Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

R oyaume Uni, 1937. Chez les Buckenham, les affaires vont mal, très mal même. En effet, la ruine menace cette ancienne famille de nobles britanniques. Comment faire pour se sauver de cette situation embarrassante ? Si ces soucis ne suffisaient pas, il faut également rendre service au roi, qui en ces temps d’incertitudes, a besoin d’un endroit sûr pour organiser une réunion stratégique mais néanmoins discrète.

Des classiques du théâtre de boulevard mâtinée à la comédie d’espionnage, Didier Convard (Kaplan & Masson, Le triangle secret) et Éric Adam (D‘Artagnan) ont également pioché au rayon histoire sentimentale et humour anglais pour concevoir cet album. Il s’agit avant tout d’un récit hommage, mais également très gaulois, à la dramaturgie anglaise. Au fil des pages, des Lords tirés à quatre épingles, une fille élevée aux romans de Jane Austen, un fils marxiste à la petite semaine, un oncle à héritage, un savant atomiste allemand en fuite, Edward VII, le très imbibé vice-président Wilson et les inévitables inspecteurs de Scotland Yards passent et repassent sous les yeux du lecteur. Les histoires de chacun se mélangent, les portes claquent et un cadavre se fait balader de placard en placard. Le résultat est amusant car les auteurs ont très bien réussi à organiser la ronde et, même si le ton est à la parodie, ont évité de tomber dans la caricature grossière. Ambiance de tweed et boiserie néo-gothique oblige, la narration est, par moment, un peu lente et aurait gagné à être un peu plus resserrée. Le scénario est néanmoins parfaitement maîtrisé et, malgré le nombre de trames secondaires, toujours parfaitement clair et compréhensible.

Paul est avant tout un coloriste de grande réputation. Avec cet album, il montre qu’il possède aussi un très bon coup de pinceau. Sa réalisation en couleurs directes très denses et très pures rappelle, dans un tout autre genre, le travail de Lorenzo Mattoti. Cette approche presque picturale, si elle est parfaitement adaptée à l’atmosphère feutrée d‘un manoir anglais, manque néanmoins de mouvement. La mise en page variée, par moment très originale, n’est pas toujours suffisante pour dynamiser la cascade presque continue de quiproquos divers.

Grâce à une histoire originale et une réalisation soignée, Petite mort en un acte réjouira tous les amateurs de références cinématographiques et d’humour anglais.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Petite mort en un acte

  • Currently 2.11/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.1/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    zaaor Le 22/04/2010 à 00:47:45

    Convard s'est vraiment éclaté avec ce one shot. On y passe un joli moment avec tous ces personnages plus grands que nature. On dirait qu'il s'est trouvé de jolies idées et a bâti l'histoire tout autour. On y retrouve une certaine causticité, une intelligence qui captive. Bref, ça change des interminables séries sur Jésus et les ordres secrets.

    Les planches ont un dessin bien particulier mais qui ajoutent un plus à cette histoire complètement tirée par les cheveux qui part dans tous les sens.

    Une mention spéciale pour le personnage du président Truman.