Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Brako Nous ne serons plus jamais des enfants

11/11/2010 4579 visiteurs 6.0/10 (3 notes)

« Hier soir, ou ce matin très tôt, avant de m’endormir j’avais commencé à écrire… un récit inachevé. Car plus rien n’avait de sens pour moi.
Les chiens de la mort m’ont rattrapé et je m’en vais rejoindre enfer ou paradis sans avoir rien accompli.

Hier c’est l’passé, et au présent je n’peux plus dire que j’ai toujours bien compté y rester, car mon futur est d’ores et déjà anéanti. Dans la peau d’un terrien je ne suis plus, c’est dans la peau d’un voyou qu’ils ont fini par m’achever
».

Un cauchemar. Un goût métallique dans la bouche. Le canon d’un revolver plaqué sur les lèvres. Une introduction coup de poing en guise de prélude. Hippolyte (Le maître de Ballantraë) adapte le polar urbain d’Hamid Jamaï : Dans la peau d’un Youv.

En fait de voyou, c’est plutôt l’histoire de mômes des cités qui, sous l’influence d’un jeune caïd avide de pouvoir, se glissent dans des costumes un peu trop grands pour eux, à l’image de ce baggy XXL que l'un d'eux ne quitte jamais. Les voici qui basculent dans le grand banditisme, sans raison, si ce n’est les tours grises, l’ennui qui guette, les potes qui tisent, la tentation du fric facile et, puis, cette culture, cette esthétique mi-gangsta mi-T. Montana. Se la jouer Scarface, tendance hip-hop plutôt que « french » connexion, avant que la virée nocturne de ces damnés du bitume ne tourne au cauchemar périphérique*. Avant, surtout, que les chiens de la mort ne les rattrapent.

Pour illustrer cette descente aux enfers, Hippolyte emprunte à Gipi son graphisme : même bichromie, mêmes aplats, ainsi qu'un trait alliant à l’expressivité des visages, la justesse des attitudes et des poses.

Un voyage au cœur des ténèbres, efficace et classique.



* En référence aux romans de Karim Madani, publiés chez le même éditeur.

Par D. Lemétayer
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Brako
Nous ne serons plus jamais des enfants

  • Currently 3.13/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.1/5 (16 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.