Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

A llemand première langue oblige, c’est direction l’Allemagne et Berlin pour Fred et ses amis. En 1981, la ville est encore partagée par le célèbre mur à la triste réputation. Ces ados vont découvrir les gaietés de la vie dans le paradis des travailleurs et, avec vraiment beaucoup de chance, tâter de la demoiselle teutonne.

Après Pattes d‘eph et colle roulé, Fred Neidhart continue de repasser en revue sa jeunesse. Toujours puceau et faisant partie de ce qu’on appelle aujourd’hui les « nerds » de sa classe, ses préoccupations, également partagées par la majorité de ses coreligionnaires, se concentrent presque exclusivement sur ces étranges créatures que sont les filles. L’auteur passe en revue les frustrations et les angoisses de cet âge ingrat sous la forme d’anecdotes convenues et autres histoires graveleuses de bas étage. Sur la longueur la répétition du processus assomme plus qu’il distrait. Heureusement, certains passages, dont la lugubre visite du musée des atrocités nazies racontées par la toujours légère propagande communiste, apporte une certaine profondeur au propos. La partie finale de l’album, entre sombre faits divers et « bad trip », aurait pu avoir plus d’impact si le ton, logiquement très personnel n’empêchait pas une plus grande empathie avec le narrateur.

Graphiquement, le style mi-animalier - en directe ligne avec les récits autobiographiques de Lewis Trondheim - utilisé pour les personnages s’intègre un peu maladroitement avec la dureté de certains passages. Le trait charbonneux de Neidhart oscille en permanence entre une représentation fidèle de la ville et un traitement plus simpliste assez déconcertant. Même si, grâce à un très bon sens de la construction, la lecture reste aisée, le changement continuel de procédé narratif finit, malheureusement, par étouffer les propos de l’auteur.

Une œuvre très personnelle, La peur du rouge mélange un peu trop les genres pour vraiment convaincre.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

La peur du rouge

  • Currently 3.53/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (19 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    vincent duduche Le 22/03/2015 à 13:38:15

    Cette autofiction est géniale, Neidhardt a un talent immense pour narrer ses histoires et les embellir de ce qu'il faut pour en faire un récit. Je l'ai acheté maintes fois pour l'offrir, je l'aime à ce point.