Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Lucky Luke (Les aventures de) 4. Lucky Luke contre Pinkerton

25/10/2010 10953 visiteurs 6.7/10 (3 notes)

"Mais c'est Lucky Luke qui nous arrête d'habitude !" À la grande stupéfaction d'Averell et de ses trois frangins bêtes et méchants, ce n'est pas le célèbre cow-boy solitaire qui interrompt un énième hold-up des Dalton, mais le détective Alan Pinkerton et ses hommes. Et ce n'est qu'un début ! Devenu le "bras justicier" du président Lincoln tout récemment élu, Pinkerton entend bien faire régner l'ordre à sa façon sur tout le territoire des États-Unis. Aussi ne ménage-t-il rien pour diffuser l'idée que désormais, la loi, c'est lui - et que le cow-boy à la chemise jaune et au foulard rouge peut, désormais, aller se rhabiller... ou pire...

Quatrième album des Aventures "d'après Morris", Lucky Luke contre Pinkerton confirme, côté dessin, le talent déployé par Achdé dans sa reprise de la série culte. Dès sa première contribution, le dessinateur s'était glissé dans le moule morrissien avec brio, adaptant son style pour le mettre en conformité avec l'héritage reçu (et se permettant même d'être plus convaincant dans ce registre que certains des derniers albums de Morris himself). Ce quatrième opus permet de mesurer l'évolution du travail d'Achdé, qui, tout en restant, pour l'essentiel, dans le droit fil de ce qui précède, commence à montrer les signes d'une véritable appropriation personnelle, en particulier dans sa façon de dessiner le héros de la série. Affaire à suivre...

Mais ce titre voit surtout l'entrée remarquée et remarquable d'un nouveau duo de scénaristes, venus relayer Laurent Gerra : Daniel Pennac et Tonino Benacquista. Ni l'un ni l'autre ne sont tout à fait néophytes en matière de BD. Cependant, il ne s'agit pas non plus de l'activité qui leur a valu le plus de célébrité, en comparaison de leurs œuvres romanesques. Leur prédécesseur direct avait commencé, avec La Belle Province, par tirer la couverture à lui en transformant l'univers de la série en celui d'un one-man-show Gerra à peine déguisé, avant d'accepter de s'effacer plus humblement derrière le mythe, pour livrer alors des albums plus convaincants. Pennac et Benacquista épargnent aux lecteurs cette période d'acclimatation : ils ne cherchent pas à tout prix à faire le lien avec leurs autres productions ; mais cela ne signifie pas pour autant qu'ils aient renoncé à l'idée d'une contribution originale - loin s'en faut.

Si, à l'époque du classique Jesse James, Morris et Goscinny s'étaient amusés à tourner en ridicule les membre de l'agence Pinkerton, Pennac et Benacquista y trouvent au contraire matière à tirer l'univers de Lucky Luke vers un registre plus sombre qu'à l'accoutumée. Allan Pinkerton y est présenté comme une figure inquiétante, tissant son réseau d'influence à travers tout le pays, de ses plus hautes sphères politiques à l'intimité de tout un chacun. Professant "qu'en tout honnête homme sommeille une canaille", il fait de la suspicion une "priorité nationale" : intrusions dans la vie privée, fichage généralisé, "tolérance zéro" et effets pervers à prévoir, la suite n'est pas sans rappeler une actualité politique relativement récente, aussi bien outre-Atlantique que du côté de notre Hexagone. En outre, Pennac et Benacquista croisent ce thème avec un autre, abondamment illustré dans le western au cours des cinquante dernières années : celui de la progressive civilisation du Far West des pionniers, de l'arrivée d'une nouvelle époque dans laquelle un personnage comme Lucky Luke n'a plus sa place. À force de le chanter, voilà notre héros bel et bien rendu à sa condition de "pauvre cow-boy solitaire", marginalisé, voire rejeté, suspecté.

Qu'on se rassure, toutefois : tout cela est bien traité avant tout sous l'angle humoristique ! Si Lucky Luke contre Pinkerton ne rivalise pas avec la pure et parfaite mécanique comique des meilleurs albums de l'âge d'or morrisso-goscinnien, le ton général reste bien à la plaisanterie. Du décalage à l'absurde, du bon mot au comique de répétition, les deux scénaristes ne négligent aucune ressource, bien secondés, d'ailleurs, par Achdé qui n'a visiblement pas hésité à improviser à son tour des gags visuels (comme la caricature des acteurs des Experts à l'agence Pinkerton), et qui, de façon générale, use à fort bon escient de son trait très dynamique et expressif. Simplement, l'équipe sait manifestement que l'humour est rarement aussi efficace que quand il s'applique à une situation qu'on pourrait aussi bien considérer sous un angle beaucoup plus dramatique, et qu'il ne perd rien à s'exprimer dans le cadre d'un scénario particulièrement bien construit, comme c'est le cas ici.

La reprise d'une série culte est toujours un exercice délicat. Trouvant le juste équilibre, graphiquement comme scénaristiquement, entre inscription dans une tradition et propos original, ce Lucky Luke contre Pinkerton du trio Achdé - Pennac - Benacquista peut faire figure de réussite assez exemplaire en la matière.

Par L. Boyer
Moyenne des chroniqueurs
6.7

Informations sur l'album

Lucky Luke (Les aventures de)
4. Lucky Luke contre Pinkerton

  • Currently 3.35/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (86 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    JohnSheldrake Le 13/07/2021 à 19:54:54

    C’était une bonne idée de consacrer un album de Lucky Luke à Pinkerton, un Pinkerton qui ringardiserait Lucky Luke en le reléguant au rang de has been. Malheureusement malgré ce point de départ intéressant, l’histoire cale vite et les gags et le comique de situation n’e sont pas au rendez-vous. Je suis bien déçu par cet album, moi qui attendait beaucoup des scénaristes, excellents quand il s’agit d’écrire des romans.

    DOUDOU52 Le 23/04/2021 à 08:39:26

    Heureusement que les dessins sont vraiment excellents et nous immergent avec bonheur dans l'univers de Lucky Luke , par contre que dire de ce scénario pour bobos conspirationnistes qui voient des Big Brother partout.
    Pitié , laissez nous réver encore un peu , en lisant une BD de Lucky Luke par exemple....

    Josias76 Le 26/12/2020 à 12:47:53

    Peut-être le meilleur de la série post Morris.
    le mélange Pinkerton - Dalton - Luke fonctionne bien.
    Un album qui devrait bien veillir.

    minot Le 01/03/2018 à 11:41:23

    Un album bien décevant. Le personnage de Pinkerton est désagréable et le scénario est construit sur la forme de petite scènes qui s'enchaînent les unes à la suite des autres sans vraiment de lien. Les gags sont faibles et le dessin est moyen qui plus est.

    Rody Sansei Le 07/12/2015 à 15:58:49

    Malgré le trait toujours aussi précis de Achdé, très Morris-like, le scénario pêche une nouvelle fois. Tout va trop vite, les gags sont trop légers (même ceux de Gerra étaient plus réussis), ça sent trop le déjà vu. Bref, un tome qui n'est guère passionnant.