Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

ATTENTION : Une importante opération de maintenance et de migration est prévue dans la nuit du 9 au 10 mars 2021. L'intégralité des sites sera indisponible pendant une durée estimée de 8 heures.

L es nouvelles de Tim Lane se peuplent de déclassés, de laissés-pour-compte. D'ailleurs, à mesure que se déploie un noir puissant et fiévreux, que s'épanche une prose très romanesque, Lane n'a de cesse d’invoquer les récits de Kerouac, d’Eisner ou de Steinbeck. Autant d'histoires où s’ébattaient déjà fermiers errants, clochards célestes et autres vagabonds que le rêve américain avait laissés sur la route et qui voyageaient, faute de mieux, à bord de trains de marchandise. Autant de figures marginales et emblématiques de l’Amérique de la dépression, du New Deal, puis du Welfare State de l’après-guerre, qui ont nourri les écrits de la génération Beat, puis les premiers graphic novels.

Si les personnages de Lane semblent avant tout inspirés et mus par la frustration et la désespérance, ce désir pulsionnel d’avaler les kilomètres, ce goût pour les équipées sauvages et cette volonté de reconquérir un espace qui leur a échappé peuvent aussi bien passer pour un souci de rédemption, une nouvelle quête de soi. L’aventure se fait intérieure, Tim Lane de mêler étroitement sa vie à son récit au point d'en faire progressivement la substance. Dans l’écriture et le dessin s'enchevêtrent ainsi la réalité, le rêve, les souvenirs, les hallucinations, pour aboutir à une méditation sur la vie.

Premier recueil d’une série de trois, Noir c’est noir impose d’emblée Tim Lane comme un auteur à suivre de très près et dont il faudra prendre soin de ranger l’œuvre aux côtés de celles d’un Charles Burns ou d'un Will Eisner.

» Jackie No-Name, le site de Tim Lane.

Par D. Lemétayer
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Noir c'est noir

  • Currently 3.27/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (15 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.