Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Alpha (Lombard) 11. Fucking patriot

01/10/2009 8959 visiteurs 5.7/10 (3 notes)

U n Boeing 767 en provenance de Moscou et transportant une charge nucléaire vient d’entrer dans l’espace aérien américain. L’information, confirmée par deux sources différentes des services de renseignements de la CIA, sème la panique au sein de la Maison Blanche. Dos au mur et face au spectre du 11 septembre, le Président des États-Unis n’a guère le choix et donne l’ordre d’abattre l’avion de ligne. Si, avec près de 300 victimes civiles, le bilan humain est extrêmement lourd, ce sont surtout les conséquences politiques qui risquent d’être dévastatrices car, au milieu des nombreux débris … aucune bombe n’a été décelée !

Les premiers rebondissements de taille se situent en dehors des pages de l’album. Outre le fait que ce tome n’est pas intitulé Piranha comme prévu, mais Fucking patriot, c’est surtout la présence de Youri Jigounov au scénario qui surprend. Après avoir collaboré avec Pascal Renard (décédé avant la parution du second volet) et Mythic, le dessinateur reprend seul les rênes de la série. Un défi considérable au niveau des dialogues si l’on considère les origines de cet homme qui quitta Moscou en 1994, muni d’un aller-simple en train et de 46 planches de bande dessinée sous le bras. L’auteur n’est d’ailleurs pas le seul à changer de job lors de ce début de second cycle, car son héros, trop exposé médiatiquement pour pouvoir continuer à endosser son rôle d’espion de terrain, se retrouve affecté au département des Ressources Humaines.

Débutant sa nouvelle carrière par un prologue qui résume le cycle précédent, le néo-scénariste va ensuite mettre à mal son personnage, le plongeant au centre d’une machination au sein de la CIA et remettant en question son parcours d'espion, le tout parsemé de nombreuses références à la première saison. Malgré la révélation, fondée ou non, de cette face cachée de Dwight Delano Tyler, alias Alpha, et la fin du statu quo dans sa relation avec sa collègue Sheena Fergusson, l’auteur ne prend cependant pas trop de risques au niveau de l’intrigue et pioche dans les classiques du genre. En s’inspirant intelligemment du contexte géopolitique actuel pour raviver les tensions entre les États-Unis et l'ex-URSS, le Moscovite s’aventure en terrain connu. Agrémentant le tout de quelques scènes de nu, le temps de rapprocher l’agent secret de son ancienne coéquipière, et exploitant pleinement les zones d’ombre de son héros, il livre un récit d’espionnage classique et convaincant.

Au niveau du graphisme, le style réaliste et très lisible de Youri Jigounov appuie encore un peu plus le classicisme de cette saga. Privilégiant l’abus de textes et les décors de bureau aux scènes d’action, l’ensemble manque cependant parfois un peu de dynamisme.

Après une enquête trop artificielle et plutôt inintéressante sur les origines d’Alpha, ce début de triptyque puise à nouveau son inspiration au sein de relations Est/Ouest tendues et, sans renouveler le genre, il offre un nouvel élan intéressant et très bavard à ce best-seller du thriller d’espionnage.

Par Y. Tilleuil
Moyenne des chroniqueurs
5.7

Informations sur l'album

Alpha (Lombard)
11. Fucking patriot

  • Currently 3.35/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (78 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kingtoof Le 28/07/2020 à 21:59:02

    Un album explosif !
    Alpha devient un fugitif traqué par son propre gouvernement.
    Une machination est de nouveau en cours au plus haut niveau de l'Etat.
    Excellent.

    BIBI37 Le 30/10/2010 à 00:55:38

    Alpha grandit, lalbum passe maintenant à 54 pages pour notre plus grand plaisir.
    La série s'émancipe puisque que jigounov en assure désormais seul la paternité.
    Mais le scénario reste avec sa part de conspirations, de trahison et d'action.
    Les dessins sont encore époustouflants.
    Une saison 2 qui débute en fanfare.
    9/10.

    madlosa Le 25/09/2009 à 20:11:18

    Cet épisode prend appui sur le tome 10 pour entrainer Dwight TYLER alias ALPHA dans un drôle de guêpier. Certes si l'intrigue est bien construite, les planches soignées, je dirais d'une qualité "toute professionnelle", le sujet n'en reste pas moins assez banal. En effet notre super héros se trouve pris dans un traquenard terrible où s'agite un vrai ban de requin et où le passé de sa mère prend une dimension mortelle. Nous avons déjà rencontré ce type de situation avec XIII ou I.R.$. entre autre. Malgré cette réserve, il faut reconnaitre que j'ai pris un réel plaisir à encourager notre fucking patriot !