Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Rebetiko (La mauvaise herbe) La mauvaise herbe

02/11/2009 8273 visiteurs 7.3/10 (9 notes)

L e hasard fait parfois bien les choses. Après avoir fortuitement mis la main sur un ouvrage relatant l’histoire des rébètes, David Prudhomme (Ninon Secrète, La Marie en plastique) a été happé par le destin de ces musiciens turco-grecs. Rébétiko (la mauvaise herbe) est né !

Athènes 1936. Les temps sont durs pour les rébètes. Le nouveau pouvoir en place, mené par le dictateur fascisant Métaxas, a décidé de faire place nette. Ces musiciens, amateurs de haschisch et d'origine turque, sont les boucs émissaires idéaux pour commencer le grand nettoyage de la société. Cette journée d’octobre est peut-être la dernière pour avoir la chance d’entendre les chansons mélancoliques et acerbes de ces artistes hédonistes et, parfois, désespérés.

Le récit se déroule sur une journée et une – longue – nuit. Dans ce court laps de temps, Prudhomme condense, résume et redistille l’esprit même de ce mouvement musical et poétique. Le lecteur se retrouve réellement attablé avec les personnages. Au début, un peu surpris par tant de fougue et de violence, puis, peu à peu, ayant fait connaissance, il commence à prendre part aux festivités et finit par se retrouver à tourner sur la piste de danse. D’une gargote à une autre, en faisant bien attention de ne pas tomber sur une patrouille, il ne serait pas surprenant de croiser Corto Maltese et Raspoutine au détour d’une ruelle. L’immersion est totale.

La réalisation est soignée, mais la lecture demande une attention soutenue tant le nombre de protagonistes et d’éléments narratifs est important. Heureusement, la construction est parfaitement maîtrisée. La mise en page est toujours très claire et, même dans les scènes compliquées comme les différentes bagarres (les rébètes ont le sang chaud et le coup-de-poing facile), la lecture est aisée. La mise en couleurs permet au dessinateur de retranscrire avec réalisme les contrastes de lumière du jour avançant. Le soleil aveuglant, les ombres rafraîchissantes des venelles et la noirceur des bouges sont parfaitement rendus.

Rébétiko est une œuvre majeure. Sur un sujet à première vue confidentiel, David Prudhomme réalise un album d’une grande intensité. À lire attentivement !

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Rébétiko (La mauvaise herbe)
La mauvaise herbe

  • Currently 3.99/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (68 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Eric DEMAISON Le 20/06/2019 à 15:00:51

    David prudhomme nous emmène dans un lieu et une époque peu connus, Athènes 1936 dans la communauté qui a vécu l'exode de Smyrne. Difficulté d'intégration d’immigrés et misère avec la création d'une culture populaire spécifique.
    L'histoire est m'a littéralement captée et de plus, l'album et ses dessins sont beaux et certaines planches sont exceptionnelles.

    Mothunard Le 09/06/2013 à 14:19:44

    Un album magistral où l’art de David Prudhomme s’exprime pleinement… simplement fantastique et majesteux.

    vacom Le 08/01/2010 à 16:03:50

    Je n'ai pas ressenti à la lecture de Rébétiko le choc éprouvé par certains, mais je suis ressorti satisfait de ma lecture. L'album présente une culture peu connue, et le mode de vie qui va avec, dans un style très contemplatif, avec quelques mouvements plus violents qui viennent s'incruster quand les "hors-la-loi" doivent s'enfuit en courant devant la police. Les personnages sont complexes, attachants, et leur pays dépeint avec talent par David Prudhomme. Le dessin est très particulier, avec une colorisation qui donne une véritable ambiance à l'album. Quelques scènes qui se jouent dans des bars sont superbes, lorsque les artistes jouent et le public se met à danser. Leur passion est communicative. Beaucoup de qualités pour cet album, donc, qui m'aura toutefois laissé un léger goût de trop peu que je ne m'explique pas.

    zemartinus Le 15/11/2009 à 15:14:04

    je me suis vraiment plu à suivre la journée (et la nuit) de ces 5 potes, entre musique, baston, police, fumette et rires... les personnages sont vraiment attachants et l'ensemble très bien raconté. Graphiquement c'est juste sublime, les couleurs sont magnifiques, les jeux de luminosité parfaits, les personnages dans leurs positions ou leurs expressions sont criants de vérité, et l'ambiance méditerranéenne est bien là, on entend presque les cigales chanter.

    Un excellent album donc, vraiment une réussite.