Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Australes - Deux récits du monde au bout du monde 1. Voyage aux îles de la Désolation

14/03/2011 12931 visiteurs 8.3/10 (4 notes)

E mmanuel Lepage nous invite à le suivre au jour le jour dans son long périple à travers les terres australes et antarctiques françaises, les TAAF, surnommées les îles de la Désolation. En fait de désolation, c’est plutôt à un émerveillement permanent que nous sommes conviés.

L’évasion est avant tout graphique, car le livre se présente comme un carnet de bord alliant avec justesse l’intimité du noir et blanc à la flamboyance des couleurs. De même, les vues rapprochées, témoignant des relations humaines qui se tissent dans ce bout du monde, alternent avec d’autres, plus larges, qui offrent aux paysages l’espace nécessaire pour nous éblouir.

Instructif, ce récit de voyage l’est également, et il nous ouvre les portes d’un univers inconnu, avec, à la clé, une série d’enseignements sur le monde, sa véritable nature et la nécessité de le préserver. Une belle leçon d’humanité se dégage de cette histoire portée à la fois par le dessin virtuose de l’auteur et par des mots qui reflètent au mieux les impressions suscitées dans son esprit par les événements auxquels il a assisté. Les paroles échangées avec des personnes de tous horizons, formant une communauté au sens premier et noble du terme, constituent un autre pilier du récit et lui confèrent un côté très humain, intimiste.

Derrière la maîtrise graphique de l’auteur, au-delà d’un talent de dessinateur qui relève de l’évidence, il y a dans la démarche d’Emmanuel Lepage une grande humilité, non seulement devant l’incroyable beauté de cette nature sauvage qu’il découvre avec bonheur, mais aussi et surtout devant les hommes et femmes qu’il côtoie, scientifiques passionnés qui bravent des conditions de vie extrêmes pour accomplir leurs tâches. Autant de qualités qui rendent indispensable la lecture de ce Voyage aux îles de la Désolation.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
8.3

Informations sur l'album

Australes - Deux récits du monde au bout du monde
1. Voyage aux îles de la Désolation

  • Currently 4.49/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (92 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    dorsetshire Le 02/04/2013 à 10:12:47

    Une BD exceptionnelle
    Une BD, mais aussi un carnet de voyage très détaillé et documenté. Lepage nous entraîne dans un voyage au bout du monde vers les terres australes. Ce qui est frappant c'est la diversité des styles, les planches sont presque intégralement traitées en noir et blanc pour le récit principal, avec des teintes sépias pour évoquer le passé, on trouve souvent des cartes entièrement redessinées par l'auteur. La couleur se glisse parfois dans certaines cases, enfin l'auteur insère des aquarelles spectaculaires, elles sont de petites tailles ou parfois en double pages et tout en couleur, elles représentent la nature sauvage, la mer, des animaux ou des portraits de ses compagnons de voyage. Un reportage envoûtant dans une édition de grande qualité.

    Hugui Le 01/04/2013 à 14:53:51

    J'hésite toujours beaucoup à noter, car c'est un exercice un peu vain quand on est soi-même incapable de création, et je mets rarement la note maximale car le mieux est toujours possible. Mais là quelle meilleure occasion : des dessins magnifiques souvent en aquarelle, des nuances de gris et de la couleur, des portraits et des paysages, du grandiose et de l'intimiste. Et l'histoire est plus qu'un reportage sur une rotation de ravitaillement des îles du grand sud. Outre le parfum d'aventure, l'évocation du mythe des grandes découvertes et des tragédies subséquentes, il y a une réflexion sur l'homme et la nature, la vie en communauté, le déracinement, les héros ordinaires, et des fragments d'humanité. Et tout ça dans un décor grandiose qui donne l'impression d'y participer.
    A lire, à relire, à feuilleter, à contempler... On ne s'en lasse pas, preuve du chef d'œuvre.

    willybouze Le 22/08/2011 à 22:33:17

    La base du scénario est simple : c'est le récit d'un voyage vers une destination souvent montrée par des documentaires aux images sans égales, mais dont on ne connaît finalement pas l'envers du décor.
    Et Emmanuel Lepage nous y engouffre avec modestie et ténacité. Il faut dire aussi que l'environnement humain ou naturel de ces endroits austères rend humble.

    Très descriptif, très brut, le propos est aéré par la poésie des dessins, par les espaces très bien rendus, qu'ils soient confinés comme dans le bateau ou, au contraire, sans horizon.

    L'édition en grand format est une excellente idée. Comme l'ont dit mes 2 prédécesseurs, certaines planches sont d'une beauté époustouflante et m'ont accroché plusieurs secondes, voire plusieurs minutes.

    Il faut prendre le temps de savourer ce livre. Apprécier les jours qui passent et évoluer avec les personnages. Je n'étais pas pressé de revenir de ces TAAF, moi non plus. Et un peu jaloux de cette belle aventure que Lepage a pu nous faire partager et qui semble accessible à chacun...

    herve26 Le 14/05/2011 à 22:27:58

    Acheté dès le jour de sa sortie, je me devais de prendre mon temps pour lire cette bande dessinée.
    D'ailleurs est-ce encore une bande-dessinée ou alors un carnet de croquis, ou un carnet de voyage?
    Ma foi, les trois à la fois.
    Et puis de toutes façons, un "Lepage" ne se refuse guère. Plus proche du très réussi "Voyages d'Anna" édité il y a quelques années chez Daniel Maghen que de ses albums précédents, Emmanuel Lepage nous livre là un formidable témoignage sur ces terres froides, témoignage qui nous donne presque envie d'y aller...c'est dire.
    Il faut prendre son temps pour savourer ces 150 pages, où alternent croquis, dessins en noir et blanc, dessins en couleurs et surtout de superbes planches, surtout les doubles pages inoubliables (ah! admirez l'aurore australe sous les pinceaux d'Emmanuel Lepage !)
    Cette immersion dans cette communauté atypique (chercheurs, touristes, personnels administratifs et militaires) peut laisser de marbre certains lecteurs mais les amateurs de récits de voyages peuvent retrouver les émotions qui se dégagent d'un livre comme "l'usage du monde" (Nicolas Bouvier ) par exemple.
    Une bd magnifique à la fois instructive (je ne connaissais des terres australes que les célèbres Iles Kerguelen ), richement illustrée et fort bien documentée.
    Alors embarquez à bord du "Marion Dufresne" pour un voyage inoubliable.
    Ce récit est,à mes yeux, une voire la bd incontournable de ce semestre.
    Un régal.

    mrpitoff Le 08/05/2011 à 21:15:36

    J'hésite encore entre chef d'oeuvre et indispensable.

    A la "manière" de Titouan Lamazou, Lepage nous transporte dans ces terres australes qui étaient complètement inconnues à mes yeux. Je me suis précipité sur Internet afin de continuer à rêver.

    Il y a aussi les équipes de scientifiques, les touristes, le staff et les iliens (avec leur language particulier), les habitants naturels des îles et autres manchots (et non des pingoins ! J'ai retenu la leçon !!

    Très drôle aussi les chaînes en bas des portières de voitures pour les retenir en cas de grandvent.

    C'est magnifique, beau... Pour tout dire, j'ai même eu des frissons à la vision du bateau en mer et à son arrivée sur Kerguelen.

    Magnifique