Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

ATTENTION : Une importante opération de maintenance et de migration est prévue dans la nuit du 9 au 10 mars 2021. L'intégralité des sites sera indisponible pendant une durée estimée de 8 heures.

Grandville (Talbot) 1. "Inspecteur LeBrock" de Scotland Yard

22/03/2010 9996 visiteurs 7.3/10 (4 notes)

« Il y a deux cent ans, l’Angleterre perdit la guerre contre Napoléon. Comme le reste de l’Europe, elle fut envahie par la France et la famille royale fut guillotinée ». Un temps intégrée à l’Empire français, l’Angleterre devait recouvrir son indépendance après une longue campagne de désobéissance civile et d’attentats anarchistes. La République socialiste de Grande Bretagne peine depuis à s’imposer sur la scène internationale quand la France conserve à son égard rancœur et mépris. C’est dans ce contexte troublé que l’inspecteur LeBrock de Scotland Yard va se lancer sur la piste d’un mystérieux assassin. Une investigation, menée tambour battant, qui le conduira au cœur d’une machination politique orchestrée depuis la Ville Lumière.

Dans Les Aventures de Luther Arkwright, Bryan Talbot donnait déjà dans l’uchronie steampunk victorienne. Là, Londres y subissait la tyrannie d’une dictature puritaine. Dans l’ombre, les royalistes, alliés aux Prussiens et aux Russes, préparaient la révolution. Las, c’est l’Empire qui devait s’imposer, et les conspirations de reprendre de plus belle (L’héritage de Luther Arkwright : au cœur de l’Empire). Ici, Grandville, le Paris de la belle époque, mais les mœurs politiques n’ont guère évolué. Les arcanes du pouvoir bruissent de complots et les rumeurs vont bon train quant à l’existence d'une menace terroriste venue d'Outre-Manche. Une différence cependant, les décors typés Art nouveau se peuplent de personnages à têtes d’animaux, Talbot s’inspirant des illustrations du dessinateur Jean Ignace Isidore Bernard datant du début du 19e siècle. Nom de plume : JJ Grandville. C’est que, dans la France fascisante de Napoléon XII et de son Premier ministre, Jean-Marie Lapin, il y a peu de place pour les humains, cette « espèce de chimpanzés glabres, qui a évolué dans la ville d’Angoulême », relégués au rang de domestiques. Parmi eux, quelques figures connues : une bonne bretonnante et un groom dans sa livrée rouge qui se démène pour ne pas être mis au rebut, remplacé par un automate. Mais LeBrock n’a que faire de la piétaille. C’est toutes griffes dehors qu’il se jettera, d’un fiacre à vapeur dans les bras de Sarah « Blaireau » Bernhardt, du haut d’un dirigeable dans la gueule du Lion, du Loup et du Renard, après un détour au Lotus Bleu, auprès d’un blanc fox-terrier manifestement opiomane.

Autant dire que malgré des filtres et une colorisation informatiques plus que discutables – une évidence à la découverte, dans le supplément, des planches avant qu’elles n’aient eu à subir ce traitement – , les éditions Milady gratifient le lecteur d’un récit accrocheur et d’un bel objet. La maquette soignée ne manquera pas de rappeler aux nostalgiques les reliures Hetzel des Voyages extraordinaires de Jules Verne, auquel Talbot rend ici hommage.

Par D. Lemétayer
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Grandville (Talbot)
1. "Inspecteur LeBrock" de Scotland Yard

  • Currently 4.02/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (48 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 01/09/2020 à 16:24:14

    Je ne connaissais pas cet auteur. C'est donc plutôt une bonne surprise que de découvrir une oeuvre aussi aboutie. On espère que cela ne sera qu'un commencement.

    J'aime les uchronies lorsqu'elles reflètent ce qui aurait pu réellement arriver. Par ailleurs, j'apprécie beaucoup les histoires où les personnages sont des animaux à la manière de Blacksad. On a véritablement droit à des planches en couleur totalement sublimes.

    Le scénario est parfaitement équilibré avec de belles scènes d'action. Il y a une reconstitution minutieuse du Paris de la belle époque avec ses merveilleux tableaux. Il est dommage que la couverture soit si terne et ne reflète en rien la qualité de l'oeuvre. Bonne trouvaille que les attentats terroristes avec une espèce de point zéro comme aux USA avec le World Trade Center. Il y a également beaucoup de clins d'oeil intéressants. Milou de Tintin va jouer par exemple un rôle dans ce thriller steampunk. On peut également croiser Bécassine...

    Il y a de l'imagination, de l'innovation et beaucoup de qualités. C'est véritablement audacieux.

    Rody Sansei Le 07/12/2015 à 15:53:08

    Un dessin moyen (encrage trop gras, décor trop grossiers), une colorisation informatique très scolaire à l'américaine (et pas vraiment dans le ton), pour une histoire somme toute plutôt banale.

    On retiendra les transpositions d'évènements marquants de notre époque dans cet univers steampunk, mais cela ne reste au final ni folichon, ni vraiment intéressant.

    Rien à redire concernant l'édition, qui est de très grande qualité, avec un feuillet de notes et de croquis conséquent en fin de volume. Le prix est justifié.

    excessif Le 25/04/2010 à 10:42:20

    Il y a dans ce "Grandville" de nombreuses raisons de se réjouir, la première étant certainement de voir la Grande-Bretagne, pays rétif à la BD, devenir un nouveau vivier de créateurs et d'artistes. Bryan Talbot frappe très fort, avec un scénario ambitieux mêlant uchronie (ex-fan de SF, j'ai toujours personnellement un faible pour ce genre d'histoires...), tradition antropomorphique (Talbot fait donc référence au dessinateur français Grandville du début du XIXe siècle), univers steampunk assez "à la mode", références politiques directes au 11 septembre et à la politique de terreur des néo-conservateurs (on n'aime pas forcément ces théories conspirationnistes, mais bon...), etc. Deux faiblesses néanmoins empêchent cette première aventure de l'Inspecteur Le Brock de nous séduire complètement : un recours systématique à la violence, qui finit par lasser, malgré l'habileté des dessins, et un happy end tellement invraisemblable qu'il en devient grotesque. On appréciera par contre le dessin élégant, mais moins la mise en couleurs, assez laide avec des effets "Photoshop" malins mais artificiels. On concluera donc que, dans un registre un peu similaire, "Grandville" n'atteint pas la classe folle d'un "Blacksad"... A suivre quand même.

    garoute Le 07/04/2010 à 18:11:47

    La couv est attirante le scénario certainement bon mais quand je l'ai ouvert.... horreur !! Des couleurs infâmes sur du papier glacé, quel dommage !!! Ca m'a totalement rebuté et je n'ai donc pas poursuivi ma lecture.

    simonradius Le 07/04/2010 à 09:10:17

    Je viens de le terminer, dévorer serait plus juste, c'est une excellente BD .Si ce n'est la colorisation qui est franchement à ch... l'ensemble est de très haute volée .C'est un savant mélange des genres : polar animalier, steampunk, uchronie, action... le tout extrèmement rythmé et jalonné de clins d'oeil ...Il est de plus enrichi d'une post-face riche et très instructive .D'ailleurs dans ce bonus, Talbot détaille la réalisation d'une planche .C'est vraiment là que l'on se rend compte du talent graphique du bonhomme et surtout que l'on regrette amèrement le choix de cette colorisation qui ne met pas en valeur le dessin ...
    J'attends avec impatience la sortie du tome 2, annoncé par l'auteur en fin d'album, sur lequel je me précipiterai sans hésitation ! Si l'essai est transformé je pense même mettre cette série dans mon top 100 !