Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Le don

19/10/2010 4658 visiteurs 4.0/10 (1 note)

E ric possède un don, le shining, qui lui permet de sonder et révéler les âmes des individus qu’il côtoie. Cette plongée quasi permanente dans la psyché d’autrui n’est pas sans effet sur sa propre personnalité qui, peu à peu, s’estompe au profit des vies des autres.

Dans ce récit, datant de 2000, Lorenzo Bartoli propose une trame typée comic contemporain. Le ton général est sombre et le superpouvoir dont est affublé le héros, même s'il est utilisé pour le bien, est plus ressenti comme une malédiction qu’une aubaine. Chaque chapitre reprend à peu près une trame similaire : un Eric errant dans les bas-fond de la ville se retrouve, quasi forcé, à utiliser son pouvoir. Malgré la répétition du motif, certaines situations, comme la plongée fantastique dans le cerveau de Vincent Van Gogh via une de ses œuvres, sont assez originales et bien menées. Malheureusement, autant les textes récitatifs que les dialogues se révèlent d’une qualité des plus discutables et rendent la lecture passablement laborieuse. De plus, le dernier volet de l’album, à la fois convenu et hors propos, clôt le volume sur une ultime fausse note.

Aux pinceaux, Massimo Carnevale fait étalage d’un talent certain. Le dessinateur réussit avec brio à dépeindre la nuit et ses travées lugubres. Travaillant en couleurs directes, il n’hésite pas à combiner différentes techniques (aquarelle, encres, acrylique) et à distordre ses cases pour mieux exprimer les affres dans lesquelles les protagonistes se retrouvent plongés. La maîtrise de cet auteur italien n’est d’ailleurs pas passée inaperçue et lui a permis de se faire connaitre aux États-Unis, où il a collaboré, entre autres, à la série à succès Y le dernier homme.

Malgré un traitement graphique sophistiqué, la simplicité de l’intrigue et la pauvreté des dialogues peinent à rendre Le Don totalement convaincant.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Le don

  • Currently 2.83/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.8/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 26/11/2020 à 08:24:11

    Cette lecture nous entraîne sur le terrain du SAMU social à Paris où il y a de nombreux SDF qui ne passeront pas la nuit bien au chaud. Comme si leurs conditions de vie n’étaient pas déjà très dures, voilà que la jeunesse dorée ne trouve rien de mieux qu’à faire un happy slapping via un téléphone portable pour une petite baston qui coûtera la vie à une vieille SDF. C’est quand même horrible de casser du pauvre surtout lorsqu’on possède tout. Les faits sont exposés de telle manière à ce qu’on accepte sans broncher ce postulat de base qui paraît quand même assez dirigé contre les classes dominantes. Mais bon, cela ne peut pas leur faire plus de mal. J’ai moi-même du mal à accepter toutes les inégalités qui existent …

    Et puis, il y a l’histoire dans l’histoire. On s’intéressera à une jeune femme, ancienne droguée, qui part à la recherche de son père devenu SDF et qui travaille au SAMU social pour mieux le retrouver. Tout cela me semble si irréaliste. Quand vient le moment tant attendu des retrouvailles, cela tombe comme un cheveu sur la soupe sans qu’on comprenne comment on en est arrivé là. L’émotion a du mal à passer car on est déjà pris dans l’intrigue politico-policière. Je n’ai pas aimé cet amalgame de récits d’autant que la fin paraît un peu consternante au regard de l’ensemble des événements.

    Pour autant, j’ai tout de même apprécié cette bd pour d’autres qualités qu’elle recèle. C’est plutôt bien dessiné avec un graphisme agréable et on se laisse aller malgré toutes les invraisemblances. Le phénomène aurait pu faire l’objet d’un autre scénario mieux construit, c’est certain. Sinon, je vous souhaite un happy slapping and an happy new year.

    macluvboat Le 07/05/2011 à 20:01:10

    Vraiment moyen, voilà quoi dire sur Le DON. Le héros hérite du don de SHINING, il peut voir le passé, le futur de tout ce qu'il touche et puis c'est tout. Des scénes sans lien entre elle, une fin balourde, des dessins de niveaux différents.

    A éviter....