Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

L e Miskatonic et l’Arkham voguent vers l’Antarctique en ce début de septembre 1930. À leur bord, des scientifiques bien décidés à en savoir plus sur ce bout du monde encore vierge. Parmi eux, le professeur Dyer semble assez perturbé depuis le début de l’aventure. Il entend des bruits étranges et rêve d’un livre fantastique de cosmogonie le Nécronomicon. Il dirige pourtant cette campagne tant bien que mal. La première expédition, en ces terres glacées, rapporte des morceaux d’ardoises étrangement incrustées de motifs géométriques. Les géologues se disputent leur datation et le mystère commence à entourer les scientifiques. Mais Dyer veut s’en tenir au plan, le camp doit être déplacé à l’Est, s’ils veulent finir dans les temps. D’autres préfèrent aller plus avant dans cette découverte et retourner sur place. L’équipe se scinde alors en deux, une partie reste avec Dyer tandis que l’autre part à l’exploration des profondeurs de l’Antarctique avec Lake. Ce qu’ils découvrent dépassent de loin leurs espérances et leurs craintes les plus profondes.

Les montagnes hallucinées est, à l’origine, un roman fantastique du maître américain H. P. Lovecraft, publié en 1931. C’est un classique pour les amateurs de macabre dans lequel l’écrivain intégre les composants les plus récurrents de son Œuvre, telle que la peur ou l’aliénation mentale. Le cadre choisit par Lovecraft est lui-même porteur de sens, éprouvant lui-même une répulsion presque maladive pour le froid. A l’époque, l’Antarctique est une terre encore inconnue, complètement ignorée, où tous les fantasmes peuvent être projetés. Cela semble être un avantage pour l’illustrateur souhaitant adapter un tel texte, mais les nombreux auteurs qui s’y sont essayés savent que c’est une gageure.

De prime abord, la ligne claire d’ I.N.J. Culbard peut surprendre dans ce genre de récit où il est plus habituelle de rencontrer un trait dur, tourmenté, expressionniste parfois, à la H. R. Giger. Pourtant, une observation attentive du graphisme froid et glacé de l’album laisse s’évaporer tout soupçon d’inadéquation entre le dessin et le thème. La ligne claire poussée à l’extrême répond au dépouillement des lieux. Les couleurs en aplat, souvent assez vives et tranchées, soulèvent la même interrogation. La lecture des pages défilantes apporte parfaitement son lot de dégoût et de frisson. Le parti-pris graphique et chromatique s’avère alors parfaitement plausible. La dernière partie de l’album vire même à l’exercice de style tellement les planches sont claires, étincelantes et percutantes. Cependant, cette froideur peut laisser le lecteur indifférent à l’histoire, il risque de ne jamais s’y projeter. Il faut sans doute un effort, peut-être important, pour que le style de l’album séduise, d’autant que l’intrigue peine à démarrer. L’intensité et le suspens monte crescendo mais sur un tempo lent pour laisser finalement le lecteur un peu dubitatif. Les explications scientifiques, les questionnements philosophiques et cosmogoniques compliquent quelque peu l’aboutissement de l’histoire.

Les non-initiés à l’univers de Lovecraft risquent de se perdre dans le flou des étendues glacées d’Antarctique. Une chose est sure, en lisant l’album, l’envie de découvrir le texte original s'impose rapidement comme une évidence.

Par M. Lalout-Hédard
Moyenne des chroniqueurs
5.5

Informations sur l'album

Les montagnes hallucinées

  • Currently 3.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 04/09/2020 à 23:30:07

    Je commence à connaître petit à petit grâce à la bande dessinée l'oeuvre de Lovecraft. Il faut dire que de son vivant il n'avait jamais connu le succès tel un poète maudit. Je dois reconnaître qu'il avait le talent pour distiller des ambiances pesantes et claustrophobiques assez inquiétantes. Voilà pourquoi il va influencer d'autres auteurs et quelques cinéastes amateurs du genre frisson.

    Cette nouvelle se passe sur un continent presque méconnu des hommes à savoir l'Antartique. Elle a été écrit dans la dernière partie de la vie du romancier d'épouvante et de littérature fantastique. Cependant, cette oeuvre se distingue car elle introduit des notions scientifiques qui apportent presque une crédibilité.

    Il faut un peu connaître L'Appel de Cthulhu ainsi que le mythe du Necronomicon afin de pouvoir bien apprécier la portée des montagnes hallucinées. Le son qu'on entend des montagnes hallucinées résonne dans les têtes. Une rumeur, reprise par les médias, veut que le bloop soit situé aux alentours de 50° S 100° W, ce qui situerait le bloop a moins de 2000 Km de la ville fictive de R’lyeh, imaginée par H. P. Lovecraft. Comme quoi, la réalité peut rejoindre parfois la fiction.