Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les ensembles contraires 2. Deuxième partie

11/01/2010 4035 visiteurs 8.1/10 (7 notes)

I solé, perdu, Eric a eu un geste désespéré. Malgré la présence des copains, la dépression le ronge. De son côté, Christophe poursuit ses études et se rend compte que les différences se creusent entre eux. Pourtant, ces disparités ne constituent-elles pas la force des plus grandes amitiés ? C'est ce que les jeunes gens vont découvrir, dans la douleur comme dans la joie, surtout quand les histoires d'amour s'en mêlent.

Certaines lectures ne laissent pas indemnes. Les Ensembles Contraires est de celles-là. Dans ces pages, il y a la Vie, la vraie ; des coups de gueule, des coups de cœur, de la solitude et de l'amitié. Et parce que l'expérience est personnelle, mais les sentiments universels, le récit fait mouche et en appelle au propre vécu du lecteur. Le passé commun des auteurs est raconté sans détours ni faux-semblants, simplement et sûrement. Il n'est pas forcément facile de se replonger dans ses souvenirs, surtout lorsqu'ils sont aussi intenses qu'une dépression ou un amour passionné. Pourtant le rendu narratif est subtil et fluide.

Bien que n'ayant pas partagé les rebondissements de la vie des jeunes gens, en qualité d'observateur disposant d'une certaine distance, Nicoby les illustre avec pudeur. Son trait et ses couleurs, ses ambiances uniformes vont à l'essentiel sans perdre en expressivité, laissant le spectateur combler un décor, une tenue vestimentaire ou encore une impression avec ses propres représentations. Un tel style, associé à l'efficacité des dialogues donne une narration prenante et une œuvre incontournable.

Certains pourraient légitimement se demander où se situe l'intérêt de lire la vie des autres, ce quotidien banal, commun, qui fut le leur également. Mais outre le fait qu'à aucun moment le lecteur n'est un voyeur, ce genre de livre réveille son propre passé et ravive toute une panoplie d'émotions peut-être oubliées depuis longtemps, en pouvant même changer leurs perceptions. Avec cette plongée en adolescence, l'écho de la lecture des Ensembles contraires résonne encore bien après l'avoir refermé.

Par E. Flandin
Moyenne des chroniqueurs
8.1

Informations sur l'album

Les ensembles contraires
2. Deuxième partie

  • Currently 3.78/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (37 votes)

  • Nicoby
  • Nicoby
  • 09/2009 (Parution le 17/09/2009)
  • Futuropolis
  • 978-2-7548-0299-4
  • 176

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Hugui Le 11/10/2009 à 23:10:07

    Deuxième chronique de cette amitié entre l'intellectuel et le prolo. Ce dernier a du mal à s'accrocher à la vie malgré l'aide du second, mais l'amour et l'amitié finiront par triompher.
    Dessin toujours aussi difficile (on a quelquefois du mal à comprendre qui est qui) mais qui est peut-être adapté à une histoire vrai dont les représentations ne peuvent pas être trop réalistes. Et les ellipses volontaires nécessaires pour respecter la vie privée de certains frustrent un peu de ne pas connaître comprendre ce qui se passe.
    Mais au total cette chronique de la fin d'adolescence est toujours aussi forte et prenante. Très bon à lire.