Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sept jours pour une éternité... 1. Première partie

13/09/2010 6532 visiteurs 6.0/10 (1 note)

S uite à plusieurs millénaires d'affrontement stérile pour assurer leur domination sur le monde terrestre, Dieu et Diable décident de jouer le sort de l'humanité sur une ultime confrontation, un pari que l'un ou l'autre camp devra remporter durant la semaine que durera ce jeu. Pour ce faire, chaque équipe désigne son meilleur élément afin de faire triompher le Bien ou le Mal. Qui de l'ange ou du démon remportera ce duel, le plus important qui ait jamais eu lieu depuis la Création ? Et si un élément inattendu, un regard, un coup de foudre, venait perturber les forces en présence ?

Après le cinéma, le neuvième art s'intéresse lui aussi à l'un des best-sellers du romancier à succès Marc Lévy. Éric Corbeyran, scénariste prolifique, a mis son talent au service de cette première adaptation en bande dessinée. Compte tenu du changement de média, quelques allègements ont dû être réalisés dans le texte original. Néanmoins, les partis-pris retenus par le scénariste permettent de conserver une cohérence générale et ne gênent nullement la fluidité de l'intrigue. Certes, la base de départ n'a pas été puisée dans un fond littéraire de haute volée. Il s'agit ici d'une fable moderne dont le lecteur sait, plus ou moins à l'avance, comment elle va se terminer. À l'image du livre dont elle est tirée, cette transposition fait partie de la "littérature de gare", genre visiblement assumé par les auteurs qui écrivent des ouvrages populaires (quel vilain mot…) n'ayant d'autre prétention que de divertir leur public. De ce point de vue, le contrat est rempli. Le thème n'est pas nouveau – affrontement du Bien contre le Mal – néanmoins, l'angle d'approche choisi est quant à lui original. En effet, Dieu et Diable sont ici envisagés comme de véritables chefs d'entreprise qui dirigent chacun à leur façon, conseils d'administration à l'appui, la plus grande entreprise jamais conçue, à savoir la Terre. À la manière d'Un fauteuil pour deux, le film de John Landis, l'avenir des protagonistes sera scellé par la réalisation d'un pari dont les organisateurs célestes semblent avoir sous-estimé certains aspects. À la vérité, les éléments fantastiques, voire ceux vaguement économiques, ne sont qu'un prétexte au développement d'une intrigue amoureuse de type chick-lit - littérature romantique, généralement destinée à un lectorat plutôt féminin - entre deux êtres a priori surnaturels, mais dont l'aspect et les réactions restent somme toute très humains.

La mise en images a été confiée au dessinateur Espé (Le Territoire), son style réaliste se prêtant plutôt bien à ce type d’histoire. Parfaitement raccord avec le scénario, l’auteur s’est attaché à transcrire des personnages principaux tels que peuvent se les imaginer les amateurs de récits à l’eau de rose : jeunes, célibataires, branchés, taille mannequin. De même, la galerie des personnages secondaires ne manque pas de saveur. Globalement, le rendu est propre, même s'il peut paraître un peu trop lisse.

En définitive, Sept jours pour une éternité est une aventure sentimentale taillée pour le plus grand nombre.

Par P. Virgilio
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Sept jours pour une éternité...
1. Première partie

  • Currently 1.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.7/5 (30 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BIBI37 Le 05/09/2010 à 21:27:21

    L'histoire se passe à San Francisco de nos jours.
    Zofia est responsable de la sécurité sur les docks; elle passe son temps à rendre service et à éviter les accidents. Elle va rencontrer Lucas, play boy ténébreux qui ne la rend pas indéfférente et entre eux s'installe une relation basée sur le besoin de se découvrir l'un l'autre. En bref le choc des contraires.
    Mais les 2 protagonistes ont une double vie. Elle est ange il est démon. Et ils ne le savent pas encore devront s'affronter pour l'avenir de l'Humanité.
    En effet Dieu et Satan se sont donnés 7 jours pour dominer les hommes par le biais de leurs 2 meilleures éléments.
    Le scénario reproduit le roman de Marc Lévy (que je n'ai pas lu), l'idée de départ est ultraclassique mais son développement est plutôt interressant. Pour ma part j'aurai préféré voir le diable en vielle femme et l'ange en petit bonhomme grassouillet plutôt que Zofia en belle ingénue et Lucas en latine lover.
    L'ambiance graphique est excellente. Peut-être aurait-on pu mieux mettre en valeur San Francisco.
    Au total le duo Espié-Corbeyran nous livre un bon premier tome et résumer en 2 volumes un tel roman n'a pas du être chose facile.
    J'attends la suite avec impatience.
    8/10.