Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

S obriété graphique de mise pour des temps passés douloureux : seule la couverture comporte des couleurs, et encore, ô combien ternes. Le reste n’est que grisaille. Une autre époque, celle où deux blocs s’affrontaient à distance. L’un des théâtres les plus absurdes de ce conflit fut certainement Berlin. Enfant, Simon ne comprend pas pourquoi ses parents ne peuvent l’accompagner pour aller voir ses grands-parents maternels de l’autre côté du mur, pourquoi il ne voit jamais ceux de son père.

Adulte, il revient sur cette période sombre qui a marqué sa famille, installée à l’Est, et reprend au commencement, quand tout n’était pas aussi simple qu’il peut paraitre aujourd’hui. D’une part, il y avait ceux qui étaient convaincus des bienfaits du système communiste, de l’autre, ceux qui étaient plus sceptiques ; en accompagnateur de la foi des premiers, et en modérateur à toute tentative d’insubordination des seconds, un régime de fer veille sur, ou surveille - c’est selon -, le quotidien des habitants de cette portion de ville. Les parents de Simon étaient bien naturellement influencés par leur entourage. La jeunesse aidant, et non sans avoir tergiversé, ils décidèrent de se lancer dans les démarches nécessaires et humiliantes pour passer de l’autre côté.

Son récit se concentre sur les siens et ne s’appesantit pas sur le contexte historique qui, s’il s’impose de lui-même comme un élément essentiel de ce qu’il raconte, n’en est pas moins placé en toile de fond. Ce qui lui importe, c’est de comprendre, et donc d’être explicite, au moins autant pour le lecteur que pour lui-même. Pour ce faire, Simon Schwartz déroule son propos avec simplicité, et opte pour un dessin très lisible au service de la compréhension. La lecture est, de fait, fluide, mais aussi agréable, parce que l'auteur évite l’écueil d’une vision trop superficielle des comportements.

À l’instar de Trop n’est pas assez et de Haarman le boucher de Hanovre, De l’autre côté s’inscrit dans le mouvement d’une bande dessinée allemande en plein foisonnement, exigeante sur le fond, variée sur la forme.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

De l'autre côté (Schwartz)
De l'autre côté

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.