Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Weëna 7. Destination

30/06/2010 7668 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

E n route pour Nym-Bruyn, Weëna et Morckoor, qui tentent de fuir l’emprise méphitique du nécromancien Haggral, rencontrent Gywlym, accompagné de ses amis behrs. Malgré la haine qu’il nourrit à l’égard du prince qui a massacré son village, le jeune pâtre, devenu éphémère général, accepte de mauvais gré de lui accorder la vie sauve et le laisse les suivre. Enfin arrivés dans la capitale de l’empire, les jeunes gens se rendent au palais impérial où Gwylym entend plaider la cause du peuple behr devant les souverains. Mais le palais recèle des dangers insoupçonnés et le petit groupe va devoir démontrer son courage et sa cohésion afin d’affronter la tragédie qui se prépare dans l’ombre…

L’heure des retrouvailles a sonné pour les héros imaginés par Éric Corbeyran. Intitulé Destination, ce septième tome porte parfaitement sont titre puisque, depuis le début de la série ou presque, tout s’est orienté vers l'origine commune de certains des principaux personnages, à savoir le cœur du royaume de Nym-Bruyn et la famille impériale. Point renforcé par les tomes 5 et 6 qui avaient laissé entrevoir l’idée que tout se jouerait dans la cité-phare du pays, où tout avait commencé.

Très logiquement, le scénariste rassemble ses protagonistes dans la capitale pour y amorcer le dernier acte de sa saga. À l’image de la couverture, il y met en scène les trois derniers descendants du couple ancestral qui a initié le gigantesque empire nym-bruynien. Les pions prennent chacun leur place, afin d’aménager le tremplin qui conduira au dénouement dans le huitième et dernier volet (du moins pour ce premier cycle). Alors, certes, il est vrai que, de prime abord, ce septième opus ne réserve guère de vraies surprises, du moins jusqu’à l’ultime page. Cependant, à l’instar de l’ensemble d’une série qui s’est développée sans hâte mais avec assurance, la narration remet les différents éléments connus en perspective à coup de rappels et y ajoute quelques nouvelles données qui auront vraisemblablement leur importance par la suite. Certains lecteurs seront probablement déçus par ce côté moins épique, bien que l’histoire ne manque ni de rythme ni d’intérêt et que le cliffhanger final, un peu attendu tout de même, achève de cristalliser les fils de l’intrigue.

Mais Weëna, c’est aussi un dessin. Celui très féminin et agréable d’Alice Picard (Okheania, Mon chat à moi) dont le talent ne se dément pas, malgré quelques infimes imperfections qu’on lui pardonnera aisément au vu de la qualité générale de son graphisme. Dynamique, son coup de crayon se plaît à souligner l’expressivité des personnages et leurs attitudes pleines de souplesse. La dessinatrice ose également quelques plans cinématographiques assez réussis et fait merveille avec les zooms dévoilant l’intensité des émotions de chacun. Pour animer le plaidoyer de Gwylym, elle n’hésite pas non plus à dresser le pâtre hors cadre, au centre de la planche, afin d’appuyer son argumentation par le spectacle, en arrière-plan du quotidien des Behrs. En outre, si la vue globale de Nym-Bruyn peut paraître moins aboutie que le reste, force est d’admirer le soin porté aux détails vestimentaires ou architecturaux. Ici, l’œil est attiré par les motifs d’une robe ou l’élégance d’un bijou joliment fignolé, là le regard s’arrête sur une statue ou le mélange charmant des vasques d’un hammam à l’orientale et de mini-ponts très japonisants.

En revanche, la mise en couleurs, assurée par Elsa Brants (Les Quatre princes de Ganahan, Les brumes d'Asceltis, Les Chroniques de Magon, Okhenia), marque un changement de technique et de logiciel qui risque de ne pas remporter immédiatement les suffrages. En effet, alors qu’Alice Picard a réalisé les fonds à l’aquarelle, le travail de la coloriste a quelque peu pâti des ajustements nécessaires à l’utilisation de son nouvel outil de travail. Les teints des personnages en sont donc plus hâlés ou tirent un peu sur le gris. Mais, cette petite gêne passée, la majorité des planches rendent très bien, comme celles montrant les jardins du palais tout en nuances de verts et de bleus. Enfin, Elsa Brants a réussi à retranscrire avec sa riche palette – souvent sombre en raison des nombreuses scènes nocturnes - les diverses ambiances : estivale et fraîche à l’orée d’un bois, pluvieuse et brumeuse dans la capitale, surchargée de parfum et de vapeurs dans la salle des bains impériaux ou intime dans la chambre partagée par Gwylym et Weëna.

Destination possède les qualités et les défauts d’un tome de transition. Beaucoup ne s’en satisferont sans doute pas, aiguillonnés en cela par une nouvelle colorisation qui a visiblement quelque peu peiné à trouver ses marques. Néanmoins, ce septième volet ne manque pas d’intérêt et plaira aux amoureux de la première heure, à ceux qui aiment que les intrigues prennent leur temps pour se développer et mûrir. Rendez-vous est donc pris pour le huitième tome dont on espère qu’il clôturera la série en beauté.

Chronique du tome 2
Tome 3
Tome 4
Tome 5

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Weëna
7. Destination

  • Currently 3.64/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (33 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Docteur Parangon Le 27/05/2012 à 02:01:22

    Une belle couverture pour ce tome 7. Par contre, le dessin et la couleur sont nettement moins bon. Le trait est épais, l'encrage approximatif, les expressions plus naïves et les arrières plans moins oniriques.
    De même le scénario est moins bien construit avec deux "flashbacks" qui ne s'intègrent pas aussi bien que dans les précédents tomes. La rencontre au palais n'est pas logique dans son déroulement.
    L'histoire avance mais on a une impression de travail bâclé. Dommage.

    Alors que la qualité allait crescendo, ce 7ème tome est décevant.

    BIBI37 Le 04/07/2010 à 20:22:05

    Très belle suite des aventures de Weena.
    Si la lecture de ce tome est plutôt difficile si on ne connait pas la série (les références aux personnages et aux évènements antérieurs sont incessants), elle devrait ravir les fans de la série.
    Pas de grande révélation mais un scénario bien construit dans la continuité.
    Coté dessins c'est peut-être un peu moins bien que les précédents mais c'est juste un détail.
    7/10.