Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le ciel au-dessus du Louvre Le ciel au-dessus du Louvre

01/12/2009 9093 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

8 août 1793 à Paris. Alors que le premier musée de la Nation ouvre ses portes au public, Jules Stern, un jeune homme disant venir de Khazarie, cherche à rencontrer le peintre David mais ne réussit qu’à croiser son regard. Un mois plus tard, lorsqu’il est introduit auprès du Comité de Sûreté générale, la vue de l’adolescent provoque un trouble chez l’artiste.

Il suffit de regarder la liste des réalisateurs de films avec lesquels Jean-Claude Carrière a travaillé, d’évoquer quelques noms comme ceux de Luis Buñuel, Milos Forman, Louis Malle, Nagisa Ōshima ou Andrzej Wajda, pour s’attendre à ce que le résultat de son association au scénario avec Bernar Yslaire bouscule, voire dérange. Quand, pour la collection Musée du Louvre, Nicolas de Crécy avait choisi d’évoquer, avec humour, la difficulté à appréhender une civilisation disparue à partir de l’interprétation de ses productions artistiques, quand Marc-Antoine Mathieu s’était intéressé à l’espace occupé par les créations remisées et avait doté les œuvres d’une âme en souffrance et d’un pouvoir d’animation, comme l’a fait plus tard Eric Liberge en limitant leurs perceptions à des personnes initiées ayant développé un sens particulier, Yslaire et Carrière imbriquent Histoire et fiction, politique et Art, dans une période très tourmentée de l'histoire de France : la Révolution.

Membre de la Convention nationale, le peintre Jacques-Louis David vit au cœur du pouvoir politique. Au diapason de l’idéologie des Jacobins, il prône la rupture de style avec l’Ancien Régime. Les œuvres d’Art devront porter les valeurs de la République, qui ne peuvent s’exprimer qu’au travers d’un trait nerveux et énergique. Les toiles anciennes sont décrochées des murs du Louvre, qui se recouvrent de créations contemporaines. Alors que la Terreur est décrétée, que les têtes tombent et que les dénonciations se multiplient, les décors et les lignes s’épurent, le ciel se vide, au nom de l’Egalité. Robespierre est convaincu que le peuple se nourrit de symboles et que celui de la Révolution reste à trouver. Ses amis rejetant son idée de proclamer tous les cultes libres, il propose d’instaurer des fêtes révolutionnaires et commande à David un tableau représentant l’Etre Suprême. Mais l’artiste éprouve les plus grandes difficultés à réaliser le projet. Comment peindre un idéal, défini par procuration, quand les faits et le contexte ramènent sans cesse à la mort ? La beauté du jeune Stern pourrait nourrir l’inspiration, mais…

La partition que livrent les auteurs dans Le ciel au-dessus du Louvre est en tous points remarquable. Bien plus que les ouvrages précédents, elle imprègne le lecteur du Musée. Par la richesse et le nombre des toiles qui sont données à voir, par la période choisie, judicieusement introduite et achevée par les tableaux de deux martyrs, par la mise en parallèle de la vie dans l’édifice, des débats, des choix politiques et de leurs conséquences, évoqués et résumés de façon concise en vingt chapitres. Elle soulève les questions des interférences entre le pouvoir en place et la création artistique, du paradoxe qui peut être établi entre la violence perpétrée par une idéologie révolutionnaire et la pureté de la nature de l’image qu’elle veut véhiculer, de la relation entre inspiration et création, mais, peut-être aussi, au travers du personnage de Jules Stern, de la récurrence de certaines situations et de certains évènements dans le temps.

En jouant sur l’aspect totalement ou partiellement achevé des planches et des cases, dont certaines sont publiées à l’état de croquis, Bernar Yslaire capte l’attention du lecteur et le renvoie sans cesse au travail de composition et aux différentes étapes de la réalisation artistique. Son illustration restitue parfaitement les phases de tension et de réflexion, les inquiétudes, mais aussi la mobilisation de l’énergie et les convictions. Certaines scènes charment, d'autres répugnent. Aucune ne laisse indifférent.

Un album beau, fort et dérangeant, qui pousse le paradoxe jusqu'à créer, dans le ressenti final, une dualité entre goût âpre et enchantement. A lire absolument !



Pour aller encore plus loin, se connecter sur le blog de Bernar Yslaire

Lire les chroniques des trois ouvrages précédents parus dans la collection Musée du Louvre :

»Période glaciaire de Nicolas De Crécy
»Les sous-sols du Révolu de Marc-Antoine Mathieu
»Aux heures impaires d’Eric Liberge

Par C. Constant
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le ciel au-dessus du Louvre
Le ciel au-dessus du Louvre

  • Currently 3.79/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (57 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    yopla Le 23/01/2010 à 15:02:23

    Je n'ai pas reussi à rentrer dans l'histoire. Déja je n'aime pas les longues apartées et autres textes décrivants des passages non dessinés ... pour moi une bande dessinée à cela de différent avec le roman qu'elle doit dessiner ce qu'elle évoque.
    En fait j'ai vraiment été décu par ce livre, car au final on est plus proche du livre que de la bande dessinée, par le format et les longs textes décrivants ce que le scénario n'a pas su ou voulu mettre en image.
    Bref peut être un peu trop un ovni pour moi, vu ce qu'Yslaire a su faire ailleurs je mets 4/10, je n'aurais eu que ce livre pour juger son talent, j'aurais pas été au dela 2 .
    Enfin peut etre qu'a l'instart de XXeme Ciel, une réédition donnera toute la dimension au sujet abordé.