Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

ATTENTION : Une importante opération de maintenance et de migration est prévue dans la nuit du 9 au 10 mars 2021. L'intégralité des sites sera indisponible pendant une durée estimée de 8 heures.

C ontrairement à la présentation qu’en fait l’éditeur, Cecil et Jordan à New York n’est pas la première publication en France de la délicate Gabrielle Bell, jeune dessinatrice issue de la scène alternative américaine. En 2005, un précédent recueil aux éditions de l’An 2 (Quand je serai vieille et autres histoires…) rassemblait neuf histoires courtes, dessinées entre 1998 et 2004, traitant, déjà, du malaise post-adolescent, de la difficulté de s’affirmer et d’être dans la solitude des grandes villes. Gabrielle Bell y imposait une écriture sensible et aboutie, sur la famille, l’amitié ou la création, empruntant aussi bien aux codes de l’autofiction qu’à ceux de l’autoportrait.

Les onze nouvelles, qui composent la présente anthologie, s’inscrivent à nouveau dans la veine de l’exploration de l’intime et de l’expression du moi. L’auteure s’y interroge sur les mêmes thèmes et s’attache à décrire, avec beaucoup de sincérité, l’aliénation et le mal-être de sa génération, au travers de doubles fictionnels inspirés d’elle-même ou de ses proches. La narration très elliptique se teinte volontiers d’un soupçon de réalisme magique, quand à chaque récit est réservé un traitement graphique différent : bichromie soignée et encre de chine, couleurs à l’huile ou à l’aquarelle, noir et blanc impeccable. Tout cela atteste, malgré la redondance du propos, d'une personnalité très affirmée, développant un univers mi-onirique mi-fantastique sur la difficulté à habiter le monde et où New York apparaît comme l'un des foyers anxiogènes de l'urbanité contemporaine. Rien d’étonnant, d'ailleurs, à ce que l’histoire inaugurale, qui donne son titre au recueil, ait plu à Michel Gondry, qui l’a adaptée dans Interior Design, l’un des trois segments du film collectif Tokyo !

Par D. Lemétayer
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Cecil et Jordan à New York

  • Currently 2.90/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.9/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.