Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

ATTENTION : Une importante opération de maintenance et de migration est prévue dans la nuit du 9 au 10 mars 2021. L'intégralité des sites sera indisponible pendant une durée estimée de 8 heures.

Arzak L'Arpenteur

30/09/2010 20762 visiteurs 7.5/10 (4 notes)

A u début des années 70, Moebius révolutionne la bande dessinée en produisant Arzach. Il est dans sa période free jazz et ce projet en est la transposition graphique. Son thème principal, son exposition, ses multiples variations se perdent comme un écho dans la profusion des improvisations.

En 2010, le maitre remet en scène son personnage fétiche, l’icône qui l'a accompagné durant toute son œuvre au détour d’une sérigraphie, d’un ex-libris, d'un dessin animé ou d’une affiche de festival. Sa signature.
Deux versions ont été proposées. En début d’année une édition limitée, en noir et blanc, muette, et cet automne, l’album grand public en couleurs avec phylactères et récitatifs. Malheureusement, aucune des deux versions n’est la bonne.

Dans Arzak, le verbe est un "restricteur" des possibles. Transposition des westerns hollywoodiens dans l’univers moebiusien, le scénario en lui même est sans grand intérêt. À la limite, peu importe : créer du sens n’est pas ce que l’on demande à cet auteur. Ce cheminement est la part réservée au lecteur, son travail et son plaisir intime. Ce que l’on attend de Moebius c’est de créer, au gré de ses vagabondages, une matrice, l’amorce et le réceptacle de nos projections fantasmatiques. Dès lors, vouloir structurer le récit par des paroles est vain. Hors sujet. La preuve en est donnée par la version muette, parfaitement lisible et intelligible. Intégrer du texte à l’album ne fait que défigurer les planches, avec pour contrepartie la mince consolation de connaître, peu ou prou, le nom des protagonistes.

Non. Moebius est le réel arpenteur des mondes et Arzak est son carnet de route. C’est une poésie. Une invitation au voyage avec ses correspondances, ses vivants piliers, ses forêts de symboles, ses rochers de cristal et ses bijoux sonores. Un monde rayonnant de métal et de pierre où le son se mêle à la lumière. Nul besoin d’une trame textuelle pour étayer une intrigue bien mince. Giraud le disait lui-même en 1976 en parlant de sa création : « Je vais vous expliquer pourquoi je fais des bandes dessinées sans scénario […] En fait c’est très simple : d’une part il y a tout ces raconteurs d’histoires... À chute, à exploit, à messages, à moral, à gag […] Il n’y a aucune raison pour qu’une histoire soit comme une maison, avec une porte pour entrer, des fenêtres pour regarder les arbres et une cheminée pour la fumée… On peut très bien imaginer une histoire en forme d’éléphant, de champ de blé, ou de flamme d’allumette soufrée ».

Dans l'idéal, l’édition qui aurait dû être publiée est la version couleur, grand format et muette. Avec peut-être, comme dans la version noir et blanc, un récitatif en page de gauche, plus ou moins long, pas nécessairement dans un alphabet connu, qui aurait servi de curseur pour évaluer la quantité de temps ou d’action qui se déroule.

Reste la partie graphique. Comme une fin de cycle, la schizophrénie Giraud-Moebius se fait de plus en plus ténue et la fusion des deux personnalités plus patente. C’est l’occasion de représenter les vertigineux canyons de Blueberry sous des angles de vue inédits. Les influences amérindiennes et mexicaines envahissent avec ravissement ce monde de science-fiction. Mais, souvent inégales les cases riches, fouillées, lyriques alternent avec d’autres plus simplifiées qui, au-delà d’un dépouillement volontaire, sont parfois maladroites. Le trait se fait parfois hésitant, épais, pâteux et les détails absents. C’est que durant la réalisation de l’album, Moebius a eu quelques soucis de santé. Au point que, mécontent du résultat, il a redessiné a posteriori certaines planches qui, malheureusement, ne sont pas présentes dans l’ouvrage définitif. Le lecteur se prend alors a rêver d’un Arzak dessiné par le maître au sommet de sa forme.


Version album


Version redessinée, non publiée

Par S. Farinaud
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Arzak
L'Arpenteur

  • Currently 3.79/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (61 votes)

  • Moebius
  • Moebius
  • 09/2010 (Parution le 15/09/2010)
  • Moebius Productions / Glénat
  • 978-2-908766-58-5
  • 64

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Eric DEMAISON Le 13/11/2020 à 21:06:48

    Ne pas trop chercher l'histoire, ni la cohérence, mais se laisser porter par la beauté du monde décrit, par les personnages principaux, par la mise en page et parfois la mise en abimeen abime.
    Cet ouvrage ressemble à une quête où chacun retrouvera en fonction de lui-même des émotions (ou pas). C'est aussi cela la lecture tout simplement ouvrir des portes et laisser l'imagination ou le rêve vagabonder.

    Jozef Le 11/09/2020 à 09:25:24

    Un dessin moyen, des couleurs affreuses, une histoire un peu confuse sans grand intérêt et c'est un premier tome donc on reste sur sa fin... Moebius est décédé en 2012. Il fallait laisser le mythique personnage d'Arzach à sa place dans les années 70.

    Hugui Le 02/10/2010 à 11:24:03

    Plus fan de Giraud que de Moebius, je suis rentré dans la lecture d'Arzak un peu à reculons, d'autant que je n'avais pas lu Arzach à l'époque et ne suis donc pas du tout sensible au mythe.
    Et bien ce sacré Gir. m'a encore eu et je me suis pris au truc ! Ce n'est pas que l'histoire de l'arpenteur cherchant à surveiller les anomalies pour éviter une guerre entre les Wergs et les humains soit follement originale, mais l'ambiance de ce voyage en flottant sur ce bel oiseau mécanique et cette lutte vaine entre deux peuple que le héros essaye en vain d'éviter, ce dessin à la fois très simple et très sophistiqué, on rentre dans ce monde absurde qui ressemble tant au notre, et on en redemande.
    Peut-être pas le chef d'oeuvre, mais le Maître est encore là.

    DixSept Le 30/09/2010 à 21:57:23

    Des canyons arides abritant les cimetières Wergs, à la tour de la délicieuse Azaelle Zoom, Arzak l’Arpenteur parcoure inlassablement Tassili à la recherche de l’Anomalie (!). A des parsecs de là, un vaisseau Dessmez tente un ultime saut dans l’hyper-espace pour finalement échouer, exsangue, aux portes de cette même Tassili….
    Graphiquement, cet album est une chimère née de l’imagination débridée de Doctor Moebius alias Mister Giraud De fait, en parcourant les planches d’Arzak, il est impossible de ne pas faire le rapprochement entre ces deux mondes, graphiquement si différents mais, ici, si complémentaires : d’un coté, l’épopée solitaire d’un arpenteur qui s’apparente furieusement aux chevauchées tout aussi solitaire d’un certain lieutenant, de l’autre, un space-opéra rétro-futuriste pour le moins surprenant.
    Moebius initie nos rêveries déambulatoires sur Tassili et… notre bienveillante nostalgie fait le reste.
    Un (très) bon moment de lecture.