Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

ATTENTION : Une importante opération de maintenance et de migration est prévue dans la nuit du 9 au 10 mars 2021. L'intégralité des sites sera indisponible pendant une durée estimée de 8 heures.

Face cachée (Runberg/Martin) 1. Première partie

04/08/2010 4927 visiteurs 7.0/10 (3 notes)

A nalyste financier à Tokyo, Satoshi Okada a tout d’un employé modèle. Travaillant loin de son domicile, il passe ses nuits dans une minuscule chambre d’hôtel sans fenêtre en attendant de pouvoir retrouver sa femme et sa fille le week-end. Mayumi Watanabe est une jeune secrétaire de la même société, qui rêve de trouver le grand amour. Junichi, le collègue arriviste et jaloux de Satoshi semble d’ailleurs s’intéresser de très près à la belle employée.

À l’instar de Maël et Bauza avec L'encre du passé, Sylvain Runberg et Olivier Martin livrent ici un manga au formatage franco-belge ou une bande dessinée au parfum asiatique, c’est selon. Au centre de ce récit, le lecteur découvre des relations sentimentales difficiles à assumer au sein d’une société où les apparences sont de mise. C’est en suivant le quotidien de personnages extrêmement attachants que ces histoires vont dévoiler leurs secrets, jusqu’à une fin d’album qui laisse entrevoir des apparences encore plus trompeuses et la perspective d’une deuxième moitié de diptyque très prometteuse.

Si le scénario semble assez classique, il n’en demeure pas moins parfaitement maîtrisé et finalement assez subtil. De plus, la chronique sociale de fond et l’authenticité de l’ambiance nippone ne manqueront pas de séduire. En suivant les pas d’un salary men, les auteurs proposent une plongée au cœur même du monde du travail nippon. Un univers très hiérarchisé, où les heures supplémentaires sont légion et où aller boire un verre avec les confrères jusqu’à la tombée de la nuit est un must afin de faire bonne impression et de recevoir des évaluations positives. Un vie professionnelle faite de solitude, de collaborateurs envieux, de soirées alcoolisées au karaoké et de faux semblant …

Le dessin tout en esquisses d’Olivier Martin, la douceur du lavis et le découpage manga confortent l’aspect contemplatif de l’histoire. Les nombreux non-dits viennent intelligemment renforcer la face cachée de chacun, tandis que les paysages urbains et les love/capsule hôtels parachèvent cette transposition parfaitement réussie des codes culturels japonais.

Une excellente mise en bouche en attendant la conclusion de ce diptyque … et qui sait, peut-être que les auteurs iront même jusqu’à respecter le rythme de parution nippon ?

Par Y. Tilleuil
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Face cachée (Runberg/Martin)
1. Première partie

  • Currently 3.77/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (31 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 05/09/2020 à 01:04:58

    On se saurait cru dans un roman graphique de Taniguchi avec cependant en l'espèce un côté un peu plus osé. C'est étonnant de voir que les européens sont capables de transcrire totalement les codes du mangas. En tout cas, c'est intéressant comme approche. C'est un vrai manga français avec un trait semi-réaliste tout à fait élégant !

    Le récit ne manque pas d'attrait mais on regrettera un grand nombre de pages où il ne se passe pas grand chose mais où les personnages sont décortiqués et connaissent alors une véritable épaisseur psychologique. Le titre en révèle beaucoup trop également, ce n'est pas très subtil. Cette première partie s'achève sur une scène surprenante mais c'est amené de façon bien trop maladroite. Quelques petites imperfections par conséquent.

    Famille en crise, hiérarchie et travail prenant : tout les ingrédients d'un drame psychologique. Le second tome va clore cette histoire de manière brillante. Le scénariste Sylvain Runberg avait tout mis en place. Cela sera le temps des révélations après les fausses pistes disséminées ici et là. C'est pas mal !

    hanpansu Le 24/06/2010 à 01:20:02

    Face Cachée Tome 1 est un drame psychologique se déroulant à Tokyo, au Japon. On y découvre des employés de bureau aux prises avec des choix professionnels et personnels difficiles. Un salaryman vit isolé de sa famille et perd pied, une jeune employée de bureau doit gérer une hiérarchie accablante au travail et une famille en crise…

    Bien sûr ce qui intéressera nombre de lecteurs, c’est que cette histoire est contée sous le prisme de la culture japonaise. Donc ce livre a aussi un aspect documentaire sur la société moderne japonaise. Les auteurs se posent alors le double de défi de traduire une intrigue psychologique en BD – ce qui est loin d’ètre facile – et de faire cela dans le contexte d’une culture qui n’est pas la leur.

    Malgré cela l’album est une réussite sur ces deux points. L’histoire nous invite dans l’intimité des personages et prend le temps nécessaire pour nous la décrire – c’est le grand avantage d’un récit long de 150 pages. A noter: une excellente utilisation de séquences muettes évite l’écueil de l’explication par le texte. En cela, le rythme rappelle certains films japonais où l’on montre plus que l’on explique – je vous renvoie à la séquence dans l’hôtel capsule. Etant si proche des personnages, on découvre par la même occasion les détails de la vie japonaise urbaine. Les auteurs montrent un souci du détail et d’authenticité impressionant – je parle ici par rapport à ma petite expérience du Japon. On sent qu’il y a du vécu derrière tout cela ;)

    En feuilletant l’album, certains seront peut-être étonnés par le côté esquissé, non-fini du dessin. Pourtant, cette approche graphique libère le trait du dessinateur et lui permet de se mettre au service de l’histoire et des personnages, de s’attarder sur les détails qui comptent, et de suggérer le reste.

    Certains se demanderont peut-être: pourquoi lire un livre de deux français sur le japon alors qu’il y a de très nombreux mangas japonais qui nous présentent la culture du pays sous toutes ses coutures?
    Ma réponse est que malgré la très grande authenticité du récit, c’est un regard extérieur sur le Pays du Soleil Levant. Les détails et idées que les auteurs ont choisis de nous montrer ne sont pas nécessairement ceux qu’un auteur japonais aurait choisi – et tant mieux.

    Vivement le Tome 2!