Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

C lassique de la littérature né sous la plume de Steinbeck, Des souris et des hommes trouve sous les coups de pinceau de Pierre-Alain Bertola une adaptation en bande dessinée qui, bien que présentant de nombreux atouts, pose une nouvelle fois la question de la pertinence d’un tel exercice.

La principale qualité de cet album, outre la richesse de l’œuvre originale, s’impose dès les premières pages. Le style graphique, soigné, reposant sur de subtiles variations allant du noir au blanc en passant par le gris, fascine immédiatement. Il convient parfaitement pour dépeindre un monde où les hommes survivent plus qu’ils ne vivent, surtout les ‘petites gens’ qui n’ont pas d’autre choix que de vendre leurs services de ranch en ranch. Le travail, dur, et les conditions de vie, entre promiscuité et tension permanente, ne facilitent pas l’intégration de nouveaux arrivants, a fortiori lorsque l’un d’entre eux allie à une grande force physique un manque d’intelligence et d’indépendance tout aussi flagrant.

À n’en point douter, le récit véhicule de grandes valeurs, au premier rang desquelles on retrouve l’amitié et la solidarité, le respect et le droit de chacun à disposer de sa propre existence, mais le passage au format bande dessinée donne trop souvent l’impression de rester à la surface des choses. Pourtant bien racontée, l’histoire se déroule trop rapidement, et, une fois la dernière page tournée, le sentiment qui prédomine est celui d’une grande frustration : celle de ne pas avoir pu faire davantage connaissance avec des personnages dont le potentiel, que ce soit au niveau de leur caractère ou des messages qu’ils sont à même de délivrer, n’a été que partiellement exploité.

Pierre-Alain Bertola a donc réalisé avec savoir-faire un album dont la qualité est indéniable. Est-ce parce que les adaptations fleurissent un peu trop ces derniers temps que l’enthousiasme s'en ressent à la lecture ? Toujours est-il que le récit s’achève sur une impression, hélas, mitigée.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Des souris et des hommes (Bertola)
Des souris et des hommes

  • Currently 3.42/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (12 votes)

  • Bertola, Pierre-Alain
  • <Bichromie>
  • Steinbeck, John
  • 11/2009 (Parution le 04/11/2009)
  • Delcourt
  • Mirages
  • 978-2-7560-1761-7
  • 116

  • Ce qui est également particulièrement remarquable est l'économie de moyen utilisés par l'écrivain: unité de lieu et de temps, dialogues répétitifs, situations épurée, et pourtant l'émotion déborde littéralement du récit, Les personnages semblent si vrai qu'en refermant le roman on semble les avoir rencontrés, connus, compris.

    C'est précisément pour ces raisons que j'ai tenu à adapter ce roman. Les protagonistes de l'histoire ne m'ont pas lâchés depuis ma première lecture il y a 30 ans. Ils m'accompagnent dans beaucoup  de réflexions artistiques: je fais par exemple référence à Lennie dans Les 7 couleurs du noir (paru chez Futuropolis en 1990) et je m'en suis inspiré pour créer le personnage de Papageno dans une adaptation de la Flute enchantée à Saint-Pétersbourg l'an dernier. 

    Mon travail régulier pour le théâtre m'a permis d'envisager cette adaptation dans le soucis d'une grande fidélité au récit, (j'ai pris le parti de d'utiliser les dialogues originaux et n'ai pas changé une virgule du texte) tout en cherchant à approfondir les caractères des personnages, leurs émotions.

    Enfin, La bande dessinée me semble le médium idéal pour parcourir l'histoire sans ne rien perdre du récit de Steinbeck,  ceci malgré le glissement brusque du réalisme vers le fantastique. Un exemple: les adaptations au théâtre ou au cinéma font en général l'impasse sur l'extraordinaire apparition du lapin géant, car cela induit une rupture stylistique par trop  radicale... Je crois que la bande dessinée le permet."">

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.