Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

U n brin d’âpreté, une frivolité un rien en berne chez les petites nanas chics. Les voici soudain perdues, à se poser des questions existentielles. Quoi, fi de la superficialité ? Qu’est donc l’héroïne de la bande dessinée « girlie » devenue ? Non, qu’on se rassure, la coquette bourgeoise à frange n’a rien perdu de son mordant et de son côté un peu peste. Si elle se déjoue des clichés distillés par les magazines à la mode, elle n’aime toujours rien moins que babiller entre copines, noter les garçons et se moquer de la petite grassouillette du dernier rang. Rien de très méchant d’ailleurs, juste une manière, sous cape, de rire de soi, de son propre malaise, alors qu’il lui faudra bientôt franchir le seuil de la vie adulte. Elle est d’ailleurs touchante, cette « girl next door » au visage à peine esquissé, cette midinette que l’on croise chaque jour et que l’on rêve d’aborder, malgré soi, malgré l’agacement qu’elle suscite. Intemporelle, aussi, à la mesure d’une mise en scène épurée, à l’image des couleurs vintage et des cases arrondies qui la voient évoluer. Conformiste, enfin, quand bien même elle soignerait son apparence et ce qu’elle croit être une singularité.

La libération des mœurs n’est pas toujours celle de l’esprit, vite rattrapé qu’il est par les codes vestimentaires et les conventions sociales, par la tension entre le vouloir plaire et le vivre libre. Dans Coney Island Baby, Nine Antico empruntait à Lou Reed pour conter, avec élégance, la destinée croisée de Betty Page et de Linda Lovelace. Chacune avait marqué son époque, chacune y avait, un temps, incarné la révolution sexuelle, avant de rentrer dans le rang et de connaître le désenchantement. Cette fois, si l’auteure lorgne du côté des Cure, c’est que la révolution est passée et le rapport à la séduction toujours aussi difficile à gérer.

Par D. Lemétayer
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Girls don't cry

  • Currently 3.19/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (16 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    excessif Le 07/01/2011 à 18:53:14

    Pas si habitué que ça aux "histoires de filles", le mâle lecteur de BDs tombera néanmoins rapidement sous le charme des histoires, beaucoup plus subtiles qu'elles n'en ont l'air, de "Girls Don't Cry": au fil des pages, à travers des correspondances légères entre les gags, et alors que l'absence de transitions entre les micro-récits tourne au jeu lubitschien de "devinez ce qui a pu se passer quand on ne regardait pas", "Girls Don't Cry" dépasse peu à peu le genre un peu nombriliste et "limité" dont il est issu, celui des "histoires de filles", pour filles, donc. Les critiques utilisent pour décrire ce livre des mots comme : "émois adolescents", "tendrese" et "cruauté" , etc. etc... et, même si l'on ne veut pas donner tort à tous les gens un peu "branchés" qui se mettent à vénérer Nine Antico, on préfère parler ici d'une certaine perfection formelle, conjuguant satire légère et abstraction élégante. Oui, le dessin, très "contemporain", est aussi original et superbe, tandis que la couverture, joli hommage décalé à la célèbre compilation de The Cure, est la cerise sur ce très beau gâteau...