmi eux, le lieutenant, frais émoulu, Tomas von Vilshofen, le sergent Max Dinger, un vétéran des campagnes de Pologne et de France, et une forte tête, Sepp Steiner, participent aux combats, en vivent l’horreur…

Bataille mythique et mortifère du front de l’Est, Stalingrad a incontestablement marqué un tournant en Europe durant la seconde Guerre Mondiale. La lutte acharnée entre les armées ennemies, quartier par quartier, rue par rue, bâtiment par bâtiment, a vu s’affronter deux volontés d’acier, prêtes à aller jusqu’au bout. C’est ce combat sans merci, clairement décisif pour le camp qui abandonnera le premier, que Fabrice Le Hénanff (H. H. Holmes) a choisi de narrer dans Ostfront à travers les visions et histoires croisées de trois personnages au caractère plutôt bien trempé.

Mais, avant le récit lui-même, ce qui saute aux yeux, ce sont bien la force et la puissance du dessin de l’auteur. Sans doute, l’élément le plus jouissif pour le lecteur auquel il est donné d’apprécier de belles scènes au milieu des ruines, dans des sous-sols, des casernements de fortune, sous le feu adverse ou dans la tourmente des intempéries. La mise en couleurs directe accroit encore l’impression réaliste et authentique véhiculée par le travail graphique, précis et bien documenté, de Fabrice Le Hénanff.

Rien que cela permet de faire oublier certains travers scénaristiques à même de faire grincer les dents des cinéphiles avertis et passionnés de cette période historique. En effet, au fil des pages, le connaisseur retrouve le ton et l’allure d’un incontournable sur cette bataille, le Stalingrad du réalisateur allemand Joseph Vilsmaier. Pire, certaines scènes semblent quasiment calquées sur celles du film. Cependant, le bédéphile qui ne connaîtrait pas cette œuvre ne peut guère trouver à redire à un récit qui sait exploiter les différents points de vue des protagonistes pour en extraire l’essence de ce que pouvaient être les pensées des hommes qui ont participé au combat.

L’auteur transcrit aussi bien la volonté d’assurer au mieux le commandement en conservant une certaine intégrité pour von Vilshofen, la désillusion et l’amertume pour Max Dinger et Sepp Steiner. Ces trois-là ne sont ni pires ni meilleurs que les autres, mais bien soumis aux caprices de la guerre et essayant, tant bien que mal, de les traverser au mieux. Afin de les rendre encore plus proches, plus communs, les deux premiers sont également pris dans des drames personnels qui apportent une touche d’humanité supplémentaire, sans sombrer dans la mièvrerie. Enfin, le tableau brossé ne s’avère ni blanc ni noir. Au contraire, composé de multiples nuances, il s’attarde autant sur l’aspect simplement guerrier, consistant surtout en une tentative de survivre, que sur les exactions dont l’armée allemande a pu se rendre coupable en Russie.

Graphiquement très réussi, Ostfront dresse une fresque plutôt appréciable de la bataille de Stalingrad. Du moins, si on dépasse l'impression de déjà-vu due aux sources d'inspiration, parfois reprises telles quelles. À découvrir surtout pour le dessin, en attendant le volet sur la bataille de Berlin, prévu pour 2012.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Ostfront
Stalingrad

  • Currently 4.11/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (28 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kergan666 Le 23/10/2011 à 20:28:00

    j'ai vraiment apprécié cette bd qui me parle d'autant plus que je suis passionné par cette période de l'histoire
    ok, Stalingrad est un sujet vu et revu, mais cet album avec ces dessins superbes ne dénature en rien ce qu'il y a eu de mieux dans le genre
    une très bonne bd à mon sens que je conseille vivement autour de moi
    bien évidement, il ne faut pas être allergique aux récits de guerre!

    macluvboat Le 14/07/2011 à 15:04:06

    De trés jolis dessins sur le théme de la bataille de Stalingrad où Allemands et Russes se livrent une bataille intense.

    Scénario correct et surtout porté par de trés jolis dessins et haut en couleur.

    A lire...