Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le rêve de Jérusalem 4. Ecce homo

22/11/2010 4974 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

A yant investi Antioche, l’armée croisée est prise en tenaille par les résistants qui tiennent encore la citadelle et les troupes turques qui l’assiègent. La faim et la peste cultivent insidieusement les désaccords et la lassitude. Deux fléaux qui touchent également le Live Noir et Hermance Languedolce, amoureux de la flamboyante princesse Istvana, qui semblent avoir perdu leurs pouvoirs. Lorsqu’enfin les forces conjuguées de la croisade brisent l’encerclement et font tomber le dernier bastion de la ville, une nouvelle épreuve se profile : celle du désert, au bout de laquelle attend Jérusalem. Au pied de la Cité des Rois, apparemment imprenable, au milieu des combats et d'une passion déchaînés, le Live, Hermance et Istvana vont rencontrer leur destin…

Publiés simultanément et parallèlement à l’intégrale en noir et blanc de la série, les deux derniers volets du Rêve de Jérusalem viennent mettre un point final à la fresque de feu, d’acier, de sang imaginée par Philippe Thirault. À l’instar des précédents albums, l’histoire se révèle flamboyante, brûlante, violente dans toutes ses facettes, et prend une dimension tragique à travers les sentiments qui dévorent les trois principaux protagonistes. La Blanche Lance entraîne, à cet égard, sur la piste d’un drame qui culmine dans Ecce homo et y prend également une dimension profondément christique, amenée et rendue avec beaucoup de justesse et de talent par le scénariste. En outre, la combinaison des éléments historiques, fantastiques et sentimentaux confèrent un caractère toujours plus sombre et puissant à un récit doté d’une narration bien rythmée qui alterne voix-off omniprésente – restituant les souvenirs du Live Noir -, dialogues succincts et silences aussi étourdissants que paradoxaux de certaines scènes (affrontements, songes). Les portes du Paradis qui semblent se cacher en Terre Sainte semblent inexorablement se transformer pour les protagonistes en une gueule béante et cauchemardesque menant tout droit aux Enfers : ceux d’une passion par trop exacerbée, appelant une trahison digne de Judas.

Au service de cette histoire sanglante, le lecteur retrouve le dessin rugueux de Lionel Marty qui restitue avec maestria et rudesse la force brute, les sentiments frustes des acteurs, les combats échevelés, les attentes interminables et angoissantes, ainsi que la folie qui sous-tend les albums. Ne s’embarrassant d’aucune fioriture, d’aucun embellissement, préférant au contraire l’absence de concession et s’avérant quelquefois un peu grossier, le trait s’accorde assez bien à la mise en couleurs. Celle-ci joue sur une palette de tons au rendu un peu terne dont, cependant, se détachent des nuances noires et rouges apportant une note grandiose et terrifiante à l’ensemble.

Après des débuts prometteurs, Le Rêve de Jérusalem s’achève par deux tomes à la dimension éminemment épique et passionnée, qui, malgré quelques défauts, en font une série étonnante et peu commune.

>>> Chronique du tome 1
>>> Chronique du tome 2

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le rêve de Jérusalem
4. Ecce homo

  • Currently 3.45/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (22 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.