Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le roi banal

20/11/2009 5733 visiteurs 6.8/10 (4 notes)

« J’ai l’honneur de déclarer la naissance du Royaume de Georgettia, et devant cette assemblée, je me sacre Roi Miao, premier souverain de la royauté. » En fait de Roi, celui-ci n’est qu’un vieil homme seul tentant désespérément de vaincre l’ennui et l’indifférence. Et rien de tel que de jouer les têtes couronnées pour mettre un peu de piment dans sa vie, même si son seul et unique sujet - fidèle, il est vrai - est son chien Bao.

Le postulat de ce Roi banal a de quoi séduire, et puise largement dans le registre de l’absurde pour finalement parler de ce qui fait notre vie à tous. Derrière une façade de franche bouffonnerie, Antoine Ozanam, développant une idée de base de son dessinateur, parle du monde actuel : relations familiales, problèmes de couple, rêves professionnels, éducation des enfants, place des personnes âgées dans la société, précarité sociale, etc. Les thèmes abordés sont nombreux, mais ils sont plus évoqués qu’analysés en profondeur. Loin de décrédibiliser le récit, cette tendance à l’ellipse et à la suggestion renvoie au vécu de chacun et confère une force supplémentaire à l’histoire. L’objectif n’étant pas de livrer une analyse de la société moderne, mais de cerner la vie d’un personnage de fiction, cette légèreté teintée d’imaginaire a quelque chose de particulièrement attachant.

Le principe de la souveraineté autoproclamée n’est donc qu’un prétexte à la mise en scène de personnages que l’on prend plaisir à suivre, entre le petit vieux un peu désabusé par la vie depuis le décès de son épouse et l’homme moderne contraint de faire des compromis pour assurer l’avenir de ses enfants. Le côté absurde de certaines situations, renforcé par un dessin qui mêle allégrement vues réelles et fantasmées, se marie sans problème avec l’aspect réaliste des relations décrites. Bien que parfois fort sage, le graphisme de Kyung-Eun ne ternit en rien l’impression positive laissée par un récit qui n’a finalement rien de… banal.

Avec ce nouveau one-shot, Antoine Ozanam confirme son statut d’auteur atypique, qui ne cesse d’explorer les genres et affiche, à contre-courant de son temps, une réjouissante prédilection pour les récits courts.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
6.8

Informations sur l'album

Le roi banal

  • Currently 3.71/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (28 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 01/09/2020 à 15:41:40

    Quand j'ai commencé à lire cette bd, je me suis dit que les lieux m'étaient assez familiers car cela ressemblait à ma bonne vieille ville de Strasbourg. Le lieu n'est jamais évoqué dans la bd mais vers la fin, il y a une carte de France avec la localisation exacte d'un départ qui correspond bien à ce que j'avais pressenti. Bon, il faut dire qu'il n'y a pas beaucoup de lieu au monde où il manque une tour à la cathédrale !

    Outre ce côté réaliste du décors, nous avons droit à 3 personnages assez bien fouillés. La psychologie sera de mise tout au long de la lecture. Il y a un côté humour assez décalé que j'ai apprécié notamment dans la représentation qui est faite des choses. En effet, un vieil homme imagine que sa maison et son jardin forment un royaume indépendant pour pallier l'absence de sa défunte épouse. Il souhaite la reconnaissance de cet état par l'ONU. Il a une vision très chevaleresque des choses. Pour autant, l'action ne se concentrera pas uniquement sur ses délires mais également sur son gendre qui passait pourtant totalement inaperçu dans les premières pages.

    Au final, c'est un bon titre empreint de beaucoup d'humanisme et de douceur entre rêve et réalité. J'ai du mal à croire que cela vienne d'Ozanam que j'avais pu découvrir dans le titre de science-fiction Eclipse (Vents d'ouest). On est à mille lieux d'un tel univers ! C'est généreux à souhait dans les sentiments évoqués. Un titre à découvrir !